Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
8 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Pépinières ornementales, Avertissement No 8, 16 juin 2021

Nouveau

16 juin 2021
Mineuses du thuya. Tétranyque de l’épinette : suivi de la situation.     MINEUSES DU THUYA (ARGYRESTHIA SPP. – DIFFÉRENTES ESPÈCES)   Des adultes de mineuses du thuya (papillons) ont été dépistés en grand nombre dans des cédrières du Centre-du-Québec et de la Mauricie. Ces papillons de nuit sont de couleur crème avec des taches noires, brunes ou beiges. Ils mesurent de 1 à 5 mm. On les reconnaît à leur vol malhabile; ils se déplacent de haut en bas, comme une vague. Ces adultes pondent sur les feuilles de thuya; les larves qui vont en éclore y creuseront des galeries. Les ramilles jaunissent et peuvent tomber. La majorité des infestations ne causent pas de dommages importants, mais des infestations répétées peuvent faire dépérir un arbre. Si la population est très élevée, un traitement avec un insecticide de contact pourrait être justifié. Le stade adulte de l'insecte, présent de la fin de juin jusqu’au début de juillet, est le plus vulnérable. En effet, plus tard, les larves seront protégées à l’intérieur de leurs galeries. Les pesticides nuiront toutefois aux prédateurs naturels d'autres ravageurs, comme ceux du tétranyque de l’épinette.   Mineuse du thuya adulte (Argyresthia thuiella) Photo : IQDHO Dommage de la mineuse du thuya Photo : IQDHO   Fiche technique : Mineuses du thuya Insecticides homologués     TÉTRANYQUE DE L’ÉPINETTE : SUIVI DE LA SITUATION   Tétranyque de l'épinette Photo : IQDHO La semaine dernière, une alerte a été émise par le RAP – Pépinières ornementales, concernant des dommages importants liés aux fortes populations de tétranyques de l’épinette (Oligonychus ununguis) sur le thuya. Nos collaborateurs nous ont rapporté que des dommages sévères sont aussi présents dans des pépinières de la région de Lanaudière, en plus de celles de la Montérégie, mentionnées précédemment. Davantage d’espèces végétales sont affectées : en plus du thuya (Thuja occidentalis), on nous rapporte que des mélèzes (Larix Lire la suite
Pépinières ornementales, Avertissement No 7, 9 juin 2021

Nouveau

09 juin 2021
Premiers spécimens de cicadelle de la pomme de terre. Tétranyque de l’épinette. Tache noire du rosier. Pucerons.     PREMIERS SPÉCIMENS DE LA CICADELLE DE LA POMME DE TERRE   L’équipe du RAP – Pépinières ornementales fait le suivi de pièges installés sur quatre sites en Montérégie, afin de détecter l’arrivée de la cicadelle de la pomme de terre (Empoasca fabae). Des captures récentes ont été identifiées comme étant de cette espèce. En pépinière, cet insecte affecte particulièrement certains arbres ornementaux, comme l’érable de l’Amur (Acer ginnala), l’érable rouge (Acer rubrum) et l’érable de Freeman (Acer x freemanii). Lors de fortes infestations, un plus grand nombre d’espèces, dont des vivaces, sont atteintes. La cicadelle de la pomme de terre occasionne des déformations aux pousses terminales, des nécroses et le raccourcissement des entre-nœuds aux points de croissance. Les dommages peuvent être assez importants pour rendre les arbres invendables. Il est possible d’intervenir en prévention dès l’arrivée des premiers individus, avant l’apparition de dommages. Pour de petits lots très sensibles, souvent en propagation, l’usage de filets contre les insectes peut être envisagé. Le kaolin (argile blanche) appliqué sur le feuillage forme une barrière dissuasive sur les insectes. Il a été essayé en pépinière dans un projet de recherche et a donné des résultats prometteurs. Il ne peut encore être utilisé en pépinières, mais une demande d'homologation a été soumise à l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA). Des insecticides conventionnels sont homologués contre les cicadelles en pépinière. Privilégiez l’emploi de produits à faible risque pour la santé et l’environnement.   Fiche technique : Cicadelle de la pomme de terre Photos de dommages sur différents végétaux : Avertissement No 12 du 4 août 2020       Pièges collants pour dépister la cicadelle de la pomme de terre. Photos : IQDHO   Dommages de cicadelle Lire la suite
Pépinières ornementales, Avertissement No 6, 1er juin 2021
01 juin 2021
Chrysomèle de la salicaire sur Lythrum. Anthracnose des graminées. Mildiou du tournesol sur Rudbeckia.   CHRYSOMÈLE DE LA SALICAIRE SUR LYTHRUM   Adulte et dommages de Galerucella calmariensis sur Lythrum salicaria Photo : IQDHO Des dommages et la présence de Galerucella calmariensis ont été observés sur des salicaires pourpres (Lythrum salicaria) ornementales cultivées en pépinière, en Montérégie. Cet insecte consomme des feuilles, des tiges et des bourgeons. Les larves et les adultes occasionnent des dommages qui ressemblent à ceux des altises (feuilles criblées de trous arrondis). L’adulte mesure de 3 à 5 mm. Son corps cylindrique est brun clair, généralement avec un triangle foncé ou une large ligne noire sur le thorax. La larve est jaune, tachetée de noir et ressemble à une chenille. Cette chrysomèle européenne a été introduite, en 1992, aux États-Unis et au Canada, pour contrôler la salicaire pourpre qui envahit les zones humides. Depuis, l’insecte semble s’être bien installé en milieu naturel. Il cause parfois des dommages aux salicaires ornementales.   Nos collaborateurs ont noté que ces insectes disparaissent d’eux-mêmes après quelques semaines d’activité. Ainsi, rabattre les plants permet de faire pousser de nouvelles feuilles exemptes de dommages.     ANTHRACNOSE DES GRAMINÉES   Anthracnose des graminées (Colletotrichum spp.) sur Miscanthus sp. Photo : IQDHO Les symptômes de l’anthracnose des graminées (Colletotrichum spp.) ont été observés dans une production de Calamagrostis sp. en Montérégie. En effet, des taches foliaires d’abord petites et d’aspect huileux, qui s’allongent et brunissent, sont visibles sur le feuillage. La température chaude et l’humidité (26 °C, humidité relative près de 100 %) sont des conditions favorables à la propagation de la maladie. Calamagrostis sp. est l’espèce la plus sensible, mais Miscanthus sp., Panicum sp. et d’autres graminées ornementales sont aussi Lire la suite
Pépinières ornementales, Avertissement No 5, 18 mai 2021
18 mai 2021
Botrytis sur Hosta spp.. Livrée d’Amérique. Autres observations : punaises dans Thuya occidentalis, galéruque de la viorne, tétranyque de l’épinette et tache alternarienne sur Hosta spp..   BOTRYTIS SUR HOSTA SPP.   Botrytis tulipae sur Hosta spp. Photo: IQDHO Les symptômes de Botrytis tulipae ont été dépistés sur une grande quantité d'hostas en pépinière de la région de la Montérégie, la semaine dernière. Des taches à l’aspect huileux apparaissent sur le feuillage et deviennent brunes avec le temps. Elles rendent les plants inesthétiques, qui peuvent devenir invendables. En prévention, espacez les plants afin de favoriser une bonne circulation d’air et l’assèchement des feuilles après les pluies ou l’irrigation. Pour diminuer la contamination, irriguez lorsque les conditions d'assèchement sont optimales. Ne travaillez pas dans d’autres lots d'hostas après avoir manipulé des plants affectés. Appliquez des fongicides homologués sur les lots atteints et les plants d'hostas environnants.     LIVRÉE D’AMÉRIQUE   Livrées d'Amérique dans leur tente Photo: IQDHO Les chenilles de livrée d’Amérique (Malacosoma americanum) ont été aperçues dans des tentes de toile, notamment dans les régions de la Montérégie, de Montréal et de Québec. Lorsque c’est possible, coupez les branches qui portent les tentes tôt le matin ou tard en soirée, alors que les chenilles s’y cachent, et brûlez le nid. Des produits à base de Bacillus thuringiensis variété kurstaki (Btk) sont homologués contre les chenilles de lépidoptères, telles que les livrées. Traitez lorsqu’elles se nourrissent des feuilles, hors de la tente. Les livrées des forêts émergent à la même période de l’année, mais ne font pas de tente. Pour l’instant leur présence n’a pas été rapportée par nos collaborateurs.   Fiche technique La livrée d’Amérique et la livre des forêts   AUTRES OBSERVATIONS Punaises dans Thuja occidentalis L’équipe Lire la suite
Pépinières ornementales, Avertissement No 4, 12 mai 2021
12 mai 2021
STADE DE DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS ET DES POMMETIERS ORNEMENTAUX FAVORABLE À LA BRÛLURE BACTÉRIENNE DES ROSACÉES   Les pommetiers, les pommiers et les poiriers sont en fleurs dans plusieurs régions du Québec. Le stade « bouton rose » a été atteint, la semaine dernière, dans les vergers de pommiers des régions les plus chaudes du Québec. La pleine floraison est attendue entre le 9 mai (Montérégie) et le 25 mai (Québec), selon les prévisions du Réseau-pommier.   Fleur de Malus sp. Photo : IQDHO Symptôme de brûlure bactérienne des rosacées arrivant plus tard en saison Photo : IQDHO Le principal mode d’infection de la brûlure bactérienne des rosacées est le transport de la bactérie Erwinia amylovora sur les fleurs par les insectes pollinisateurs. La bactérie se multiplie dans les fleurs plus rapidement par temps chaud, soit plus de 18 °C, et sa température optimale est de 28 °C. Des conditions météorologiques relativement favorables au développement de la brûlure bactérienne pourraient être atteintes dans certaines régions cette semaine. D’autre part, pour qu’il y ait infection, de l’eau doit être présente sur la fleur. Même s’il ne pleut pas, l’irrigation par aspersion, une pulvérisation foliaire ou la rosée peuvent suffire à déclencher l’infection. Il faut donc éviter de mouiller les arbres pendant la floraison. Les pépinières ayant un historique de brûlure bactérienne sont plus sujettes à l'apparition de nouvelles infections. Différents fongicides, dont des biopesticides, qui agissent aussi comme bactéricides, sont homologués pour lutter contre la brûlure bactérienne au stade « floraison ». Il est essentiel de bien lire le mode d’emploi pour obtenir une efficacité optimale de ces produits. Les traitements ne protègent que les fleurs ouvertes au moment de l’application.   Fiche technique Brûlure bactérienne des rosacées Fongicides homologués   POUR PLUS D’INFORMATION   Le feu bactérien : biologie. Lire la suite
Pépinières ornementales, Avertissement No 3, 5 mai 2021
05 mai 2021
Aureobasidium sur hémérocalles. Anthracnose des graminées. Autres observations : flétrissure de la clématite et tache alternarienne sur hosta.   AUREOBASIDIUM SUR HÉMÉROCALLE   Les premières taches foliaires sur des hémérocalles (Hemerocallis sp.), causées par Aureobasidium microstictum, ont été dépistées, cette semaine, en Montérégie et au Centre-du-Québec. Des taches vert foncé, d’apparence humide, se développent le long de la nervure principale de la feuille. Les taches jaunissent et deviennent brunes et sèches. Pour diminuer la contamination, entretenez les plants lorsque le feuillage est sec. Retirez le vieux feuillage de l’année précédente qui peut contenir des sclérotes qui survivent à l’hiver. Coupez les feuilles affectées. Désinfectez les outils entre chaque coupe. Ne travaillez pas dans d’autres lots d’hémérocalles après avoir manipulé des plants affectés. Réduisez au minimum les éclaboussures lors de l’irrigation, puisqu’elles répandent la maladie. Aucun fongicide n’est homologué contre Aureobasidium sur les hémérocalles.   Symptômes d'Aureobasidium microstictum sur Hemerocallis sp. Photo : IQDHO Symptômes d'Aureobasidium microstictum sur Hemerocallis sp. Photo : IQDHO   Fiche technique Tache foliaire de l’hémérocalle     ANTHRACNOSE DES GRAMINÉES   Symptômes de l'anthracnose des graminées sur Calamagrostis sp. Photo : IQDHO Il est temps de prévenir l’infection par l’anthracnose des graminées (Colletotrichum spp.) en pépinière. En effet, avec l’humidité et la hausse de la température, les spores sortiront prochainement des vieilles feuilles pour contaminer le jeune feuillage. Les premiers symptômes sont de petites taches foliaires d’aspect huileux. Plus tard en saison, en conditions favorables (26 °C, humidité relative près de 100 %), les taches foliaires s’allongeront et bruniront. Taillez le feuillage atteint et désinfectez les outils de taille. Espacez les plants Lire la suite
Pépinières ornementales, Avertissement No 2, 29 avril 2021
29 avril 2021
Prévention de la brûlure bactérienne du lilas. Éclosion des spongieuses à surveiller dans certaines régions.   PRÉVENTION DE LA BRÛLURE BACTÉRIENNE DU LILAS   Les tiges noircies en forme de crosse sont un symptôme de la brûlure bactérienne du lilas. Photo : IQDHO Les premières feuilles de lilas se déploient dans certaines régions du Québec. Il est encore temps de traiter en prévention, particulièrement dans les pépinières qui ont été aux prises avec des dommages de la brûlure bactérienne du lilas (Pseudomonas syringae) la saison dernière. En effet, il est toujours possible de limiter les dommages après le débourrement, mais avant l’apparition des symptômes. Il est toutefois recommandé de traiter très tôt préventivement, idéalement dès le retrait des protections hivernales avant le débourrement.   Un temps pluvieux et frais favorise le développement de la maladie. Il est également préférable de fertiliser les plants après les derniers risques de gel. En effet, une fertilisation trop hâtive favoriserait une croissance luxuriante des plants, les rendant ainsi plus vulnérables à cette maladie. Les symptômes de maladie apparaissent généralement dès le mois de mai : les jeunes tiges prennent la forme d’une crosse noircie. Les branches affectées doivent être coupées par temps sec, 15 cm sous la lésion. Fiche technique Brûlure bactérienne du lilas Fongicides homologués ÉCLOSION DES SPONGIEUSES À SURVEILLER DANS CERTAINES RÉGIONS   Larve de spongieuse Photo : IQDHO Nos collaborateurs de la région de Montréal surveillent l’éclosion des œufs de la spongieuse (Lymantria dispar). Au Québec, c’est dans la région de la Montérégie que l'on a rapporté le plus grand nombre de populations de la spongieuse, selon un article publié par Marianne Cusson, de l’Agence forestière de la Montérégie, dans GTA en mars 2021. L’hiver rigoureux du Québec nuirait à la survie d’une grande proportion des masses d’œufs. Au sud de l’Ontario, selon Jen Llewellyn (OMAFRA) Lire la suite
Pépinières ornementales, Avertissement No 1, 14 avril 2021
14 avril 2021
Printemps hâtif : stress lors de l’arrachage (récolte) des plantes ligneuses et susceptibilité au gel après le débourrement. Taille des chancres en début de saison.   STRESS LORS DE L’ARRACHAGE (RÉCOLTE) DES PLANTES LIGNEUSES   Tôt au printemps, certains producteurs procèdent au retrait du sol des plantes ligneuses cultivées en pleine terre. Habituellement, les végétaux sont encore dormants, et le bris des racines occasionné par l’opération a peu d’impact sur leur reprise. Cette année, le débourrement hâtif et la chaleur, favorables à la transpiration des plants, pourraient stresser les plants à la suite de l’arrachage. Le peu de précipitations reçues dans plusieurs régions contribue également à ce stress hydrique. En effet, les plants aux radicelles endommagées auront plus de difficulté à capter l’eau nécessaire à leur fonctionnement, même si on les irrigue après l’arrachage. Pour réduire au maximum les impacts du printemps hâtif sur la reprise des végétaux à la suite de l’arrachage, il est recommandé de : Irriguer les plants avant l’opération. Procéder le plus possible par temps nuageux et frais. Procéder à l’arrachage rapidement. Ajuster le calendrier et les effectifs pour les prochaines années. Des produits anti-dessiccation à appliquer sur les plants, avant le retrait du sol, sont disponibles sur le marché (ex : Wilt-pruf, Bluestim, Plant Products Anti-desiccant).   SUSCEPTIBILITÉ AU GEL APRÈS LE DÉBOURREMENT   Avec les températures au-dessus des normales saisonnières, les végétaux en pépinière sont sortis de leur dormance plus tôt qu’à l’habitude, et de jeunes feuilles apparaissent. Il est encore possible de connaître des épisodes de gel printanier dans les jours et semaines à venir. Les plants de pépinières y seraient maintenant plus sensibles. Bien que les végétaux cultivés en pépinière soient adaptés pour résister aux gels printaniers, des dommages peuvent survenir selon les espèces et la sévérité du gel. Si Lire la suite
1 à 8 sur 8
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.