Chargement en cours

    L’APHIS approuve une pomme de terre GM

    Le  Service d’inspection animal et phytosanitaire (APHIS) du département américain de l’agriculture (USDA) annonçait, le 10 novembre 2014, la détermination du statut « non réglementé » de la pomme de terre InnateTM (variétés F10, F37, E12, E24, J3, J55, J78, G11, H37 et H50). Développée par la compagnie J.R. Simplot, cette pomme de terre est génétiquement modifiée pour être résistante au mildiou, pour être plus résistante aux ecchymoses et pour être faible en acrylamide, une substance chimique potentiellement cancérigène se formant entre autres pendant la cuisson à température élevée.

    La compagnie J.R. Simplot avait déposé une requête à l’APHIS afin que le statut réglementaire de la pomme de terre soit révisé. La compagnie présentait dans son rapport différentes analyses démontrant que les 10 événements de pomme de terre GM étaient peu susceptibles de poser un risque phytosanitaire, et par conséquent, ne devaient plus être réglementées en vertu de la partie 340 du code 7 de la réglementation fédérale américaine sur la Restriction sur l’introduction de produits réglementés.

    Après l’analyse complète des données soumises par la compagnie et des commentaires recueillis par la consultation publique, l’APHIS a déterminé que :  

    I) Aucun risque phytosanitaire n’a été identifié dans le processus de transformation, dans l’insertion ou dans l’expression d’un nouveau matériel génétique et aucun changement du métabolisme des pommes de terre n’a été observé.

    II) Les maladies et incidents reliés aux ravageurs n’ont pas augmenté de manière significative ou atypique par rapport à leurs contreparties non GM, ou autres comparables présents dans les essais en champ dans les régions où les pommes de terre devraient être cultivées, ou présents dans les recherches en laboratoire. Les caractéristiques agronomiques observées ne révèlent pas de différences significatives indiquant indirectement que les variétés de pommes de terre GM sont plus sensibles aux parasites ou aux maladies que leurs contreparties non GM. Par conséquent, aucun effet sur les ravageurs des cultures n'est attendu et aucun impact ne devrait être attendu au programme de lutte contre les ravageurs de l'APHIS.

    III) Basé sur une évaluation des produits géniques, il est peu probable que les variétés de pommes de terre InnateTM aient un impact défavorable sur les organismes non visés, qui eux seraient bénéfique à l’agriculture, notamment en raison de leur composition similaire à celle des variétés parentes, de leur interaction avec les insectes, de leur exposition ou encore à leur consommation.

    IV) Les variétés de pommes de terre InnateTM ne sont pas plus susceptibles de s’étendre ou d’être difficiles à contrôler que les pommes de terre conventionnelles en raison de leurs caractéristiques agronomiques, de leur potentiel d’envahissement et des pratiques de gestion des cultures présentement disponibles pour contrôler les pommes de terre GM comme on contrôle une mauvaise herbe.

    V) Les variétés de pommes de terre InnateTM ne sont pas susceptibles d’augmenter le risque potentiel de mauvaises herbes des autres espèces pouvant se croiser aux États-Unis ou dans son territoire. Il est donc peu susceptible que se produise un flux de gènes, une hybridation ou un transfert de gènes de la pomme de la terre InnateTM vers d’autres espèces apparentées sexuellement compatibles avec laquelle ils peuvent se croiser.  Dans le cas peu probable d’un tel transfert de gènes, les parents compatibles ne sont pas considérés comme nuisibles ou envahissants. Le nouveau phénotype conféré par le génie génétique n’est pas susceptible d’augmenter l’envahissement de ces parents compatibles. 

    VI) Des changements importants aux pratiques agricoles, tels l’application de pesticides, le travail au sol, l’irrigation, la récolte, etc., ne sont pas attendus suite à l’adoption de la pomme de terre InnateTM.

    VII) Le transfert horizontal de gènes du nouveau matériel génétique inséré dans la plante GM à d’autres organismes est très peu probable et ne devrait pas conduire directement ou indirectement au développement de maladies, de dommages, de blessures ou de lésions aux plantes, y compris la création de nouveaux ravageurs, pathogènes ou plantes parasites. 

    Pour plus de détails :

    United States Department of Agriculture (2004). « 7 Code of Federal Regulations part 340 ». Biotechnology Permits. 24 p. En ligne : http://www.aphis.usda.gov/brs/pdf/7cfr340.pdf

    Pétition de la compagnie J.R. Simplot : http://www.aphis.usda.gov/brs/aphisdocs/13_02201p_ppra.pdf

    Réponse de l’USDA : http://www.aphis.usda.gov/brs/aphisdocs/13_02201p_det.pdf  


     
    Ouvrir le document

    Organisation : Département de l'agriculture des États-Unis
    Auteur(s) : Service d'inspection sanitaire des animaux et des plantes (APHIS)
    Date de publication : 09 janvier 2015

    Annonces