Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
173 documents disponibles
07 janvier 2019
Présentations de la journée biostimulants qui s’est déroulée dans le cadre des Journées horticoles et grandes cultures 2018 à Saint-Rémi. Seules les présentations autorisées pour publication sont déposées sur le site d’Agri-Réseau.   Consultez les présentations en suivant les liens.   Essais de 3 ans de biostimulants dans la fraise d'été Mylène Marchand-Roy, agr., M. Sc. La silice, en théorie et en pratique Luc Brodeur, agronome, Consultation agricole Luc Brodeur inc. Les mycorhizes, un atout incontournable pour une agriculture durable J. André Fortin, biol., Ph. D., Université Laval Les phytomicrobiomes: une relation à découvrir Donald L. Smith, professeur, Université McGill Tendances en innovation des bioproduits horticoles - les biostimulants Agathe Vialle agr., Ph.D., Biopterre Vos cultures ont-elles vraiment besoin de biostimulants? Danielle Gardner, d.t.a., DG Agri-Consultants inc. Lire la suite
Découvez les nouveautés du Programme services-conseils!
21 août 2018
Le Programme services-conseils vient d’être renouvelé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et il offre aux entreprises agricoles plusieurs nouveautés. Nouveau domaine d’intervention : la valeur ajoutée Vous pratiquez l’agrotourisme? Il est désormais possible de bénéficier de services-conseils en matière de mise en marché de proximité et de transformation artisanale grâce à l’ajout d’un nouveau domaine d’intervention au volet 1 du programme, à savoir la valeur ajoutée. Qu’il s’agisse d’établir un diagnostic spécifique, de procéder à une analyse des opérations dans votre entreprise ou de réaliser une mise à l’échelle d’un produit, faites appel à un conseiller compétent et dévoué qui contribuera à l’atteinte de vos objectifs. Rencontre de collaboration interprofessionnelle Vous êtes à la recherche d’une solution pour résoudre un problème complexe au sein de votre entreprise? Recevez les conseils de plusieurs experts au cours d’une rencontre de collaboration. Rien de plus efficace que de travailler en équipe pour surmonter une difficulté! Bonification pour les entreprises en démarrage et de la relève Votre entreprise en est encore à l’étape du démarrage ou vous faites partie de la relève agricole? Profitez d’un taux d’aide financière bonifié de 85 % et d’une augmentation de l’enveloppe globale à 40 000 $ pour obtenir des services-conseils diversifiés. Rappelons que le Programme services-conseils permet aux entreprises agricoles de recourir aux compétences d’un conseiller inscrit aux réseaux Agriconseils et de tirer parti d’une formule d’accompagnement qui comprend un diagnostic, des recommandations et un suivi et dont l’objectif est d’améliorer la capacité de prise de décision des dirigeants des entreprises agricoles. Pour obtenir plus d’information ou pour faire une demande d’aide financière, communiquez avec le réseau Agriconseils de votre région, au 1 866 680-1858, ou visitez le www.agriconseils.qc.ca. Soulignons que Lire la suite
09 janvier 2015
Le 4 novembre 2014, à l’occasion des élections de mi-mandat aux États-Unis, les habitants de certains États devaient se prononcer sur la question des OGM. C’est le cas de l’Oregon et du Colorado qui ont rejeté la mesure 92 et la proposition 105 exigeant aux fabricants de produits alimentaires et aux détaillants, l’étiquetage obligatoire des aliments génétiquement modifiés. Au Colorado, 34.53 % des 2 012 026 électeurs approuvaient l’étiquetage, alors qu’une majorité de 65.47 % était contre la proposition. En ce qui concerne l’Oregon, 49.97 % des 1 506 144 électeurs étaient en faveur de la mesure, tandis que 50,03 % étaient contre. Toutefois, en raison du résultat serré du vote, la Secrétaire d’État, Mme Kate Brown, avait commandé aux greffiers de comtés de procéder à un recomptage manuel et ils avaient jusqu’au 12 décembre pour le réaliser. À la lumière des résultats, l’Oregon a rejeté l’étiquetage obligatoire des aliments GM. De son côté, le comté de Maui, dans l’État d’Hawaii, proposait une initiative imposant un moratoire sur la culture d’OGM. L’initiative a été acceptée par 50,2 % des électeurs contre 47,9 %. Pour plus d'informations : Colorado Secretary of State (2014). « Proposition 105 ». Official results. En ligne :  http://results.enr.clarityelections.com/CO/53335/149711/Web01/en/summary.html Oregon Secretary of State (2014). « State Ballot Measure No. 92. ».  Unofficial Election Results. En ligne : http://oregonvotes.gov/results/2014G/1029276478.html Oregon Secretary of Lire la suite
10 juin 2014
Un premier guide des bonnes pratiques officielles sur ce sujet est réalisé par le Bureau de la coexistence européen (BCoE). Créé en 2008 pour implanter les conclusions du Conseil de l'agriculture du 22 mai 2006, le BCoE développe des documents de références techniques sur les meilleures pratiques agricoles propres à chaque culture pour atteindre une coexistence adéquate entre GM et non GM. Un seul groupe technique a été créé jusqu'ici. Il a produit un document sur la coexistence du maïs GM et non GM4. Le document du BCoE estime que pour un niveau maximal de 0,1 % de contamination, 250 m d'isolation est en moyenne satisfaisante et pour le seuil de 0,9 %, une distance de 50 m serait suffisante. Pour plus de détails sur ce sujet.  Lire la suite
10 juin 2014
La définition de la coexistence dans le contexte de l’utilisation des OGM est l'utilisation parallèle de systèmes de cultures avec et sans OGM. Une coexistence efficace permet alors de respecter l’identité des aliments destinés aux humains ou aux animaux et à maintenir leur séparation. Elle permet aussi à tous les agriculteurs de cultiver ou non des OGM. Ceci implique des conséquences économiques qui résultent de la présence adventice de matériel d’une culture dans une autre. Au fil des lectures de travaux sur la coexistence, cinq grands principes-clés pour une coexistence efficace sont recensés: 1. Mettre en contexte. 2. Cohérence et régularité. 3. Proportionnalité des mesures. 4. Équité et impartialité. 5. Facilité d’utilisation des mesures. Pour plus de détails sur ce sujet.  Lire la suite
11 juin 2014
Le projet de loi du Vermont sur l’étiquetage obligatoire des OGM est le « Bill H.112 : an act relating to the labeling of food produced with genetic engineering ».  Le 23 avril 2014, il a été voté à la Chambre des représentants des États-Unis et au Sénat de l’état du Vermont. Ce vote place le Vermont comme le premier état aux États-Unis à exiger l’étiquetage des OGM dans les aliments. Plusieurs autres États américains avaient fait des tentatives similaires, mais les projets de loi n’avaient pas été entérinés. Le projet de loi H.112 a été entériné par le gouverneur Peter Shumlin le 8 mai 2014. Dans l’introduction du texte du projet de loi, l’état du Vermont justifie cette action entre autres par le fait : i) qu’aucune politique officielle de la Food and Drug Administration (FDA) sur l'étiquetage des OGM n’a été adoptée; ii) que dans sa réglementation des aliments, la FDA ne fait pas de distinction entre les aliments génétiquement modifiés (GM) de ceux élaborés par la sélection végétale traditionnelle; iii) qu’il y aurait, selon eux, un manque de consensus quant à la validité de la recherche et la science entourant la sécurité des aliments GM; iv) qu’il n'y a eu aucune étude épidémiologique de longue durée aux États-Unis qui examine la sécurité de la consommation humaine d’OGM; v) que l’utilisation des OGM pourrait causer des préjudices à d’autres cultures comme la production biologique; et vi) pour fournir de l’information aux consommateurs qui ne souhaiteraient pas consommer des OGM pour des questions de santé Lire la suite
11 juin 2014
En novembre 2013, la revue Food And Chemical Toxicology retire officiellement l’article publié en septembre 2012, par une équipe de chercheurs du CRIIGEN qui démontrait une corrélation entre l’ingestion du maïs GM NK603 et la croissance de tumeurs cancéreuses chez les rats. L’éditeur en chef de la revue a publié une lettre exprimant le fait que la revue se devait d’annuler la publication de l’article, car après une deuxième révision des données, ces dernières ne supportent pas les conclusions des auteurs sur la dangerosité du maïs GM. Références: November 19 2013. A. Wallace Hayes Editor-In-Chief, Food and Chemical Toxicology, Letter to Professor Séralini. En ligne.   SERALINI, GE, et al. (2012). « RETRACTED: Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize. » Food and Chemical Toxicology 50 (11) :4221–4231. En ligne.  Editor in Chief of Food and Chemical Toxicology answers questions on retraction. En ligne.  Retraction notice to « Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize » Food Chem. Toxicol. 50 (2012) 4221–4231] En ligne. Lire la suite
11 juin 2014
La pomme génétiquement modifiée (GM) anti-brunissement est une pomme de la variété Artic (Artic Golden Delicious et Artic Granny Smith). Elle a été modifiée sans l’ajout d’un gène étranger. Il s’agit plutôt d’une modification du métabolisme de la pomme pour empêcher la synthèse d’une enzyme (la polyphénol oxidase – PPO) qui provoque le brunissement lorsque la pomme subit un choc ou est coupée. Dans la pomme GM, l’activité de la PPO a été complètement supprimée. Aucune modification à la valeur nutritionnelle et aux autres composés du métabolisme n’a été réalisée. La compagnie canadienne Okanagan Speciality Fruits Inc. a effectué en avril 2012 une demande d’approbation auprès de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et de Santé Canada pour cette pomme GM qui ne brunit pas. Une demande similaire a été également réalisée aux États-Unis auprès du USDA Animal and plant Inspection Service (APHIS). Le dossier a été déposé au Canada le 15 avril 2012. Une période de commentaires était ouverte jusqu’au 3 juillet 2012. Aux États-Unis, une première consultation publique a eu lieu également au printemps 2012. La 2e consultation a eu lieu du 10 novembre au 9 décembre 2013. La compagnie de la Colombie-Britannique veut commercialiser sa pomme sous le nom « nonbrowning Artic™ apple ». Les autorisations finales au Canada et aux États-Unis ne sont pas encore terminées. La pomme GM anti-brunissement serait destinée davantage au marché de la transformation de la pomme (pomme tranchée, préparation de pommes cuites, etc.) Lire la suite
11 juin 2014
L’industrie porcine est un secteur intensif de l’agriculture au niveau mondial. Les conséquences environnementales de l’élevage intensif du porc font l’objet de plusieurs critiques dont les odeurs de lisier et l’impact négatif potentiel des rejets phosphatés sur l’eutrophisation des plans d’eau. La grande part de phosphore contenu dans le lisier se retrouve sous la forme d’acide phytique, la forme prédominante de phosphore présente dans les céréales. De 50 à 75 % du phosphore existant dans les grains et les céréales comme le maïs, le soja, l’orge et le blé l’est sous cette forme. Or, les animaux monogastriques comme le porc ne sont pas capables de digérer cette source de phosphore. Le phosphore est un élément essentiel à la santé du porc et doit par conséquent être ajouté à sa diète. L’Enviropig™ Des travaux de recherche en génie génétique ont porté dans les dernières années sur une modification génétique qui permettrait au porc de digérer l’acide phytique et d’en retirer le phosphore dont il a besoin. L’ajout par transgénèse de l’enzyme phytase exprimée dans les glandes salivaires (salive) permettrait d’utiliser l’acide phytique de la nourriture pour le métabolisme de l’animal. Les porcs Enviropig™ digèreraient donc plus efficacement le phosphore que les porcs conventionnels Yorkshire. Avec cette nouvelle particularité de l’Enviropig™, il ne serait plus nécessaire de fournir des suppléments de phosphore ou de phytase à l’animal. Par conséquent, l’acide phytique serait présent en quantité réduite dans le lisier du porc Lire la suite
11 juin 2014
Monsanto Canada Inc. et Forage Genetics International LLC ont conjointement mis au point la luzerne Roundup Ready® (RR), destinée à la production commerciale de cultures fourragères pour l'alimentation du bétail. Cette luzerne génétiquement modifiée (GM) est tolérante à l’herbicide glyphosate (RoundUp). En 2005, la luzerne Roundup Ready® a fait l'objet d'une évaluation de la salubrité des aliments du bétail, d'une évaluation du risque environnemental et d'une évaluation de la salubrité des aliments par l'Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et Santé Canada. Les données obtenues ont confirmé que la luzerne RR se comportait exactement comme les autres variétés classiques de luzerne. En 2013, la compagnie Gold Medal Seeds Inc. a présenté à l'ACIA une demande d'enregistrement de variété. La demande a été évaluée et la variété a été enregistrée le 26 avril 2013. Cet enregistrement de la variété autorise la commercialisation de la semence de luzerne RR au Canada. L’Association canadienne du commerce des semences (ACCS) a publié, en août 2013, un plan de coexistence pour l’introduction possible de la luzerne GM dans l’est du Canada. Les meilleures pratiques de gestion (MPG) proposées par l’ACCS touchent les sujets suivants : Importance de la tenue de dossier; Moyens de prévenir la présence adventice (PA) de luzerne GM dans la luzerne non-GM lors de la plantation, de la récolte et de l’entreposage; Suggestions pour diminuer le risque de PA découlant du flux génétique et éliminer d’éventuelles repousses spontanées de luzerne GM. Ce plan a cependant Lire la suite
1 à 10 sur 173
Infolettre Biotechnologie moderne et OGM

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.