Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
5291 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
16 octobre 2020
Le blanc (Sphaerotheca fuliginea (syn. Podosphaera xanthii) et Erysiphe cichoracearum) est une des maladies les plus récurrentes dans les cucurbitacées. Dans les courges, elle peut provoquer la mort prématurée des feuilles qui se fanent avant que le fruit n'ait atteint son calibre ou sa maturité maximale, et prédisposer les plants à d'autres maladies. Des biofongicides ont été homologués dans les dernières années pour lutter contre cette maladie, mais ils demeurent assez peu utilisés. Or, plusieurs expériences ont montré que l’alternance entre les traitements biologiques et chimiques offrait souvent des résultats supérieurs aux traitements chimiques ou biologiques seuls. Ce projet visait donc à évaluer l'efficacité de l'utilisation de biofongicides dans une rotation avec des fongicides conventionnels sur le blanc dans la courge. Ce document constitue la fiche synthèse du projet réalisé par le CIEL. Pour consulter le rapport complet, veuillez communiquer avec l'équipe du CIEL au 450-589-7313 ou à info@ciel-cvp.ca.  Lire la suite
16 octobre 2020
Dans la culture de la pomme de terre, l'utilisation d'insecticides chimiques demeure le principal moyen de lutte pour contrôler le doryphore et la majorité des producteurs utilisent un insecticide systémique en traitement des plantons ou appliqué dans le sillon à la plantation. Cette stratégie est très efficace, mais est pointée du doigt comme étant une cause importante de contamination des eaux souterraines et de surface. Une approche différente a été utilisée dans ce projet. Elle consiste à traiter un certain nombre de rangs de pomme de terre en périmètre du champ avec un insecticide à la plantation (sillon ou planton) et de traiter les rangs du centre avec des pulvérisations foliaires seulement si les populations le justifient. Cette technique permettrait de réduire considérablement les populations d'adultes migrant dans les champs de pomme de terre au printemps, tout en diminuant globalement la quantité d'insecticides appliqués au champ. Cette nouvelle stratégie d’intervention visait donc la diminution de la quantité de matière active d’insecticides employés et l'amélioration de la capacité concurrentielle du secteur des pommes de terre (diminution des charges liées à la réduction de l’usage d’insecticides coûteux). L’application d’insecticides uniquement en périphérie de champ était donc testée comme un moyen de lutte durable, raisonné, intégré et donc respectueux de l'environnement. Ce document constitue la fiche synthèse du projet réalisé par le CIEL. Pour consulter le rapport complet, veuillez communiquer avec l'équipe du CIEL au 450-589-7313 ou à info@ciel-cvp.ca.   Lire la suite
28 juillet 2020
La mouche du chou, Delia radicum, est un diptère ravageur important des cultures de crucifères. De façon générale, le contrôle des larves se fait par des applications de chlorpyrifos dirigées au sol. Or, cette matière active est préjudiciable pour la santé humaine et l'environnement et est en voie d’être retirée des marchés. Il est important de trouver des moyens de lutte alternative efficaces contre cet insecte étant donné le retrait éventuel du statut d’homologation du chlorpyrifos. Une des alternatives consiste à cibler la mouche du chou adulte. Le GF-120, un appât insecticide à base de spinosad ciblant les mouches adultes, est un produit démontré efficace pour limiter les dommages causés par les mouches des fruits (Tephritidae) en arboriculture fruitière. L'objectif principal du projet était donc de développer une stratégie de lutte contre la mouche du chou en utilisant l'appât GF-120. En ciblant les mouches adultes, le but de la stratégie est de réduire la ponte et conséquemment, les dommages causés par les larves de D. radicum dans les cultures de crucifères. Ce document constitue la fiche synthèse du projet réalisé par le CIEL. Pour consulter le rapport complet, veuillez communiquer avec l'équipe du CIEL au 450-589-7313 ou à info@ciel-cvp.ca.   Lire la suite
17 mars 2020
Pour la saison 2020, le CIEL est maintenant prêt à étendre le projet Mileos afin d'offrir aux producteurs de toutes les régions du Québec la possibilité d'utiliser cet outil d'aide à la décision. Consultez le document joint pour plus d'informations.
17 janvier 2020
La chrysomèle rayée du concombre (CRC) (Acalymma vittatum) est un insecte ravageur important des cultures de cucurbitacées (concombres, courges, melons, citrouilles). La lutte contre la CRC en régie conventionnelle se faisait essentiellement par le biais de pulvérisations foliaires d'insecticides chimiques basées sur les résultats d'un dépistage des populations. De nouvelles matières actives sont maintenant disponibles pour les producteurs à cet effet. Cependant, ces produits font l'objet d'interrogations et d'inquiétudes en regard de la durée et de l'efficacité de la protection qu'ils offrent et de leurs impacts sur l'environnement. Ces matières actives ont d’ailleurs récemment fait l’objet d’un processus de réévaluation de la part de l’ARLA. Ce document constitue la fiche synthèse du projet réalisé par le CIEL. Pour consulter le rapport complet, veuillez communiquer avec l'équipe du CIEL au 450-589-7313 ou à info@ciel-cvp.ca. Lire la suite
17 décembre 2019
Dans la culture de la pomme de terre, l'utilisation d'insecticides chimiques demeure le principal moyen de lutte pour contrôler le doryphore et la majorité des producteurs utilisent un insecticide systémique en traitement des plantons ou appliqué dans le sillon à la plantation. Cette stratégie est très efficace, mais est pointée du doigt comme étant une cause importante de contamination des eaux souterraines et de surface. Une approche différente a été utilisée dans ce projet. Elle consiste à traiter un certain nombre de rangs de pomme de terre en périmètre du champ avec un insecticide à la plantation (sillon ou planton) et de traiter les rangs du centre avec des pulvérisations foliaires seulement si les populations le justifient. Cette technique permettrait de réduire considérablement les populations d'adultes migrant dans les champs de pomme de terre au printemps, tout en diminuant globalement la quantité d'insecticides appliqués au champ. Cette nouvelle stratégie d’intervention visait donc la diminution de la quantité de matière active d’insecticides employés et l'amélioration de la capacité concurrentielle du secteur des pommes de terre (diminution des charges liées à la réduction de l’usage d’insecticides coûteux). L’application d’insecticides uniquement en périphérie de champ était donc testée comme un moyen de lutte durable, raisonné, intégré et donc respectueux de l'environnement. Ce document constitue la fiche synthèse du projet. Pour consultez le rapport complet, communiquez avec l'équipe du CIEL : info@ciel-cvp.ca Lire la suite
28 octobre 2019
La cécidomyie du chou-fleur (Contarinia nasturtii Kieffer) est un ravageur très important et très difficile à contrôler dans la culture des crucifères au Québec. Depuis plusieurs années, ce ravageur progresse dans notre province et le nombre de producteurs de crucifères qui prennent la décision de traiter avec des insecticides a augmenté. Malgré tout, certaines zones sont aux prises avec des populations très importantes qui causent parfois de fortes pertes de production. Puisque la culture du brocoli est la plus sensible aux attaques tout en étant la plus cultivée au Québec (environ 1 500 ha), c’est sur cette dernière que ce projet visant à développer des seuils d’intervention a été menée.  Ce document constitue la fiche synthèse du projet. Pour consultez le rapport complet, communiquez avec l'équipe du CIEL : info@ciel-cvp.ca Lire la suite
28 octobre 2019
Le doryphore de la pomme de terre (Leptinotarsa decembilineata) est le ravageur le plus important de la culture de la pomme de terre au Québec. La lutte contre cet insecte est basée principalement sur l’utilisation d’insecticides chimiques. La majorité des producteurs utilisent un insecticide systémique (plantons ou sillon) à la plantation pour éventuellement faire une ou deux applications foliaires supplémentaires plus tard au courant de la saison. Cette stratégie de lutte, même si elle est très efficace, représente un risque pour l’environnement, car les produits utilisés, en particulier à la plantation, sont lessivables. Ils sont d’ailleurs pointés du doigt comme étant une cause importante de contamination des eaux souterraines et de surface. Cette problématique est devenue un enjeu majeur dans les principales zones de production de la province. Dans ce contexte, nous souhaitions développer et démontrer l’efficacité de plusieurs stratégies de lutte à risque réduit contre le doryphore en production conventionnelle de pomme de terre. Ces stratégies étaient basées sur des traitements foliaires et visaient à remplacer les traitements systémiques dans le sillon/planton à la plantation. L’impact sur le plan environnement et de la santé de chacune des stratégies a été calculé en fonction des IRS et IRE de chacun des produits et des stratégies utilisées. Ce document constitue la fiche synthèse du projet. Pour consultez le rapport complet, communiquez avec l'équipe du CIEL : info@ciel-cvp.ca Lire la suite
10 juin 2019
Du fait de son efficacité, de sa polyvalence, de sa flexibilité d’application, de son aspect sécuritaire pour la culture et de son faible coût, le linuron (Lorox®) est l’herbicide no 1 dans la production de la carotte alors que les autres produits homologués sont peu ou pas utilisés par les producteurs. Cependant, l’apparition d’une diminution d’efficacité (résistance) et surtout les problèmes liés à sa toxicité sont des éléments qui alimentent les questionnements et les discussions sur son utilisation et son homologation au Canada. Si le linuron venait à être retiré du marché canadien, les producteurs de carottes du Québec seraient aux prises avec des problèmes majeurs de désherbage puisqu’aucun produit aussi efficace et sécuritaire pour la culture n’est actuellement homologué contre les dicotylédones annuelles. Pour répondre à cette problématique, l'équipe du CIEL a mené un projet de recherche de tamisage durant trois saisons (2016-2018) dans les régions de Lanaudière et de la Montérégie-Ouest. Les essais ont été menés en terre minérale (trois sites) et en terre noire/organique (trois sites) afin de tenter de trouver un ou plusieurs produits suffisamment prometteurs pour remplacer le linuron dans les prochaines années, ces solutions devant être moins dommageables pour l'environnement et pour la santé humaine. Lire la suite
10 juin 2019
L'anthracnose est une des maladies cryptogamiques parmi celles qui cause le plus de problèmes dans la culture du bleuet en corymbe en Amérique du Nord. Au Québec, il s’agissait d’une maladie mineure jusqu’à l'intensification de la production depuis le début des années 2000, avec notamment l’implantation de la variété Patriot, très sensible à cette maladie. L’infection des fruits par l’anthracnose peut se produire n’importe quand entre la floraison et la récolte, cependant les symptômes ne deviennent visibles qu’à partir du mûrissement des fruits lorsque le champignon va croître. Une stratégie d'intervention contre cette maladie a été étudiée au Québec en 2012 et 2013 (Lacroix et al., 20141). Il en ressort que de façon générale, plus les pulvérisations sont nombreuses, plus l’incidence de l’anthracnose à la récolte est faible. Dans ce contexte, il apparaît important d'évaluer des biofongicides et des fongicides à risque réduit afin d'offrir des alternatives aux producteurs. C’est ce qui a été réalisé pendant deux ans d’essai par CIEL chez un producteur volontaire. Ainsi, neufs biofongicides ou fongicides avec un indice de risque IRE et IRS faible ont été testés sur deux ans. En 2017: Prestop, Actinovate, Sil-Matrix, Fungastop, Evito 480 SC, Serenade Opti + Nu-Film P et Rootshield HC ; en 2018 : Prestop + Nu-Film P, Actinovate, Sil-Matrix, Fungastop, Evito 480 SC, Diplomat 5 SC et Botector ont été testés en comparaison avec un témoin non traité et un témoin commercial (Cabrio EG) dans une bleuetière avec un historique d'anthracnose. Lire la suite
1 à 10 sur 5291

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.