Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
7 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Grandes cultures, Avertissement No 7, 11 juin 2021

Nouveau

11 juin 2021
Luzerne : CICADELLE DE LA POMME DE TERRE et CHARANÇON POSTICHE DE LA LUZERNE. CHRYSOMÈLE DU HARICOT (soya). CRIQUETS et autres insectes défoliateurs. TIPULE DES PRAIRIES OU VER GRIS : nouveaux cas signalés. MALADIES des céréales. THRIPS dans du maïs (Estrie). CARENCE EN K (soya). Faibles captures de LÉGIONNAIRE UNIPONCTUÉE. Télécharger l'enregistrement audio de l'avertissement Avertissement RAP GC no 7 du 11 juin 2021   LUZERNE : DÉPISTAGE DE LA CICADELLE DE LA POMME DE TERRE ET DU CHARANÇON POSTICHE RECOMMANDÉ Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM) et Julien Saguez, entomologiste (CÉROM) Insectes dans la luzerne (Avertissement RAP GC no 7 du 11 juin 2021) Cicadelle de la pomme de terre En Ontario et dans l’État de New York, on rapporte des champs de luzerne colonisés par la cicadelle de la pomme de terre. En Estrie, les cicadelles étaient déjà présentes dans deux luzernières (Waterville et Standstead). Les populations étaient sous les seuils d’intervention dans un champ alors que les populations dans l’autre s'en approchaient. Des cicadelles ont également été dépistées à Sainte-Anne-de-Bellevue et le seuil d’intervention était atteint. Plusieurs champs dans différentes régions feront l’objet de dépistages à partir de la semaine prochaine.   Considérant l’impact que cet insecte peut avoir sur le rendement et la qualité du fourrage, les producteurs sont invités à dépister leurs prairies, en particulier dans leurs luzernières en implantation, et ce, avant de voir des symptômes apparaître. Le dépistage des insectes devrait se faire tous les cinq à sept jours. Le suivi pourrait être nécessaire jusqu’à la mi-août, moment où les cicadelles réduisent leurs activités.   Dépendamment du niveau des populations de l’insecte, qui doit être évalué par un dépistage avec un filet fauchoir, du stade et de la hauteur de la luzerne, la meilleure stratégie pourrait être de devancer la coupe et de surveiller les populations par la suite. Pour en savoir plus sur Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 6, 4 juin 2021
03 juin 2021
Le GEL et les grandes cultures. Cas de VER-GRIS MOISSONNEUR aussi au sud de la province (maïs et soya). TIPULE DES PRAIRIES : dommages. Causes de MAUVAISE LEVÉE (maïs et soya) et resemis. RAVAGEURS DU CANOLA (altises, limaces et cécidomyie du chou-fleur). Contrôle de l'AMARANTE TUBERCULÉE.  Télécharger l'enregistrement audio de l'avertissement Lecture audio Avertissement RAP Grandes cultures no 6 du 4 juin 2021    SENSIBILITÉ AU GEL DES GRANDES CULTURES Hélène Brassard, agr., Yves Dion, agr. et Brigitte Duval, agr. (MAPAQ) et Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM) Sensibilité au gel des grandes cultures (Avertissement RAP GC no 6 du 4 juin 2021).com Dans les deux dernières semaines, la température est descendue sous 0 ºC dans plusieurs régions du Québec. Des dommages sont rapportés dans le maïs, le soya, les céréales et le canola.   Figure 1 : Photos de soya et de maïs affectés par le gel. A : Plants de soya deux jours après un gel. Les deux plants de gauche vont probablement mourir, car les dommages vont jusqu'en dessous des cotylédons. Le plant de droite devrait survivre, car les dommages se situent au-dessus des cotylédons. La survie pourra être confirmée dans les jours suivants lorsque la croissance des tissus sains aura repris. B : Partie aérienne de plants de maïs affectée par le gel. C : Le point de croissance de la tige est ferme et blanc, le plant devrait normalement récupérer. Source : S. Mathieu (MAPAQ) Certains facteurs influencent les risques et l’ampleur des dommages par le gel : La culture; Le type de sol (les terres noires semblent plus affectées) et l’humidité du sol. Les sols secs et légers protègent moins les plantules des écarts de températures. L’eau du sol exerce un pouvoir tampon sur le refroidissement de l’air et du sol à proximité des tissus de la plantule; La température de l’air et la durée de la période de gel; Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 5, 28 mai 2021
28 mai 2021
VER-GRIS MOISSONNEUR : zones touchées : Charlevoix, Chaudière-Appalaches et Bas-Saint-Laurent. DÉSHERBER par temps sec. VER-GRIS NOIR : dépistage des champs de maïs à risque. Suivi des MALADIES DES CÉRÉALES d'automne. CHRYSOMÈLE DU HARICOT dans le soya. Émergence de l'AMARANTE TUBERCULÉE. JAUNISSEMENT du maïs. Télécharger l'enregistrement audio de l'avertissement Lecture audio de l'avertissement RAP GC no 5 du 28 mai 2021      PRÉSENCE DU VER-GRIS MOISSONNEUR : DÉPISTAGE RECOMMANDÉ DANS LES ZONES TOUCHÉES PAR LE RAVAGEUR Groupe de travail du RAP Grandes cultures sur les papillons   Lecture audio sur le VGM (avertissement RAP GC no 5 du 28 mai 2021) Depuis la dernière semaine, de nouvelles observations de larves de ver-gris moissonneur ont été rapportées au RAP Grandes cultures. Le ravageur est présent dans plusieurs champs dans la région de Charlevoix, à La Pocatière et à Saint-Pascal (Bas-Saint-Laurent) et dans les localités de Saint-Jean-Port-Joli et de Sainte-Louise (Chaudière-Appalaches). Ces observations s’ajoutent à celles signalées dans le dernier avertissement. Un collaborateur du réseau a dépisté 5 champs dans Charlevoix le 25 mai. Le dépistage s’est fait en grattant le sol sur quelques centimètres de profondeur et en dénombrant les larves à 5 stations représentatives dans chacun de ces champs. La taille des larves retrouvées variait entre 1 et 2,5 cm.   Le dépistage de cette espèce est recommandé dans les prairies et les céréales, en particulier dans les zones où l’espèce a été observée cette année et dans les zones touchées l’année dernière. Attention de ne pas confondre le ver-gris moissonneur avec d’autres espèces de vers gris.   Il n’y a pas de seuil économique d’intervention pour les prairies autres que la luzerne pure. Aucun produit n’est homologué pour lutter contre les vers gris dans tous les types de prairies. Dans les cas d’infestations dans des prairies, la stratégie pourrait être de devancer la fauche et ainsi Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 4, 21 mai 2021
20 mai 2021
MALADIES DES CÉRÉALES : fusariose et oïdium. VER-GRIS MOISSONNEUR : dépistage recommandé. VER-GRIS NOIR : captures faibles à moyennes de papillons et dépistage des larves. DOMMAGES AU SOYA par des HERBICIDES DU GROUPE 14. VERS FIL-DE-FER : dépistage. MOUCHE DES SEMIS : Modèle prévisionnel.  Télécharger l'enregistrement audio de l'avertissement Lecture audio RAP GC avertissement no 4 du 21 mai 2021      SURVEILLER LE RISQUE D’INFECTION PAR LA FUSARIOSE DE L’ÉPI À L’AIDE DE CARTES PRÉVISIONNELLES Yves Dion, agr. (MAPAQ) et Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM) Télécharger l'enregistrement audio de cette section de l'avertissement Lecture audio sur la fusariose de l'épi (RAP GC avertissement no 4 du 21 mai 2021)   La fusariose de l’épi est une maladie des céréales d’importance. Dans le sud de la province, les conditions climatiques favorables au développement des céréales d’automne font en sorte que la période critique pour l’infection arrive rapidement. L’infection par le Fusarium est fortement associée aux variables climatiques suivantes : précipitations, humidité et température de l’air.   Si le risque d’infection est élevé, il peut être envisagé d'effectuer un traitement avec un fongicide. Cependant, il faut prendre en compte que la période d'intervention est très courte. L’intervention doit être réalisée avant la mi-floraison. Plus précisément, la culture doit présenter plus de 70 % des épis entre le stade début floraison et le stade mi-floraison (voir le schéma ci-dessous). Il faut minimiser la proportion des épis dont la floraison est complétée.   Stades de floraison pour le blé Source : Fiche technique La fusariose de l’épi chez les céréales Afin de vérifier le niveau de risque lorsque le blé se rapproche de la période critique, consultez ces cartes, sur le site Web Agrométéo Québec, qui présentent le niveau de risque d’infection de Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 3, 14 mai 2021
14 mai 2021
VER-GRIS MOISSONNEUR signalé dans Charlevoix : dépistage recommandé dans les zones qui ont été touchées en 2020. PERTINENCE DE L’UTILISATION DE FONGICIDES POUR PROTÉGER LE FEUILLAGE DES CÉRÉALES. Pics d’activité des adultes de la MOUCHE DES SEMIS. TIPULE DES PRAIRIES : des dommages pourraient être observés. Télécharger l'enregistrement audio de l'avertissement Lecture audio RAP GC avertissement no 3 du 14 mai 2021    PRÉSENCE DU VER-GRIS MOISSONNEUR DANS CHARLEVOIX : DÉPISTAGE RECOMMANDÉ DANS LES ZONES TOUCHÉES PAR LE RAVAGEUR L’ANNÉE PASSÉE Groupe de travail du RAP Grandes cultures sur les papillons Télécharger l'enregistrement audio de cette section de l'avertissement Lecture audio sur le ver-gris moissonneur (RAP GC avertissement no 3 du 14 mai 2021) Des larves de ver-gris moissonneur (VGM) ont été signalées dans les derniers jours dans un champ de luzerne et quelques champs de légumes dans la région de Charlevoix. En 2020, plusieurs champs de grandes cultures (prairies, avoine-pois, céréales) ont été infestés par des larves de VGM. Le premier cas avait été rapporté au RAP à la mi-juin à Saint-Jean-Port-Joli en Chaudière-Appalaches. Un peu plus tard, des cas ont été rapportés dans la municipalité voisine de Sainte-Louise. Plusieurs champs de la région de Charlevoix et dans plusieurs secteurs (surtout ouest) du Bas-Saint-Laurent (La Pocatière, Saint-Denis, Kamouraska, Saint-Pascal, Rivière-du-Loup, Saint-Arsène, Saint-Hubert et Saint-Germain) ont également été affectés par le ravageur. Certaines cultures ont été complètement détruites par l'insecte. Il est possible que les papillons aient pondu dans les champs des zones affectées à l’automne passé et que les œufs aient survécu en raison de l’hiver doux et du printemps sec. La survie de larves au printemps pourrait aussi être affectée par la présence ou non d’ennemis naturels.   Les vers-gris moissonneurs s'alimentent de feuilles et de tiges en débutant par Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 2, 7 mai 2021
06 mai 2021
Comment évaluer l’impact du gel et du froid sur les grandes cultures? Cet avertissement traite notamment de l’impact du gel sur les céréales déjà en terre et sur le maïs semé à l’aide d’un semoir spécialisé pour l’installation de film plastique.   IMPACT DU GEL ET DU FROID SUR LES SEMIS RÉALISÉS ET À VENIR   Télécharger l'enregistrement audio de l'avertissement   Lecture audio RAP GC avertissement no 2 du 7 mai 2021 Lors de la période de semis et au moment de la levée, les épisodes de gel ou tout simplement de refroidissement peuvent causer du stress ou des dommages aux cultures. La fiche technique Temps froid et gel printanier : effets sur les cultures traite de l’impact du froid lors de la germination et après la levée pour le maïs, le soya et les céréales, et décrit les méthodes pour évaluer les dommages. Semis de céréales Les céréales, semées à l’automne ou au printemps, supportent bien les épisodes de gel et de froid à cette période de l’année. Par ailleurs, les épisodes de gel successifs ont pu endommager certains champs. L’heure est au diagnostic. Les graines non germées résistent bien à des températures glaciales. C’est surtout au moment de la germination que le blé peut être affecté par un épisode de gel. Si la température est bien en dessous du point de congélation, il serait possible de perdre des plants. Les jeunes plants, jusqu’au stade de la 1re feuille, peuvent être vulnérables au gel. Après ce stade, la survie des plants a peu de chance d’être compromise. La température gélive se situe autour de -2 °C pour des expositions prolongées, mais le point de croissance est sous le sol et la céréale est bien protégée. À la suite d'un épisode de gel, voici les symptômes pouvant être observés chez les céréales : rougissement des feuilles, port flasque, jaunissement, dessèchement et pincement sur les feuilles.   À gauche : Semis de seigle de printemps 2021, affecté par la neige et le gel, une journée après un gel de -4 °C Lire la suite
Malherbologie, Avertissement No 1, 21 avril 2021
21 avril 2021
LES MAUVAISES HERBES PROBLÉMATIQUES À SURVEILLER AU COURANT DE L’ÉTÉ 2021 Une affiche a été produite afin d’informer les producteurs et les conseillers de la présence potentielle de certaines mauvaises herbes problématiques, en émergence au Québec ou aux portes de la province. On y présente quatre mauvaises herbes, soit l’amarante tuberculée, l’amarante de Palmer, le kochia à balais et l’égilope cylindrique, ainsi que les caractéristiques permettant d’identifier chacune de ces espèces. L’équipe de malherbologie du Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) souhaite ainsi effectuer une surveillance active du territoire en misant sur la collaboration de tous. Les mauvaises herbes présentées sur l’affiche sont jugées problématiques, car elles peuvent causer des pertes significatives de rendements, représenter une menace pour la biodiversité et exprimer de la résistance aux herbicides.   L’amarante tuberculée est présente au Québec depuis 2017 sur un nombre limité de fermes et des populations ont déjà démontré de la résistance aux herbicides des groupes 2, 5, 9, 14 et 27. Elle peut diminuer les rendements de maïs de 84 % et ceux du soya de 93 %. L’amarante de Palmer est présente aux États-Unis et dans quelques endroits au sud de l’Ontario où elle ne semble pas causer de problème. Aux États-Unis, elle affiche de la résistance aux herbicides des groupes 2, 3, 5, 9, 14 et 27. Elle peut diminuer les rendements de maïs de 91 % et ceux du soya de 79 %. Le kochia à balais a été retrouvé sur une ferme du Québec à l’été 2020. Il est très problématique dans les prairies canadiennes où il présente de la résistance aux herbicides des groupes 2, 4 et 9. L’égilope cylindrique n’a été trouvée qu’en Ontario dans deux zones de petite superficie où des mesures ont été déployées pour empêcher sa propagation. Tout de même, il s’agit d’un contaminant des semences de blé et peut causer d’importantes pertes de rendement dans les cultures de blé d’automne. Lire la suite
1 à 7 sur 7
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.