Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
277 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
13 juin 2019
Les rendements de deux cultivars de blé de printemps, Triticum æstivum L. cv Major et Triticum æstivum L. cv Fuzion, ont été comparés en agriculture conventionnelle et biologique. Les cultures ont été établies sur deux sites situés dans deux zones agroclimatiques différentes, soit Nicolet (zone 2) et Saint-Hyacinthe (zone 1) en 2016 et en 2017. La désoxynivalénol (DON), le pourcentage de protéines, le poids de 1000 grains, l’indice de chute, le GlutoPeak et le poids spécifique ont été mesurés. Ces variables ont été analysées par l’arbre de régression multivariable (groupement sous contrainte) et la MANOVA par analyse de redondance (ordination canonique). En 2016 comme en 2017, années marquées, la première par une compétition intensive d’adventice en culture biologique et la seconde par des infestations de fusariose, les résultats obtenus avec le cultivar Major sont meilleurs que ceux du Fuzion eu égard au test GlutoPeak, au pourcentage de protéine et au poids de 1000 grains, mais pour l’indice de chute, le rendement et le poids spécifique, aucune différence n’a été observée. En 2016, année sèche et favorable, il y a autant d’hétérogénéité entre les types d’agriculture d’une part, et les sites d’un même type d’agriculture et les cultivars d’autre part, ce qui rend difficile un avis sur la valeur comparée de l’un ou l’autre type d’agriculture, ou de l’un ou l’autre des cultivars. Il en va de même pour le DON. On remarque toutefois que pour les sites non perturbés par des adventices, le rendement en agriculture biologique est aussi bon qu’en agriculture conventionnelle. Lire la suite
06 juin 2019
Le Programme Prime-Vert 2018-2023 est maintenant accessible. Les producteurs agricoles peuvent bénéficier, dès aujourd’hui, de nouvelles interventions admissibles à l’aide financière : Équipements de gestion optimale de l’eau d’irrigation; Ouvrages de stockage des déjections animales pour les entreprises de la relève; Équipements permettant l’application en bande des matières fertilisantes dans les cultures horticoles; Réalisation d’essais d’implantation de pratiques agroenvironnementales. De plus, le taux d’aide peut atteindre jusqu’à 90 % pour certaines interventions réalisées par : les entreprises détenant une précertification ou une certification biologique; les entreprises de la relève; les producteurs de bovins de boucherie situés dans les territoires ciblés pour les aménagements alternatifs; les entreprises impliquées dans un projet d’approche de mobilisation collective.  Qu’est-ce que Prime-Vert? Ce Programme offre une aide financière aux producteurs pour réaliser des actions agroenvironnementales sur leur ferme. Adopter des pratiques agroenvironnementales, c’est un PLUS pour votre entreprise!   Elles offrent plusieurs avantages, notamment : diminuer l’exposition aux pesticides pour l’utilisateur et pour la population; améliorer la qualité de la pulvérisation des pesticides afin d’éviter des applications inefficaces; permettre une meilleure gestion de l’eau de ruissellement au champ et favoriser la santé des sols; augmenter la portance des sols notamment en réduisant le risque de compaction; augmenter le rendement des cultures (en qualité et en quantité) en diminuant les pertes de sols causées par l’érosion éolienne et hydrique; réduire le lessivage des nutriments et des pesticides par une meilleure gestion de l’irrigation; optimiser la récupération des éléments fertilisants; diminuer la compétitivité des mauvaises herbes par le placement optimal des matières fertilisantes; diminuer les risques de contamination de l’eau par une gestion Lire la suite
05 juin 2019
Augmenter la matière organique du sol, bénéfices directs, indirects, et bonnes pratiques pour y arriver Cette présentation accompagnait la conférence donnée par Martin Chantigny, chercheur au Centre de R&D de SaintQuébec, lors du congrès annuel Allier Expertises et Savoir-faire (4-5 avril 2019) organisé par  le Pôle d'expertise en services-conseils agricoles.   Lire la suite
05 juin 2019
Présentation sur l'intelligence artificielle appliquée à l'agriculture, l'utilisation des ''Big Data'' et de modèles comme SCAN, un outil d'agriculture de précision pour optimiser l'utilisation de l'azote aux champs.   Cette présentation accompagnait la conférence donnée par Nicolas Tremblay, chercheur au Centre de R&D de Saint-Jean-sur-Richelieu, lors du congrès annuel Allier Expertises et Savoir-faire (4-5 avril 2019) organisé par  le Pôle d'expertise en services-conseils agricoles.   Lire la suite
03 juin 2019
Le fichier de calcul du délai de récupération des investissements fonciers a été préparé par la Table sectorielle en économie et gestion du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). L'outil permet d'évaluer rapidement le délai de récupération de l'investissement dans des travaux d'amélioration de sol en considérant l'impact de ce changement sur l'ensemble de la rotation des cultures dans l'entreprise.   Lire la suite
13 mai 2019
Présentation PowerPoint du webinaire organisé par Agriclimat. Cette présentation propose différentes mesures d'adaptation aux changements climatiques. En effet, à l’horizon 2050, les conditions au champ seront particulièrement exigeantes. Une augmentation graduelle des températures comporte certains avantages, mais jusqu’à quel point? Les pluies estivales, qui seront souvent plus brèves et intenses, risquent de tomber sur un sol sec et difficile à infiltrer. Comment peut-on profiter des précipitations alors que les plantes pourraient souffrir d’un déficit hydrique plus important? Et, à l’inverse, les précipitations hivernales et printanières seront plus importantes en climat futur, augmentant les risques d’érosion des sols. Comment peut-on préparer la résilience du sol et assurer une gestion équilibrée de l’eau au champ? Cetteprésentation propose des réponses à ces questions en présentaant les scénarios climatiques attendus, leurs impacts et plusieurs mesures d'atténuation et de diminution des risques par l'amélioration des pratiques au champ. Regarder le webinaire Ce webinaire a été rendu possible grâce au financement offert par le Fonds vert dans le cadre d’Action-Climat Québec, un programme du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques découlant du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.   Lire la suite
03 mai 2019
Ce document présnte le rapport final du Réseau des plantes bio-industrielles du Québec (RPBQ).
15 mars 2019
Un projet de recherche a été réalisé afin de mieux comprendre les différents facteurs pouvant influencer les choix des gestionnaires d’entreprises agricoles en production végétale situés dans trois régions agricoles quant à l’adoption ou non de six bonnes pratiques agroenvironnementales (BPA) ainsi qu’à dresser un profil des entreprises selon leur niveau d'adoption de BPA. Cette étude a permis d’identifier des facteurs facilitants, des obstacles à l’adoption de BPA et des leviers d'actions afin de favoriser une adoption élargie des BPA et de mieux soutenir ces entreprises agricoles dans leur transition vers une production agricole davantage en harmonie avec l'environnement.   Lire la suite
07 février 2019
Ce projet comportait  plusieurs éléments d’intérêt en ce qui concerne le travail conventionnel et réduit du sol, de même que le semis direct. À cet effet, un essai comparatif a été élaboré durant trois années consécutives sur quatre sites distincts à raison de deux sites par année soit pour les saisons 2014, 2015 et 2016. Cinq méthodes de travail de sol ont été mises à l’essai soit un témoin en travail conventionnel, trois méthodes de travail réduit et une en semis direct. Il s’agissait d’essais en plein champ, réalisés à la ferme pour lesquels les opérations culturales ont été réalisées à forfait par des agriculteurs intéressés par la démarche expérimentale. Les résultats obtenus ont démontré que certaines méthodes de travail réduit se distinguent avantageusement en terme économique et au niveau agroenvironnemental. Ils nous ont également permis de faire avancer notre niveau de connaissance en regard au travail du sol et des essais à la ferme.   Lire la suite
24 janvier 2019
Conférence prononcée dans le cadre des journées horticoles et grandes cultures 2018 tenues à Saint-Rémi, sous le thème transformation.
1 à 10 sur 277