Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 8, 22 juillet 2021

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Cultures maraîchères en serre
Réseau des serres sentinelles : synthèse des observations des deux dernières semaines et évolution par rapport à la semaine 26. Principaux ravageurs observés : puceron vert du pêcher, puceron du melon, punaise terne, teigne du poireau, thrips, tétranyque à deux points. Principales maladies observées : alternariose, blanc, moisissure grise et cladosporiose. Nouvelles observations de la stemphyliose dans la tomate et de la tache plectosporienne dans le concombre.
 
 
RÉSEAU DES SERRES SENTINELLES

Synthèse des observations
Le nombre de sites observés varie selon les cultures : tomate (20 sites), concombre (24 sites), poivrons (13 sites) et aubergine (7 sites), céleri (3 sites), cucurbitacées (2 sites), échalotte (2 sites), haricot (2 sites), laitue (1 site). Rappelons que le niveau de pression est déterminé grâce aux évaluations des conseillers, qui établissent un niveau d’infestation par plant ainsi que la répartition dans la serre.

Les faits saillants des deux dernières semaines

Tomate
Faible présence de thrips et de tétranyques, avec des populations qui semblent bien contrôlées. Le blanc (oïdium) est en augmentation. On note la présence d’alternariose (syn. tache alternarienne) et de gale (syn. cladosporiose) dans plusieurs sites. Une nouvelle maladie, la stemphyliose, a été détectée dans deux serres.

Concombre
Le puceron du melon fait son apparition dans deux serres avec des populations moyennes à élevées. La population de thrips et de tétranyques est stable avec un niveau de pression moyen à élevé dans quatre sites. Des cas de chrysomèle rayée, de flétrissement bactérien, de punaise de la courge et de punaise terne ont été signalés dans quelques serres. Un cas de défoliation par les criquets est rapporté. La tache concentrique (syn. corynesporiose) et la tache plectosporienne (Plectosphaerella sp.) ont été détectées pour la première fois dans le concombre de serre, cet été.

Poivron
Le puceron vert du pêcher est bien présent dans les serres de poivron, mais contrôlé grâce à l'introduction d’auxiliaires de lutte et aux ennemis naturels qui colonisent les serres. Les tétranyques à deux points et les thrips sont bien présents, mais contrôlés.

Aubergine
Les pucerons (vert du pêcher et rose du tabac) sont bien présents dans les serres, avec des niveaux moyens à élevés, et des populations en croissance.

Céleri
Des criquets ont été observés causant une défoliation importante dans une serre du réseau. Du Fusarium et de la pourriture molle bactérienne (Pectobacterium carotovorum) ont été observés pour la première fois, cet été, dans cette culture en serre.

Haricot
Des chrysomèles rayées du concombre et des punaises de la courge présentes dans une serre se sont attaquées au haricot après la récolte et l’enlèvement du concombre.

Échalote et ciboulette
La teigne du poireau a été observée à des niveaux élevés causant des dommages importants dans deux serres du réseau. Les thrips étaient aussi bien présents dans une serre.

Laitue
Le puceron de la pomme de terre a été observé sur un site.

 
 Synthèse des observations des semaines 27 et 28 (du 5 au 19 juillet)
Problématique Sites touchés/
Sites observés 
Niveau de pression  Évolution 
Concombre (24 sites)
Ravageurs  Aleurode du tabac  1/24 Faible  =
Chrysomèle rayée du concombre  4/24 Élevé H
Criquets à pattes rouges  1/24 Faible  =
Tétranyques à deux points  4/24 Moyen  =
Puceron du melon  2/24 Moyen H
Punaise terne  2/24 Moyen  =
Punaise de la courge  1/24 Faible  =
Thrips  4/24 Moyen  =
Maladies  Alternariose  2/24 Moyen  =
Moisissure olive (Cladosporiose)  5/24 Élevé H
Tache concentrique (Corynesporiose)  1/24 Faible 1re observation
Blanc  2/24 Moyen H
Maladies des racines et du collet
(Fusarium, Pythium, Verticillium)
 4/24 Moyen  =
Flétrissement bactérien  2/24 Élevé  =
Plectosphaerella sp.  2/24 Faible 1re observation
Tomate (20 sites)
Ravageurs  Aleurodes  2/20 Moyen  =
Sphinx de la tomate  1/20 Faible B
Tétranyques à deux points  1/20 Moyen  =
Thrips  1/20 Faible  =
Maladies  Alternariose  3/20 Moyen  =
Blanc  7/20 Moyen H
Botrytis  2/20 Moyen  =
Moisissure olive (Cladosporiose)  6/20 Moyen H
Sclérotinia  1/20 Moyen  =
Stemphyliose  2/20 Moyen 1re observation
Poivron (13 sites)
Ravageurs  Puceron rose du tabac  1/13 Élevé B
Puceron vert du pêcher  7/13 Moyen  =
Punaise terne  1/13 Moyen H
Tétranyques à deux points  2/13 Moyen  =
Thrips  2/13 Moyen  =
Maladies Fumagine  1/13 Moyen H
Aubergine (7 sites)
Ravageurs  Puceron rose du tabac  1/8 Moyen  =
Puceron vert du pêcher  3/8 Moyen H
Tétranyques à deux points  1/7 Moyen  =
Thrips  4/8 Moyen H
Céleri (3 sites)
Ravageurs  Criquets    1/3 Moyen 1re observation
Maladies  Fusarium sp.  1/3 Moyen 1re observation
Pectobacterium carotovorum
(Pourriture molle bactérienne)
 1/3 Moyen 1re observation
Échalotte et ciboulette (2 sites)
Ravageurs  Teigne du poireau  2/2 Élevé 1re observation
Thrips  1/2 Élevé 1re observation
Haricot  (2 sites)
  Altises  1/2 Faible H
Ravageurs  Chrysomèle rayée du concombre  1/2 Faible 1re observation
Punaises de la courge  1/2 Faible 1re observation
Thrips  1/2 Faible H
Laitue (1 site)
Ravageurs  Puceron de la pomme de terre  1/1 Moyen H
Évolution par rapport à la semaine 26 : à la hausse (H); à la baisse (B); stable (=)

 
STEMPHYLIOSE DANS LA TOMATE

La stemphyliose a été détectée pour la première fois au Québec dans deux serres de tomate. C’est une maladie causée par un champignon qui se maintient facilement sur les débris végétaux de la tomate et autres hôtes alternatifs. Elle est essentiellement aérienne et cause de minuscules taches brunâtres, lesquelles peuvent s’agrandir pour occuper de larges portions du limbe dans des conditions particulièrement humides. Les taches s’éclaircissent et finissent par prendre une teinte grisâtre au fur et à mesure qu’elles se nécrosent et qu’elles sèchent. Il y a plusieurs hôtes alternatifs cultivés (poivron, aubergine) ou sauvages (Solanum sp.) de cette maladie, et elle est dispersée par le vent et les éclaboussures d’eau. Son développement est favorisé par des conditions climatiques humides (pluie, rosée, aspersions, condensation dans les serres) et par des températures élevées (optimum entre 23 et 27 °C).

Aucun fongicide n’est homologué pour lutter contre cette maladie. Les méthodes de lutte consistent en l’élimination des plants affectés et des plantes hôtes intermédiaires. Une densité de plantation plus faible, qui favorise une meilleure aération et un bon ressuyage après les aspersions, peut permettre d’éviter le développement de la maladie. La désinfection de la serre (sol et structure) après une infection est primordiale afin d’éviter une réinfection l’année suivante. Privilégiez les cultivars résistants (gène Sm), qui sont nombreux. Communiquez avec votre semencier, car plusieurs cultivars possèdent le gène de résistance sans qu’il soit indiqué dans les caractéristiques.
 
Image Agri-Réseau

Symptômes de la stemphyliose sur la tomate
Photo : Réseau des serres sentinelles



Pour plus d'information


CORYNESPORIOSE DANS LE CONCOMBRE

La corynesporiose ou tache concentrique (Corynespora cassiicola) est une maladie fongique de plus en plus présente dans les serres de concombre québécoises. Elle se maintient et se multiplie sur une grande diversité de plantes cultivées (poivron, aubergine, melon, concombre, haricots, soya, etc.) et se conserve facilement plus de deux années sur les débris végétaux. Elle est favorisée par de longues périodes d’humidité et des températures de 24 à 31 °C (optimum de 28 °C). Les champs de soya avoisinants peuvent être une source importante d’inoculum. Les principaux symptômes apparaissent sur les vieilles feuilles, sous forme de taches brun clair plus ou moins délimitées par les nervures, ou parfois arrondies, entourées d’un halo jaune bien visible. Les taches se répartissent sur l’ensemble de la feuille.

Des cultivars résistants sont disponibles (gène Cca ou Cc) et devraient être privilégiés lorsque des infections ont déjà été observées. Il faut jeter les tissus foliaires infectés et ne pas les abandonner au sol lors de la récolte. La plupart des fongicides, incluant les strobilurines (ex. : PRISTINE WG), efficaces sur les autres taches foliaires comme Alternaria ou Cercospora, seraient également efficaces contre Corynespora. Parmi les biofongicides, les produits à base de Bacillus subtilis (ex. : RHAPSODY ASO) démontreraient également un potentiel intéressant pour lutter contre la maladie.

Pour plus d'information  
Image Agri-Réseau

Symptômes de tache concentrique (corynesporiose)

Liette Lambert, agr. (MAPAQ)

 

PUCERON DU MELON

Cette espèce de puceron a fait son apparition au cours des dernières semaines, dans les serres de concombre, et elle est en augmentation. Cette espèce se reproduisant très rapidement et pouvant causer des dommages importants à la culture, il est important d’intervenir dès les premiers foyers détectés. L’introduction de doses curatives importantes de parasitoïdes (ex. : Aphidius), combinée à des prédateurs (chrysopes, coccinelles, Aphidoletes, syrphes, etc.) peut permettre un contrôle efficace de ce ravageur. De nombreuses serres présentent des larves et des adultes de coccinelles, de syrphes et de punaises prédatrices Nabis qui proviennent de l’extérieur et qui contribuent au contrôle des pucerons. Restez attentif!

Pour plus d'information  
Image Agri-Réseau

Pucerons du melon et larves de syrphe, coccinelle à quatorze points et punaise Nabis
Photos : Réseau des serres sentinelles



Pour le choix des auxiliaires
Pesticides homologués en serre
 
Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.
 
Cet avertissement a été rédigé par Mahmoud Ramadan, agr. (MAPAQ) et Geneviève Labrie, Ph. D., entomologiste (CRAM), avec la collaboration de Claudine Desroches, chargée de projet du Réseau des serres sentinelles du CRAM. Il a également été révisé par Line Bilodeau, agr., M. Sc. (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter l'avertisseur du réseau Cultures maraîchères en serre ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d’en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Cultures maraîchères en serre
Date de publication : 22 juillet 2021

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.