Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
7 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Crucifères, Avertissement No 7, 17 juin 2021

Nouveau

16 juin 2021
La croissance des plants reprend dans les champs qui ont pu profiter des averses isolées des derniers jours. Là où les averses se font toujours attendre, la croissance est au ralenti, notamment dans les zones non irriguées. Plusieurs insectes ravageurs sont actifs. De plus, des taches alternariennes ont été identifiées sur quelques brocolis au nord de Montréal et on observe les premiers symptômes de hernie des crucifères en Montérégie.      La pluie aura fait le plus grand bien aux cultures qui ont pu en profiter. Toutefois, comme ces averses étaient dispersées, certains champs attendent toujours de la pluie, et ce, depuis maintenant trois semaines. La croissance est donc au ralenti dans ces zones, notamment lorsque le recours à l'irrigation est limité ou inexistant. Encore une fois, nous tenons à rappeler que la sécheresse peut affecter la disponibilité et/ou l’absorption des éléments minéraux par la plante. L’apport régulier en eau permet souvent de pallier plusieurs problèmes de carences minérales.   Les premières taches alternariennes (Alternaria sp.) ont été identifiées sur des brocolis au nord de Montréal. Le Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP, MAPAQ) a d'ailleurs confirmé le diagnostic de tache noire alternarienne (Alternaria brassicicola) sur du brocoli cultivé en régie biologique. Les températures chaudes de la dernière semaine étaient favorables au développement de ce champignon saprophyte, c'est-à-dire qui profite d'une blessure, causée soit par un insecte, une autre maladie ou un problème d'origine abiotique (abrasion par le vent, carence, etc.), pour se nourrir de la matière organique morte. INSECTES RAVAGEURS   La pression des altises (des crucifères et des navets) demeure variable en fonction de la culture, de la régie et de la région. Du côté des vers gris, des interventions se poursuivent afin de les contrôler de façon ciblée Lire la suite
Crucifères, Avertissement No 6, 10 juin 2021

Nouveau

09 juin 2021
Après le temps froid, c'est maintenant au tour de la canicule d'induire du stress aux plants. Les altises sont très actives et la cécidomyie du chou-fleur est présente sur l'ensemble du territoire, à l'exception de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. La piéride du chou, la fausse-teigne des crucifères, les pucerons et la punaise terne sont actifs, avec une pression variable en fonction de la région, de la culture et de la régie.      La venue du temps excessivement chaud et sec, suite à une période particulièrement froide, occasionne du stress chez les plants. En plus des carences minérales observées (bore, molybdène, calcium, azote), des désordres physiologiques tels des inflorescences prématurées font leur apparition dans les champs de crucifères. Des épisodes de grêle ont pu abîmer les plants dans certains secteurs au cours des derniers jours offrant ainsi des portes d'entrée aux maladies. Portez alors une attention particulière à vos cultures. Nous tenons à rappeler que la sécheresse peut affecter la disponibilité et/ou l’absorption des éléments minéraux par la plante. L’apport régulier en eau permet souvent de pallier plusieurs problèmes de carences minérales. Inflorescence prématurée de brocoli suite à un stress thermique Mélissa Gagnon (MAPAQ)   INSECTES RAVAGEURS   De faibles captures de cécidomyie du chou-fleur ont été confirmées dans toutes les régions, à l'exception de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. À noter que pour les crucifères sensibles aux attaques de ce ravageur (ex. : brocoli, chou, chou-fleur), les interventions phytosanitaires effectuées dès l'apparition de l'insecte (ou avant, ex. : bassinage des transplants) contribuent au contrôle des populations et des dégâts. Cela vaut même si les niveaux de captures sont très faibles dans les pièges à phéromone, car le contrôle est beaucoup plus difficile à assurer lorsque celles-ci sont élevées.   Du côté des altises (des crucifères Lire la suite
Crucifères, Avertissement No 5, 3 juin 2021
03 juin 2021
Le froid, le vent et la sécheresse ont induit plusieurs dommages aux crucifères. La ponte de la mouche du chou est en diminution et les altises se sont faites plus discrètes. De faibles captures de cécidomyie du chou-fleur ont été confirmées dans plusieurs régions. La piéride du chou et la fausse-teigne des crucifères s'activent tranquillement.   Quelques cas d'étranglement au collet ont été observés en raison des périodes de grand vent et de sécheresse (sol croûté en surface) survenues depuis ce printemps. De plus, les épisodes de gel au sol de la semaine dernière ont causé divers dégâts aux crucifères (feuilles brûlées à mort des plants), et ce, sur l'ensemble du Québec. Des désordres physiologiques (ex. : inflorescences prématurées) pourraient être observés plus tard en saison sur les plants ayant subi ces stress climatiques.   Dommages de gel sur un jeune transplant Source : Club Profit-eau-sol Ces différentes conditions météorologiques peuvent expliquer l'apparition actuelle de plusieurs symptômes de carences minérales (bore, molybdène, calcium, azote). À noter que la sécheresse peut affecter la disponibilité et/ou l’absorption de ces éléments minéraux par la plante. L’apport d’eau permet souvent de régler ce problème plutôt que de faire des applications de fertilisants. La pluie attendue dans les prochains jours sera donc plus que bienvenue pour assurer un développement sain des plantules. Par contre, comme du temps chaud est prévu la semaine prochaine, l’irrigation pourrait demeurer essentielle pour plusieurs secteurs.   INSECTES RAVAGEURS La ponte de la mouche du chou tend à diminuer partout dans la province. Les traitements effectués au semis ou à la transplantation semblent encore efficaces puisque peu d'éclosions d'oeufs ont été rapportées, bien que quelques larves soient observées par endroits.    Du côté des altises (des crucifères et des navets), les interventions phytosanitaires Lire la suite
Crucifères, Avertissement No 4, 27 mai 2021
26 mai 2021
Surveillez les prévisions météorologiques dans votre région puisque d'autres épisodes de gel sont prévus dans les régions plus au nord. La ponte de la mouche du chou se poursuit et les altises sont très actives, bien que sous contrôle. Différents stades de la piéride du chou ainsi que les premiers papillons de fausse-teigne des crucifères sont observés. Enfin, les premiers mâles de la cécidomyie du chou-fleur ont été capturés dans des pièges à phéromone à Laval.    Le temps généralement chaud et sec depuis le début de la saison rend l'irrigation nécessaire dans plusieurs secteurs pour assurer la bonne reprise des transplants, la levée uniforme des semis et le développement adéquat des plantules. Quelques cas d'étranglement au collet ont été observés en raison des épisodes de grand vent qui sont survenus ce printemps.  Pour les régions plus au nord, surveillez les prévisions météorologiques. Si des gels sont prévus et que vos crucifères sont déjà implantées, il est possible de prévenir les dégâts causés par le gel en irriguant par aspersion, à un très faible débit, pendant toute la période de gel. En refroidissant et en gelant, les gouttelettes d'eau libèrent de la chaleur, ce qui permet de protéger les plants.    INSECTES RAVAGEURS La ponte de la mouche du chou se poursuit partout dans la province. Les traitements effectués au semis ou à la transplantation semblent encore efficaces puisque peu d'éclosions d'oeufs ont été rapportées. Par contre, on observe quelques larves dans Lanaudière et les Laurentides, notamment dans les champs qui ont été traités lorsque le seuil de tolérance a été atteint. À cet égard, nous vous rappelons que les méthodes de lutte chimique alternatives à l’usage du chlorpyrifos impliquent d’intervenir au semis ou à la plantation des crucifères. Consultez le Guide des bonnes pratiques visant une utilisation raisonnée du chlorpyrifos dans les crucifères pour en savoir davantage.  Lire la suite
Crucifères, Avertissement No 3, 19 mai 2021
19 mai 2021
Après le stress engendré par le gel printanier, c'est au tour du temps chaud et sec d'occasionner du stress aux plantules de crucifères. Aussi, le beau temps favorise l'activité des altises et la ponte de la mouche du chou est en hausse. Les premières larves de piéride du chou et des punaises ternes ont été observées dans le sud du Québec. Surveillez les vers gris!   Le temps chaud et sec qui sévit actuellement au Québec rend l'irrigation nécessaire pour assurer la bonne reprise des transplants et la levée uniforme des semis. On rapporte d'ailleurs beaucoup de plants fanés dans les champs qui ne sont pas irrigués. Aussi, des plants ayant subi beaucoup de stress depuis la plantation (épisodes de gel suivis d’un temps chaud, sec et venteux) présentent maintenant des symptômes de carence en bore et en molybdène. Des applications foliaires de ces éléments peuvent être combinées à des apports en eau pour prévenir des désordres physiologiques irrémédiables tels les plants borgnes. INSECTES RAVAGEURS La ponte de la mouche du chou est en hausse partout dans la province, à l'exception du Saguenay–Lac-Saint-Jean où l'on observe qu'un léger début de ponte. Encore une fois, nous vous rappelons que les méthodes de lutte chimique alternatives à l’usage du chlorpyrifos impliquent d’intervenir au semis ou à la plantation des crucifères. Consultez le Guide des bonnes pratiques visant une utilisation raisonnée du chlorpyrifos dans les crucifères pour en savoir davantage.    Du côté des altises (des crucifères et des navets), on observe une intensification de leur activité bien que la situation soit sous contrôle dans plusieurs cultures ayant été protégées par un produit phytosanitaire à la plantation ou au semis. Pour les cultures sous filets anti-insectes, assurez-vous que les filets ne soient pas collés sur les plants puisque les altises parviennent à grignoter au travers, ce qui endommage à la fois la culture et le filet. Des adultes de piéride du chou sont actifs Lire la suite
Crucifères, Avertissement No 2, 13 mai 2021
13 mai 2021
Plusieurs plantules de crucifères ont été affectées par le gel printanier. Une faible activité des altises est rapportée, mais elle risque de s'intensifier avec le réchauffement des températures. Aussi, les premiers œufs de la mouche du chou ont été observés dans les régions du sud-ouest du Québec. Les épisodes de gel et le temps froid des dernières semaines ont causé des dommages aux crucifères déjà implantées. Cela s’exprime par des brûlures du feuillage, ce qui entraîne des retards de croissance. Heureusement, peu de mortalité a été observée jusqu'à maintenant. Des transplants dans les plateaux multicellules exposés à des températures froides et/ou à du gel ont aussi subi des dommages pendant la période d’endurcissement. Certains désordres physiologiques sont donc appréhendés au cours de leur croissance. Par ailleurs, le temps chaud et venteux, combiné aux faibles précipitations prévues dans les prochains jours, rendra l'irrigation nécessaire pour assurer la bonne reprise des transplants et la levée uniforme des semis.   Dommages sur les jeunes transplants de choux causés par les derniers épisodes de gel Source : Club Profit-Eau-Sol INSECTES RAVAGEURS Quelques oeufs de la mouche du chou ont été observés dans le sud-ouest du Québec. Bien que faible pour le moment, la pression de ponte est variable selon, entre autres, la culture de crucifères, le type de sol et l’historique de la ferme. Nous vous rappelons que les méthodes de lutte chimique alternatives à l’usage du chlorpyrifos impliquent d’intervenir au semis ou à la plantation des crucifères. Consultez le Guide des bonnes pratiques visant une utilisation raisonnée du chlorpyrifos dans les crucifères pour en savoir davantage. Le choix des traitements phytosanitaires contre cet insecte permet souvent de faire d'une pierre deux coups en procurant un contrôle sur d'autres ravageurs tels que les altises et les chenilles défoliatrices. Les premiers papillons de la piéride du chou ont été observés Lire la suite
Crucifères, Avertissement No 1, 7 mai 2021
06 mai 2021
Les semis et plantations de crucifères hâtives sont commencés. Il est important de commencer le piégeage de la cécidomyie du chou-fleur dès l’implantation de vos cultures et de prévoir le dépistage pour divers insectes. La ponte de la mouche du chou est à surveiller dans le sud du Québec. Évitez les problèmes phytosanitaires par des pratiques préventives et portez attention aux désordres physiologiques. Les semis et plantations de certaines crucifères sont commencés depuis la mi-avril dans plusieurs régions du Québec. Toutefois, la météo observée depuis (quelques épisodes de gel au sol et peu de précipitations par endroits) a pu causer du stress aux plants et ralentir la levée des semis, ainsi que la reprise des transplants.   INSECTES RAVAGEURS   Selon le modèle prévisionnel NEWA de l’Université Cornell, qui prédit l'émergence des adultes de la mouche du chou sur la base du cumul des degrés-jours, aucune émergence n'est prévue au sud de la province pour le moment. Cela s'explique par les conditions plus fraîches actuelles qui ralentissent l'accumulation des degrés-jours. Surveillez toutefois la présence des premiers adultes dans les prochains jours, qui concorde habituellement avec la floraison de la barbarée vulgaire. Cette mauvaise herbe est déjà au stade de bouton floral à la hauteur de la Capitale-Nationale. De plus, quelques oeufs de mouche du genre Delia ont été observés dans certains champs de Lanaudière. À noter que l’utilisation du chlorpyrifos contre la mouche du chou, qui risque d'ailleurs d'être proscrite dans les prochaines années, doit être justifiée par un agronome. En 2020, l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ), en collaboration avec le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et divers intervenants du milieu, a publié le Guide des bonnes pratiques visant une utilisation raisonnée du chlorpyrifos Lire la suite
1 à 7 sur 7
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.