Chargement en cours

    Porc transgénique – ENVIROPIG™

    L’industrie porcine est un secteur intensif de l’agriculture au niveau mondial. Les conséquences environnementales de l’élevage intensif du porc font l’objet de plusieurs critiques dont les odeurs de lisier et l’impact négatif potentiel des rejets phosphatés sur l’eutrophisation des plans d’eau.

    La grande part de phosphore contenu dans le lisier se retrouve sous la forme d’acide phytique, la forme prédominante de phosphore présente dans les céréales. De 50 à 75 % du phosphore existant dans les grains et les céréales comme le maïs, le soja, l’orge et le blé l’est sous cette forme. Or, les animaux monogastriques comme le porc ne sont pas capables de digérer cette source de phosphore. Le phosphore est un élément essentiel à la santé du porc et doit par conséquent être ajouté à sa diète.

    L’Enviropig™

    Des travaux de recherche en génie génétique ont porté dans les dernières années sur une modification génétique qui permettrait au porc de digérer l’acide phytique et d’en retirer le phosphore dont il a besoin.

    L’ajout par transgénèse de l’enzyme phytase exprimée dans les glandes salivaires (salive) permettrait d’utiliser l’acide phytique de la nourriture pour le métabolisme de l’animal. Les porcs Enviropig™ digèreraient donc plus efficacement le phosphore que les porcs conventionnels Yorkshire.

    Avec cette nouvelle particularité de l’Enviropig™, il ne serait plus nécessaire de fournir des suppléments de phosphore ou de phytase à l’animal. Par conséquent, l’acide phytique serait présent en quantité réduite dans le lisier du porc génétiquement modifié (GM). Selon l’âge et la diète, l’Enviropig™ excrète de 30 à 70 % moins de phosphore dans le lisier que les porcs conventionnels.

    Ces travaux ont été réalisés par l’Université de Guelph en Ontario. Outre l’Université de Guelph, les partenaires financiers pour la réalisation de l’Enviropig™ ont été, entre autres : ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des affaires rurales de l’Ontario (OMAFRA), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et Agriculture et Agroalimentaire Canada.

    Commercialisation de l’Enviropig™

    Environnement Canada a donné son approbation en février 2010 en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement pour l’utilisation des porcs transgéniques Enviropig™. L’Enviropig™ ne présenterait pas de menace à l’environnement.

    La commercialisation de l’Enviropig™ ne peut toutefois pas être envisagée avant que Santé Canada et l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) n’aient donné également leur autorisation pour la mise en marché de ce porc GM.

    Santé Canada doit évaluer, entre autres, l’innocuité de la viande et les risques pour la santé que l’Enviropig™ pourrait présenter. L’ACIA doit quant à elle évaluer les risques associés à l’introduction du produit dans la chaîne alimentaire.

    Advenant une commercialisation de ce porc GM, Environnement Canada a demandé qu'une traçabilité soit mise en place pour le suivre à travers toutes les étapes de production, d'importation, d'élevage et de transport.

    Le projet Enviropig a pris fin à l’été 2012 en raison d’une réorientation des fonds de recherche et des délais dans les approbations.

    Références :

    GOLOVAN, S.P., et al. (2001). « Pigs Expressing Salivary Phytase Produce Low Phosphorus Manure ». Nature Biotechnology 19 : 741-745. En ligne

    UNIVERSITY OF GUELPH (2010). Enviropig. En ligne

    Gazette du Canada Partie I : Avis et règlements projetés; Vol. 144 No8; le 20 février 2010. Avis de nouvelle activité No 15676. En ligne

    ONTARIO PORK (2013). Enviropig. En ligne


    Auteur(s) :
    Date de publication : 03 juin 2014

    Annonces