Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Amendement en biochars : Effets sur les rendements des cultures en serre et impact environnemental

Ouvrir l'emplacement original
Cette conférence a été présentée comme séminaire, au Centre de recherche et de développement de Québec, par madame Vicky Lévesque, étudiante au doctorat, Université Laval. Une bibliographie sélectionnée sur les biochars est disponible en complément à cette présentation.  

L’utilisation du biochar (charbon à usage agricole) comme amendement démontre qu’il possède plusieurs avantages biologiques et physicochimiques et qu'il s’avère une avenue prometteuse pour l’agriculture. Cependant, les méthodes de fabrication actuelles du biochar, les conditions de pyrolyse et les biomasses utilisées produisent des biochars de qualités très variables qui, une fois utilisés, affectent différemment les rendements de la plante et les émissions des gaz à effet de serre. L’objectif général de cette étude était donc de bien comprendre comment les propriétés physicochimiques des biochars affectent la fertilité du sol et la croissance de la plante.

Ce séminaire présentera les résultats de deux études d’incubation et deux essais en serre avec la tomate et le poivron. Les études d’incubation ont permis d’identifier certaines propriétés chimiques du biochar permettant de réduire les émissions de gaz carbonique (CO2) et d'oxyde nitreux (N2O) dans un substrat horticole et dans un sol agricole. Pour ce qui est des essais en serre, les résultats ont démontré que l’ajout de certains biochars dans un substrat horticole a permis de réduire l’apport en fertilisant de 50 % tout en gardant de hauts rendements en fruits et d’améliorer l’efficacité de la fertigation (fertilisation par le système d'irrigation). De plus, les travaux ont démontré que le type de biochar influence les populations bactériennes et ces dernières influencent aussi la croissance des plantes et les émissions de CO2 et de N2O. En somme, ces recherches permettront éventuellement à l’horticulture d’utiliser moins d’engrais et d’émettre moins de N2O tout en maintenant une haute productivité des cultures dans les substrats amendés en biochar.

Organisation : Agriculture et Agroalimentaire Canada
Auteur(s) : Vicky Lévesque
Date de publication : 08 mai 2017

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.