Chargement en cours

    11 novembre 2016 Évaluation du marché potentiel du lapin halal
    Rapport réalisé par la firme conseil MARCON pour le syndicat des producteurs de lapins du Québec. Vous y trouverez un portrait de la consommation de viande de lapin, de l'information concernant les exigences et la certification de produits halal, les lieux de ventes et les prix cibles du marché. 
    02 novembre 2016
    Le CIV vient de publier une fiche rappelant les valeurs nutritionnelles des viandes et synthétisant les principaux effets de la cuisson sur leur composition en nutriments
    02 novembre 2016
    Selon cette revue de la littérature scientifique, les compositions en nutriments des viandes biologiques n’est pas significativement différente des viandes issues de l’agriculture conventionnelle hormis au niveau du profil en certains acides gras (pourcentages des différents acides gras au sein des lipides de la viande). Les lipides des viandes biologiques, de porc et de volaille notamment, ont un pourcentage d’acides gras saturés légèrement plus faible et un pourcentage de polyinsaturés plus élevé. Ces différences de composition ne sont pas significatives pour les viandes de bœuf, d’agneau et de chèvre. Il faut garder à l’esprit que c’est essentiellement les différences d’alimentation entre les systèmes étudiés ici (selon les normes européennes) qui influencent la composition en acides gras des lipides des viandes. ... lire la suite >>
    17 octobre 2016
    Ce rapport contient des estimations de la valeur des ventes aux consommateurs de multiples catégories alimentaires sélectionnées qui sont vendues dans les grands magasins au Québec. Il fournit des chiffres pour 52 semaines prenant fin le 12 décembre 2015. Les estimations de la valeur des ventes sont tirées du service Market Track de Nielsen, un outil de repérage et d'analyse de l'information concernant les marchés dont les données proviennent principalement de la lecture optique de partenaires détaillants, certains présentés par un échantillon, mais la plupart par des données complètes (recensement). Ces dernières sont complétées par une estimation basée sur les données transmises par un panel de consommateur (Homescan) pour certains réseaux et détaillants non participants. ... lire la suite >>
    20 septembre 2016
    La Loi sur l'inspection des viandes, la Loi sur les aliments et drogues et la Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation et leurs règlements d'application, qui sont appliqués par l'Agence canadienne d'inspection des aliments à tous les niveaux de la commerce, exigent que les couples de viande, les organes et les autres parties de la carcasse portent une étiquette sur laquelle un nom commun approprié est inscrit. Les noms communs des coupes de viande qui sont consignés dans le présent manuel ont été déterminés conjointement avec l'industrie, des établissements d'enseignement et d'autres organismes gouvernementaux, et leur utilisation est obligatoire pour l'étiquetage de toutes les coupes de viande de boeuf, de veau, de porc, d'agneau et de volaille. ... lire la suite >>
    25 juillet 2016
    Dans son article récent Yield is down, fat is up, p. 55, février 2016 du Canadian Cattlemen, Charlie Gracey a fait un excellent travail pour mettre en évidence l’excès de gras comme étant un grave problème pour l’industrie canadienne du boeuf. En créant des carcasses plus persillées en engraissant les bovins plus longtemps a donné lieu à de plus grosses carcasses, une couverture de graisse excessive et des rendements en chute libre. Bien qu’il soit difficile de déterminer le coût réel de cet excès de graisse, laissez-moi vous présenter un cas. In his recent article Yield is down, fat is up, pg. 55, February 2016 Canadian Cattlemen, Charlie Gracey did an excellent job of highlighting excess fat as a serious issue for the Canadian beef industry. Creating more marbled carcasses by feeding cattle longer has resulted in larger carcasses, excessive fat cover and plummeting yields. Although it is difficult to determine the true cost of this excess fat, let me present a case. ... lire la suite >>
    01 juin 2016
    Cet article se propose d’analyser la rigueur des arguments dits scientifiques qui s’opposent à l’élevage ou à la consommation de viande. Il a été précédemment publié dans la Revue de l’Académie d’Agriculture. N°8, janvier 2016, pages 32-34. Tiré de Viandes & Produits Carnés, Référence de l’article : VPC-2016-32-2-5, Date de publication : 01 avril 2016, www.viandesetproduitscarnes.com  ... lire la suite >>
    05 mai 2016
    C'est lors d'un mandat de consultation aux Îles-de-la-Madeleine que Stéphane Carrier est tombé sur une machine capable d'écraser les bactéries. Littéralement. Et accessoirement, de tripler la durée de vie de nombre de denrées offertes chez votre épicier. Son entreprise, Natur+L XTD (prononcer Natural Extend), commercialise un procédé de pasteurisation mécanique par très haute pression hydrostatique. En anglais, le procédé est connu sous le sigle HPP, pour « High Pressure Process ». ... lire la suite >>
    05 mai 2016
    Procédé Natur+l XTD est la première société de services d’impartition de pasteurisation à froid au Canada qui utilise la très haute pression hydrostatique (HPP), un principe qui n’utilise que de l’eau pour offrir finalement aux consommateurs des aliments meilleurs au goût et qui se gardent plus frais, plus longtemps. Natur+L XTD est en activité depuis juin 2011, mais devait composer avec des restrictions de Santé Canada. Chaque nouvelle catégorie d'aliments que souhaitait traiter l'entreprise pour un de ses clients devait d'abord faire l'objet d'un processus de vérification très long. Comme le procédé permet d'étendre la durée de vie de beaucoup d'aliments jusqu'à 150 jours, il en fallait au moins autant avant d'obtenir l'approbation. Le 1er avril dernier, M. Carrier a toutefois reçu une excellente nouvelle par la poste. Le procédé HPP n'est plus catégorisé comme un « aliment nouveau » par l'organisme et se retrouve par conséquent pratiquement déréglementé. Le cycle de vente de Natur+L XTD s'en trouve un peu raccourci, mais peut encore prendre jusqu'à 18 mois, en tenant compte des inévitables tests de durée de vie. « Ça va beaucoup nous aider dans le cru. On va pouvoir proposer du boeuf haché bon 30 jours et de la volaille bonne 45 jours. » ... lire la suite >>
    18 avril 2016
    Document anglais  à partir d'une carcasse  selon le classement  américain. Proportion des coupes  de viande de boeuf
    1 à 10 sur 415