Chargement en cours

    Effet des emballages avec des nano-composites de zinc et d’argent sur la qualité de la viande de poulet

    L'emballage approprié des produits de viande de volaille est essentiel lorsque la sécurité alimentaire et la durée de conservation doivent être garanties. Au cours des dernières années, l'intérêt a été de plus en plus grand pour l'utilisation des « embal­lages intelligents ou actifs » qui peuvent aider à rencontrer ces défis plus facilement. Une solution possible est l'incorporation de nano­particules (NP) dans les matériaux de base des emballages pour en améliorer les propriétés mécaniques et chimiques.

    Une étude espagnole a évalué l’effet sur la qualité de la viande de poulet d’emballages à base d'un polyéthylène à basse densité (LDPE) avec un mélange de nanocomposantes d'argent (Ag) et d’oxyde de zinc (ZnO) à des proportions respectives de 5 % et 10 % (poids/poids). La capacité antimicrobienne, la composition de l’atmos­phère dans l’emballage, les propriétés de migration des NP et leur influence sur la qualité de la viande (ex. couleur de la viande, aspect visuel, indice oxydation des lipides…) ont été mesurées sur des périodes d’entreposage de 0, 7, 10, 15 ou 21 jours.

    Quel que soit le conditionnement de l’emballage, la concentration en O2 a diminué et la concentration de CO2 a augmenté avec la durée d’entreposage. Toutefois, en ce qui concerne la qualité de la viande, l’emballage avec les NPZnO et Ag a montré une diminution plus faible de l'oxygène. L’effet antimicrobien des NP ajoutées sur les bactéries Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa et Listeria monocytogenes a été confirmé et adhère aux standards réglementaires (Japanese Industrial Standard JIS Z 2801, 2000 et ISO 22196, 2007) en permettant une réduction de ces dernières de 99,99 %.

    La migration des NPZnO était plus fréquente que celle des NPAg, probablement parce que la concentration de ZnO était supérieure dans l’emballage. Même s’il y a eu migration dans l’aliment de NPZnO, la quantité était faible (2.44 ± 0.37 ppm). La concentration en NPAg qui aurait pu migrer dans l’aliment était, quant à elle, toujours inférieure à la limite de détection (<0.001 ppm).  Ces concentrations, selon les auteurs, demeurent sous les limites réglementaires européennes établies (RÈGLEMENT (UE) n° 10/2011 qui permet un maximum de 25 mg /kg d'aliment).

    Les chercheurs estiment que l’ajout de nano­composantes de zinc et d’argent dans les emballages avec du LDPE est un bon moyen de retarder la détérioration de la viande de poulet tout en ne modifiant pas les attributs sensoriels de cette dernière.

    Référence : Panea, B., et al. (2014). « Effect of nanocomposite packaging containing different proportions of ZnO and Ag on chicken breast meat quality ». Journal of Food Engineering 123:104–112.


    Auteur(s) :
    Date de publication : 02 juin 2014

    Annonces