Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
1399 documents disponibles

Nouveau

25 février 2020

Mise à jour

17 février 2020
La fusariose de l'épi est une maladie fongique qui touche plusieurs cultures céréalières au Québec. Elle est reconnue comme étant la maladie la plus importante chez le blé et l'orge en Amérique du Nord. Contenu de cette brochure : connaître son ennemi, moyens de lutte, mycotoxines, la recherche, ce que vous pouvez faire. Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 1, 10 février 2020
10 février 2020
CHRYSOMÈLE DES RACINES DU MAÏS : CHAMPS À RISQUE ET MÉTHODES DE LUTTE Les chrysomèles des racines du maïs peuvent causer des pertes de rendement parfois importantes et augmenter les risques de verse dans le maïs. Les larves de chrysomèle se nourrissent de racines de maïs. Ces larves proviennent des œufs pondus l’été précédent dans des champs de maïs. Des tiges en forme de col d’oie sont souvent un indicateur de la présence de larves de chrysomèle. Les adultes peuvent aussi parfois causer des dommages en s’alimentant du pollen et des soies du maïs, ce qui peut occasionner des problèmes lors de la pollinisation. Deux espèces coexistent au Québec : la chrysomèle des racines du maïs de l’ouest, de couleur jaune avec des bandes noires et la chrysomèle des racines du maïs du nord, de couleur verte. Les deux espèces causent le même type de dommages et les méthodes de lutte pour les contrôler sont identiques. Comparativement aux années antérieures, en 2018 et 2019, davantage de cas de champs endommagés par ce ravageur ont été rapportés au RAP Grandes cultures.   À gauche : plants de maïs endommagés par des larves de chrysomèle des racines du maïs; à droite : chrysomèle des racines du maïs de l'ouest (cols d'oie) À gauche : Mathieu Neau (CÉROM); à droite : Sébastien Boquel (CÉROM) Comme l’insecte se nourrit presque exclusivement de maïs, le meilleur moyen de lutte consiste donc à éviter de semer du maïs sur un précédent de maïs. Depuis 2008, le RAP effectue du piégeage des chrysomèles dans des champs de maïs. Les données accumulées démontrent la grande efficacité de la rotation comme moyen de lutte. Même une simple alternance maïs/soya est efficace. Les captures de chrysomèles dans le cadre du RAP en 2018 et 2019, dans des champs en maïs continu, ont été plus importantes que pendant les années précédentes, mais cette hausse n’a pas été observée dans les champs de maïs sur précédent de soya. Il faut garder en tête que le maïs spontané dans un champ de Lire la suite
29 janvier 2020
Les engrais de ferme (EF) sont largement utilisés en agriculture biologique puisqu’ils sont riches en azote efficace (Neff). Toutefois, ils contiennent beaucoup de phosphore (P), ce qui leur crée un ratio Neff/Ptot faible. Pour les cultures exigeantes en N, des quantités excessives de P sont donc apportées, ce qui favorise l’enrichissement en P des sols. Ceci est une contrainte importante dans les régions productrices de grains, telle la Montérégie, où une majorité de sols sont saturés en P. Ce projet visait donc à valider une régie de trois ans combinant l’usage prédominant d’engrais verts (EV) en tête de rotation et d’EF l’année de la culture la plus exigeante en N d’une rotation blé/maïs-grain/soya. Les EV testés devaient présenter un fort potentiel de fourniture en N (50 kg Neff /ha) et les EF devaient permettent de fournir rapidement une quantité appréciable de Neff (100 kg ha-1). Cependant, des biomasses plus faibles qu’attendues ont été produites, avec 2,0 et 2,8 T ha-1 (b.h.) de trèfle en intercalaire du blé et de pois fourrager en post récolte du blé, respectivement, n’apportant ainsi que 14 et 21 kg Neff ha-1. Néanmoins, le pois a montré une forte tendance (P= 0,1272) à accroître les rendements en maïs de 17 % (1,42 T/ha de plus), comparativement au témoin sans EV et au trèfle. L’effet des EF sur les rendements en maïs a été plus grand (P= 0,0004) que celui des EV, d’une part à cause des biomasses d’EV, mais surtout parce que les doses d’EF visaient des apports deux fois plus élevés de Neff ha-1. Le lisier de porc (LP) appliqué en post-émergence du maïs et le fumier de poulet à griller incorporé à l’automne (FPA) ont produit les plus hauts rendements (plus de 9,6 T ha-1), 63 % plus élevés que celui du sol sans EF. Tel que le révèle le suivi in situ en continu du nitrate (NO3) du sol, cette performance s’explique par une meilleure synchronisation entre leur fourniture en NO3 et le pic de besoin en N du maïs (60-90 JAS), obtenue par des moments d’application Lire la suite
29 janvier 2020
Dans le présent avis, le Conseil du statut de la femme (le Conseil) se penche pour la première fois de son histoire sur les femmes en agriculture. Ces Québécoises représentent, en 2018, 27% des propriétaires détenant des parts d’une entreprise agricole1 et 26% de l’ensemble des ouvriers agricoles en 2016 (Emploi-Québec, page consultée le 3 septembre 2019). Les agricultrices ont fait un grand pas en avant depuis l’adoption, il y a près de 40 ans, de politiques publiques et de programmes gouvernementaux favorisant leur accès à la propriété et leur reconnaissance sociale. Néanmoins, l’espace agricole demeure majoritairement occupé par des hommes. Qui plus est, la part de femmes qui s’établissent en agriculture s’accroît lentement, avec une hausse de trois points de pourcentage en dix ans (Cantin, Hagen-Veilleux et Langlois, 2018). Lire la suite
28 janvier 2020
C’est à partir de la fin des années 70 que la lutte pour la reconnaissance professionnelle de l’activité agricole des femmes a permis au Québec tout entier de prendre conscience de leur importante contribution à l’industrie. Historiquement, les femmes entraient en agriculture par la voie du mariage. Ce rapport social supposait aussi de façon implicite un «travail d’épouse» (Delphy, 2013) ou de femme d’agriculteur, qui consistait à s’occuper des tâches domestiques (à la maison) et de travaux agricoles (sur la ferme) sans rémunération ni statut de propriétaire. Lire la suite
27 janvier 2020
Exemple concret de l'utilisation des cartes de rendements comme outil de gestion. Présentation agroéconomique d'un cas d'amélioration foncière utilisant les cartes de rendement dans l'établissement d'un budget partiel.
27 janvier 2020
Facteurs contribuant à la santé des sols. Conférence prononcée en décembre 2019 lors de la journée Grandes cultures de la Mauricie.
27 janvier 2020
Un tour d'horizon du marché des grains de la dernière année, et perspectives pour 2020, avec la guerre commerciale États-Unis/Chine en arrière plan.
27 janvier 2020
Cheminement de M. Ridel, producteur agricole et ingénieur, dans l'implantation à la ferme d'un système de circulation contrôlée. Conférence prononcée en décembre 2019, lors de la journée Grandes cultures de la Mauricie.
1 à 10 sur 1399

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.