Chargement en cours

    Le désherbage mécanique dans les productions maraîchères et de petits fruits

    Le contrôle des mauvaises herbes dans les productions maraîchères et de petits fruits

    Le contrôle des mauvaises herbes résulte d’un compromis! Un compromis entre les coûts associés aux méthodes de contrôle possibles, le niveau d’infestation des mauvaises herbes tolérables pour la culture, les risques de phytotoxicité sur la culture, les risques pour la santé et l’environnement et le rendement de la culture. Le sarclage manuel est la méthode qui permet un contrôle idéal des mauvaises herbes sans impact sur la culture. Mais à quel coût? L’utilisation des herbicides est rapide mais comporte certains inconvénients : le risque de phytotoxicité sur la culture, le manque d’efficacité sur des espèces de mauvaises herbes, le risque de développement de résistance, la rémanence variable et le risque sur la santé et l’environnement. Le désherbage mécanique comporte également certains inconvénients dont le risque de bris des cultures et la nécessité de faire des passages répétés. Par contre, lorsque des outils de sarclage performants sont utilisés, le désherbage mécanique permet de réduire le sarclage manuel et l’utilisation d’herbicides; il représente un bon compromis pour le coût et l’efficacité du travail si on le compare au sarclage manuel et à l’utilisation d’herbicides pour obtenir un rendement adéquat de la culture.

    La contrainte « temps »

    Avec les mauvaises herbes, « le temps joue contre nous »! Selon des essais réalisés par Douville et al en 1995, le contrôle du chénopode par la houe rotative était de 90% au stade cotylédon et de seulement 35% au stade 4 feuilles. Il est ainsi nécessaire d’utiliser des outils efficaces pour agir lorsque les mauvaises herbes sont les plus vulnérables dans leurs jeunes stades de croissance.

    Particularité des cultures sarclées 

    L’utilisation seule des herbicides est insuffisante dans les productions maraîchères et de petits fruits pour contrôler adéquatement les mauvaises herbes tout au long de la saison. Les herbicides ont une rémanence variable et ne sont pas efficaces sur toutes les mauvaises herbes, favorisant la croissance des espèces moins sensibles. Plusieurs des cultures recouvrent peu le sol et sont peu compétitives, laissant l’espace aux mauvaises herbes pour pousser. Le sarclage mécanique et/ou manuel est nécessaire et l’utilisation d’outils de travail efficaces et précis est essentielle pour optimiser les opérations de contrôle des mauvaises herbes. La lutte intégrée est possible mais elle demande de mettre l’accent sur certains aspects :
    • Faire le suivi des champs;
    • Intervenir au bon moment;
    • Utiliser les outils adaptés aux stades de cultures et des mauvaises herbes;
    • Ajuster les appareils et
    • Faire des essais pour combiner des outils ou les adapter à des besoins spécifiques.

    Le choix des sarcleurs

    Ce document, réalisé dans le cadre d'un projet supporté par le programme Prime-Vert sous-volet 3.1 de la Direction Régionale Capitale-Nationale du MAPAQ, vise à regrouper des informations concernant les sarcleurs mécaniques utilisés dans les productions maraîchères et de petits fruits et à montrer le fonctionnement des outils dans des séquences vidéos. Lorsque disponible, un hyperlien nous dirige vers les séquences vidéos montrant l’utilisation des sarcleurs en conditions réelles d’utilisation. Une partie des vidéos ont été réalisés en 2016 et d’autres suivront en 2017 dans le but de répertorier différents types de sarcleurs. Éventuellement, d’autres films pourront être faits au fil des ans selon les nouveautés rencontrées. Des hyperliens de vidéos réalisés par les fabricants d’outils sont aussi proposés dans la section de description de chacun des outils. Pour chaque type de sarcleurs et d’outils de précision présentés plus bas, les informations techniques suivantes sont indiquées :
    • Le fonctionnement de l’outil, ajustement et profondeur de travail;
    • La vitesse de travail;
    • Les stades sensibles des mauvaises herbes pour l’outil;
    • Les références sur les fabricants et les distributeurs en hyperlien.
    Bon visionnement!
     

    Présentation des outils

     
    Sarcleur à dents #1
    voir informations sur le lien vidéo.

     









    Sarcleur à dents droites
    voir informations sur le lien vidéo.











    Sarcleur à dents vibrantes en « S » 













    Fonctionnement : Des dents en « S » sont placées sur un porte-outil et positionnées de chaque côté du rang. En travaillant le sol, les dents vibrent selon la résistance au sol, ce qui en occasionne un brassage. Différents embouts (pointes droites à pattes d’oie) peuvent être utilisés. Les dents peuvent être utilisés sur plusieurs porte-outils (sarcleur léger relié au porte-outil par un parallélogramme avec roue de profondeur, porte-outils fixe, etc) et sont utilisées pour le sarclage de l’entre-rang en complément à d’autres outils de désherbage de précision. Ils servent souvent à incorporer les fertilisants.

    Vitesse de travail : 3 à 8 km/hre
    Stades des mauvaises herbes : de fil blanc à 8 à 10 cm de hauteur
    Fabricants et distributeurs : plusieurs fabricant et distributeurs



     
    Voir informations sur le lien vidéo.










     

    Sarcleur à doigts « Buddingh » 
    voir informations sur le lien vidéo















    Sarcleur à doigts Kress (KULT), Schmotzer, Einböck et Steketee 

    voir informations sur le lien vidéo











     












    Fonctionnement : Outil qui peut sarcler entre les plants sur le rang mais, nécessite une personne assise derrière le sarcleur pour contrôler le déplacement latéral des unités de sarclage. L’unité de sarclage est composée de dents droites positionnées perpendiculairement autour d’un disque. Les unités sont entraînées mécaniquement soit par la prise de force, soit de façon hydraulique. L’entraînement mécanique permet un sarclage plus agressif que les sarcleurs de type Buddingh, Kress et Steketee et augmente ainsi la fenêtre d’utilisation du sarcleur. Ce travail plus agressif augmente par contre les risques de bris aux racines de la culture lorsque le sarcleur passe près des plants. La profondeur de travail est ajustée avec des roues de profondeur qui supportent l’outil et il peut travailler jusqu’à 6 à 8 cm de profondeur.   
    Vitesse de travail : 1 à 3 km/hre
    Stades des mauvaises herbes : de plantule à 5-7 cm
    Fabricant et distributeur : Univerco-ECO 
    Vidéo Univerco
     


    Fonctionnement : Outil composé de 2 séries de « cages d’écureuil » de différentes largeurs, montés en série. La 1ère rangée de cage entraîne la 2ième rangée à l’arrière à l’aide d’un engrenage installé sur chacune des 2 rangées et relié par une chaîne. L’engrenage de la 2ième rangée comporte moins de dents que celui de la 1ère rangée et tourne ainsi plus rapidement que la 1ère rangée, augmentant l’efficacité du sarclage. Le sarcleur est porté sur le sol et entraîné par le roulement au sol. Il travaille superficiellement et projette peu de sol sur les côtés rendant possible le passage près de la culture sans risquer de projeter du sol dessus. La distance entre les cages s’ajuste selon l’espacement entre les rangs des cultures. Cet outil peut se combiner à d’autres outils comme le sarcleur à peigne.
    Vitesse de travail : 2 à 10 km/hre
    Stades des mauvaises herbes : de fil blanc à plantule
    Fabricant et distributeur : Buddingh-cage

    Fabricant et distributeur : ADJM-cage

    Fabricant : KULT-cage
    Distributeur : ADJM
     

    Fonctionnement : Outil composé d’une série de peignes flexibles traînée sur le sol, qui passe sur la largeur complète de la surface de travail et déracine les jeunes plantules de mauvaises herbes. L’angle des peignes est ajustable pour ajuster leur niveau d’agressivité en fonction du type de sol et de la culture. Sur certains modèles, les dents peuvent être relevées individuellement vis-à-vis des rangs pour éviter de sarcler sur le rang, particulièrement lorsque la culture est à un stade vulnérable (p. ex., début levée à 2 feuilles selon les cultures). Le peigne travaille le sol superficiellement et l’ajustement est réalisé par des roues de profondeur. La fenêtre d’utilisation du peigne est assez limitée pour la majorité des cultures semées car le passage est possible des stades germination jusqu’à prélevée et après le stade 2 à 3 vraies feuilles selon la culture. Les spécifications d’utilisation ont été validées majoritairement pour les grandes cultures et restent à valider pour plusieurs cultures maraîchères. Lors de son utilisation, le peigne peut traîner les résidus présents sur le sol, comme les tiges de maïs, les rhizomes de chiendent, etc, lorsque ceux-ci sont présents. Des unités de peigne comptant 4 à 6 dents peuvent aussi être combinées à différents types de sarcleurs et peuvent être positionnées de façon à passer près du rang pour réprimer les jeunes plantules de mauvaises herbes.
    Vitesse de travail : 4 à 12 km/hre
    Stades des mauvaises herbes : de fil blanc à plantule
    Fabricant et distributeur : Produits agricoles RFC

    Fabricant:  Hatzenbichler-peigne
    Vidéo Hatzenbichler-peigne
    Distributeur : ADJM

    Fabricant : Carré-peigne
    Distributeur : ADJM

    Fabricant : Steketee-peigne 
    Distributeur: Univerco

    Fabricant : Einboeck-peigne
    Distributeur : Frontlink, Félix-Antoine Bernier (est du Canada): 418-561-9464

    Fabricant : Monosem
     


    Fonctionnement : Les lames sont montées sur un bras droit fixé et serré sur un support en « C » avec un boulon permettant d’ajuster la profondeur de travail en fonction des autres outils utilisés simultanément. Le bras qui supporte la lame est positionné près du rang tandis que la lame est dirigée vers l’entre-rang. Pour optimiser leur efficacité, les lames doivent travailler à environ 2 à 3 cm de profondeur et ont pour objectif de couper les racines des mauvaises herbes sous la surface du sol en déplaçant peu de sol, ce qui permet de passer près du rang sans risquer d’endommager la culture.
    Vitesse de travail : 3 à 7 km/hre
    Stades des mauvaises herbes : de plantule à 4 à 6 cm
    Fabricant : Steketee-lame
    Distributeur: Univerco

    Fabricant : KULT
    Distributeur : ADJM

    Fabricant: Schmotzer
    Distributeur: Équipement R et R

     
    Guidage par un marqueur ou senseur au sol ou sur les rangs
    Voir information sur le lien vidéo



    Guidage par caméra sur le rang
    Voir information sur le lien vidéo

     
    Guidage par caméra entre les plants
    Fonctionnement : des caméras positionnées au-dessus de chaque rang crée une image de la position exacte de chaque plant. Une interface électronique traite les images et actionne le contrôle des bras mobiles des sarcleurs afin de pouvoir les déplacer sur le rang et entre les plants.
    Fabricant : Garford (Robocrop inrow)-vidéo sur cette page
    Distributeur : willsie

    Fabricant : KULT (Robovator)
    Utilise le système de caméra de F. Poulsen
    Distributeur: ADJM

    Fabricant : Steketee (Steketee IC)
    Vidéo Steketee IC
    Distributeur: Univerco
     
    Guidage par GPS
    Fonctionnement : Un système de guidage GPS (RTK) ayant une précision de 2,5 cm et moins prend en charge la conduite du tracteur. Utilisé largement dans les grandes cultures pour les opérations de préparation de sol, de semis et de pulvérisation, il commence aussi à être utilisé pour le sarclage de précision. L’utilisation du GPS pour le sarclage demande que les opérations culturales qui précèdent, le billonnage s’il y a lieu, le semis et/ou la plantation, aient aussi été faites par GPS, de façon à s’assurer du passage de la machinerie dans les mêmes traces.
    Selon que les outils de travail soient traînés derrière le tracteur (ce qui permet un déplacement latéral des outils indépendamment du tracteur) ou fixés directement au tracteur (le sarcleur suit exactement les mouvements du tracteur), il est nécessaire d’utiliser soit 2 GPS dans le cas des outils traînés (1 GPS pour le tracteur et 1 GPS pour l’outil traîné), soit 1 GPS dans le cas des outils fixés au tracteur.
    Sarcleur traîné (GPS sur le tracteur et GPS sur le sarcleur) :
    Vidéo sarclage (GPS sur le tracteur et GPS sur l'outil traîné)

    Sarcleur fixé sur l’attache 3 points du tracteur (GPS sur le tracteur seulement) :
    Vidéo sarclage (GPS sur le tracteur seulement)
     
    Fonctionnement : les outils sont positionnés dans la partie centrale du tracteur, entre les roues motrices à l’arrière et les roues conductrices à l’avant, pour que l’opérateur puisse bien voir les outils devant lui et qu’il puisse ainsi faire un sarclage de précision sans avoir besoin de personnes supplémentaires ni à utiliser de caméras ou de GPS.

    Fabricant: Mazzotti : https://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Regions/Monteregie-Ouest/Journees_horticoles_2013/6_decembre/Lutte_integree/10h50_4de4_Mazzotti_MLeblanc.pdf

    Tracteur Cultitrack fabriqué par Terrateck

    Tracteur Soliter fabriqué par Denis Giroux, agr.

    Tracteur Tuff-Bilt fabriqué par par Tuff-Bilt







     

    Références :
    Bernier, D., Duval, B. et M. Leblanc, 2016. Alternatives au désherbage chimique dans le maïs sucré : le désherbage mécanique et le pyrodésherbage. Bulletin d’information no 2, avril 2016 du Réseau d’avertissement phytosanitaire.

    Benoit, D. et K. Sanderson, 2010. Production de carottes sur buttes, stratégies de lutte à risque réduit contre les mauvaises herbes. AAC, 6 p.

    Bowman, G. 1997. Steel in the field, a farmer’s guide to weed management tools. Sustainable agriculture networks. 128 p.

    Capron, P. et coll., 2014. Guide désherbage alternatif en légumes, région de Picardie. Écophyto. 20 p.

    Coulombe, A.-M. et Y. Douville, 2000. Appareils de désherbage mécanique en grandes cultures. Technaflora, 24 p.

    Cloutier, D. et M. Leblanc, 2003. Le désherbage mécanique du maïs sucré. IRDA.

    Douville, Y. et A.-M. Coulombe, 1999. Le désherbage mécanique du maïs. Centre de développement d’agrobiologie, 6 p.

    Douville, Y., 2000. Le désherbage mécanique du soya. Technaflora, 6 p.

    Icard, C., M. Perus et C. Porteneuve, 2010. Le point sur les méthodes alternatives-le binage de précision. CTIFL, 6 pages.

    Leblanc, M., Initiation au désherbage mécanique dans le maïs et le soya. IRDA, 4p.

    Leblanc, M., 2013. Désherber ses champs autrement; porte-outils Mazzotti et unités de sraclage allemandes. IRDA.

    Leblanc, M., S. Guimont et A. Weil. 2015. Techniques et outils de maraîchages. Présentation au Salon Tech et Bio 2015, 23 et 24 septembre 2015, Rhône-Alpe, France.

    Ruuttila, Eero, Cultivating tractors and implements for weed management, sprecialised tillage and seeding. UCONN.

    Yvon, J.-P., 2016. La multiplication des outils de désherbages en grandes cultures. Cetab+. Présentation lors du colloque Bio pour tous 2016.

    Commentaires (0)
    Se connecter

    Organisation : CAE en horticulture et RLIB
    Date de publication : 20 décembre 2016

    Annonces