Chargement en cours

    Conseils boursiers pour les éleveurs bovins (1re partie)

     Télécharger le document original
    La plupart d'entre nous sommes familiers avec le concept de la vente et de l'achat d'actions d'entreprises sur le marché boursier. Même si nous ne participons pas personnellement au « marché », nous savons que l'une de ses principales caractéristiques est le risque! Et depuis un an et demi, les événements ont bien montré à quel point ces marchés pouvaient être instables. Les investissements à « rentabilité certaine », comme certaines entreprises de haute technologie, ont coulé à pic. La tragédie des attaques terroristes a mis en relief la vulnérabilité des secteurs de l'économie aux événements imprévisibles. Le risque est devenu excessif./ Mais saviez-vous que les éleveurs bovins participent à l'un des marchés les plus anciens et les plus risqués sur terre? En effet, le marché à bestiaux ou livestock market est à l'origine du nom stock market donné actuellement aux marchés financiers de Bay Street, de Wall Street et d'ailleurs! Les fluctuations rapides des prix des bestiaux au marché avec lesquels composent les agriculteurs depuis le Moyen Âge ont inspiré ce choix de nom! / Ainsi donc, les éleveurs qui produisent pour des marchés non réglementés, comme le bœuf et le porc, sont habitués au risque. On pourrait même dire qu'ils ont inventé le risque de prix. Mais y a-t-il des façons de réduire le risque?

    Organisation : Ministère de l'Agriculture de l'Ontario
    Auteur(s) : Tom Hamilton - chef du programme des systèmes de production bovins de boucherie/MAAO
    Date de publication : 14 septembre 2004

    Annonces