Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Rapport de recherche - Efficacité de trois matrices à relargage lent d’acide oxalique en période estivale afin de limiter l’accroissement des populations du parasite Varroa destructor dans des ruches en Montérégie

 Télécharger le document original
Le parasite Varroa destructor est l’agent qui affecte le plus négativement la santé de la ruche et ce, aux échelles nationale et mondiale. Beaucoup d’efforts sont mis en place afin de limiter les pertes qui y sont associées. Depuis plus de 10 ans, l’approche de contrôle des niveaux d’infestation au moyen d’une lutte intégrée est en place. L’usage d’agents plus « écologiques » tels les acides oxalique et formique et le thymol est préconisé. Chacun de ces produits possède ses directives d’utilisation. L’usage d’acide oxalique, agent retrouvé naturellement dans le miel et nombreux légumes, est hautement efficace en automne en absence de couvain (95-99%) mais peu (35-40%) en présence de couvain en application unique. De plus, des pertes d’abeilles en période d’hivernage sont observées lorsqu’il est utilisé en automne. L’usage de ce produit en relargage lent en début de saison pourrait s’avérer des plus intéressants afin de retarder l’accroissement estival des populations de varroas et d’éviter une sur infestation létale ou sublétale en fin d’été. L'hypothèse de ce projet était que l’ajout de matrices cellulosées imprégnées d’acide oxalique et de glycérine, permettant un relargage lent d’acide oxalique et un contact constant avec les abeilles et les varroas, limiterait l’accroissement des populations de varroa dans les ruches en période estivale et permettra à la ruche un meilleur état de santé en pré et post hivernage. Les objectifs étaient donc de 1) Vérifier si des approches alternatives de relargage lent en période estivale d’acide oxalique (AO) peut éviter, limiter ou retarder l’accroissement des populations de varroas; 2) Vérifier si des effets néfastes sont présents sur la ruche et ses occupants; 3) Quantifier les résidus présents dans les miels; et 4) Vérifier les performances zootechniques d’hivernage.

Organisation : Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal
Auteur(s) : Pascal Dubreuil
Date de publication : 08 janvier 2020

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.