Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
107 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
29 juin 2020
Cet article est paru dans l’édition hiver 2020 de la revue L’Abeille des Apiculteurs et Apicultrices du Québec (AADQ).  
26 juin 2020
Conférence présentée par Mélissa Girard  lors de la journée Miel et revitalisation des friches organisée par la Société d’Agriculture du Comté de L’Islet (SACLI)  à Saint-Jean-Port-Joli le 13 février 2020. Ce document permet de découvrir en particulier les végétaux herbacées, utilent pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. On y décrit également les caractéristiques du miel.   Lire la suite
01 juin 2020
Ce guide régional de plantation présente une sélection des plantes pour les pollinisateurs, adaptées à la l’éco-région Centre des Laurentides. Il fait partie d’une série guides couvrant l’Amérique du Nord pour les jardiniers, agriculteurs et gestionnaires de terres du Pollinator Partnership.
01 juin 2020
Ce guide régional de plantation présente une sélection des plantes pour les pollinisateurs, adaptées à la l’éco-région Basses terres du Saint-Laurent. Il fait partie d’une série guides couvrant l’Amérique du Nord pour les jardiniers, agriculteurs et gestionnaires de terres du Pollinator Partnership.
01 juin 2020
Ce guide régional de plantation présente une sélection des plantes pour les pollinisateurs, adaptées à la l’éco-région Sud des Laurentides. Il fait partie d’une série guides couvrant l’Amérique du Nord pour les jardiniers, agriculteurs et gestionnaires de terres du Pollinator Partnership.  
01 juin 2020
Résumé du projet "Stimuler l'utilisation de l'application "ApiProtection" pour localiser les ruchers de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale afin d'en assurer la protection". ApiProtection est une application québécoise de géolocalisation des ruchers dans une optique de protection des abeilles. Son développement en 2017-2018 constituait la première étape du projet. La deuxième phase, présentement en cours, consiste plus spécifiquement à inviter les apiculteurs à s'y inscrire et à former les agronomes à l'utilisation de cet outil pour les régions de la Chudière-Appalche et de la Capitale-Nationnale.   À consulter également en lien avec ce projet : Résumé, présentation et rapport de la première phase du projet Dépliant de l'application  Lire la suite
01 juin 2020
Résumé:     Les abeilles sauvages contribuent significativement au service de pollinisation et connaissent présentement un déclin important. L’une des causes de ce déclin serait la compétition par l’abeille domestique. L’apiculture urbaine, une pratique assez récente, devient rapidement populaire. On ne connait pas de quelle façon la compétition entre les abeilles sauvages et domestiques s’exprime en milieu urbain, d’autant plus que ce milieu a déjà des impacts importants sur les abeilles, sauvages comme domestiques, notamment par la présence d’îlots de chaleur. Les objectifs de ce projet étaient de déterminer comment les paramètres environnementaux (abondance de l’abeille domestique, proportion des îlots de chaleur à l’intérieur de 1500 m, quantité et diversité des ressources florales) expliquent les communautés d’abeilles sauvages en milieu urbain. Nous avons émis les hypothèses : 1) que la compétition avec l’abeille domestique influence négativement les abeilles sauvages, 2) que les sites avec des ressources florales abondantes soutiennent des communautés d’abeilles sauvages plus diversifiées et abondantes et que ces ressources minimisent l’impact négatif de la compétition et 3) que l’urbanisation a des impacts variables sur les abeilles sauvages en fonction de leurs traits fonctionnels. Nous avons testé ces hypothèses à l’aide d’un jeu de données récoltées à Montréal en 2012 et 2013 sur 25 sites où les abeilles furent échantillonnées à l’aide de pièges-bols colorés. Nous avons étudié les patrons des communautés de 166 espèces d’abeilles sauvages ainsi que de l’abondance des espèces les plus communes après avoir tenu compte de la probabilité de détection. Nos analyses n’ont pas permis de détecter de compétition entre les abeilles sauvages et domestiques. Nos résultats indiquent cependant des effets variables des îlots de chaleur et positifs des ressources florales. Les villes permettent potentiellement la cohabitation harmonieuse entre l’apiculture Lire la suite
01 juin 2020
Résumé:     L’abeille domestique (Apis mellifera L.) participe à la pollinisation commerciale des cultures de bleuets à feuilles étroites (Vaccinium angustifolium Ait.) et de canneberges (Vaccinium macrocarpon Ait.). Ce service de pollinisation représente 27% des revenus associés aux activités des apiculteurs au Québec (Canada). En participant à la pollinisation commerciale, les abeilles domestiques sont ainsi souvent exposées à des sources de pollen moins diversifiées qui pourraient alors contribuer à engendrer des carences nutritionnelles. Dans cette étude, nous avons élaboré quatre stratégies d’aménagement apicole (SA) avec pollinisation commerciale et mesuré leur impact sur le développement et la santé des colonies d’abeilles domestiques. Les groupes expérimentaux utilisés étaient : A) SA avec production de miel seulement (témoin); B) SA avec pollinisation commerciale du bleuet à feuilles étroites; C) SA avec pollinisation commerciale de la canneberge et D) SA avec double pollinisation, bleuet suivi de la canneberge. Nos objectifs étaient de 1) réaliser le suivi de colonies pendant une saison apicole complète dans différentes situations selon les SA, 2) identifier et comparer la diversité florale et son attrait pour les abeilles domestiques entre les ruchers expérimentaux en utilisant un système d’information géographique et le pollen récolté, 3) mesurer périodiquement le contenu en protéines et acides aminés du pollen récolté par les butineuses, par le biais des pelotes de pollen et du pain d'abeilles dans différentes situations selon les SA, et 4) comparer le développement et la santé des colonies d’abeilles domestiques entre les différentes SA tout au long d’une saison apicole complète. Nos résultats démontrent que l’abondance florale et son attrait pour les abeilles domestiques sont significativement plus faibles lors des services de pollinisation de la canneberge comparé aux autres SA. D’autre part, la concentration de protéines dans le pollen Lire la suite
01 juin 2020
ApiProtection est une application québécoise de géolocalisation des ruchers dans une optique de protection des abeilles. Elle est spécifiquement destinée aux apiculteurs, aux agronomes conseillers en production végétale et aux vétérinaires du réseau apicole du MAPAQ. L’application vise d’une part la localisation des ruchers afin de repérer et envoyer un avis, de l’agronome à l’apiculteur, si une application de pesticides est nécessaire à proximité d’un rucher. Elle permet aussi d’aviser facilement la centrale de signalement du MAPAQ en cas de suspicion d’empoisonnement. ApiProtection permet d'autre part de créer un itinéraire de déplacement entre ses ruchers et de partager les emplacements avec ses employés.  Pour ce faire, les apiculteurs doivent localiser leurs ruchers sur l’application. Ils peuvent à ce moment décider si ces informations seront visibles uniquement aux conseillers et vétérinaires inscrits en mode privé, ou également dans Info-Sols en mode public. Pour vous inscrire, allez sur le site https://apiprotection.crsad.qc.ca, sélectionnez votre profil comme Nouvel utilisateur (apiculteur, agronome ou vétérinaire) puis complétez et envoyez le formulaire. Lire la suite
29 mai 2020
Résumé:  La production de paquets d’abeilles (abeilles adultes et une jeune reine) et de nucléi (petite colonie avec du couvain, des abeilles adultes et une jeune reine) assure la création de nouvelles colonies et le remplacement des colonies faibles ou mortes. Bien que ce travail soit réalisé par les apiculteurs à l’aide de diverses méthodes à travers le monde entier, les études scientifiques sur ce sujet sont rares. Au Canada, il y a besoin croissant de colonies pour remplacer et agrandir les cheptels afin de satisfaire la demande en service de pollinisation et combler les importantes pertes hivernales de colonies. L’objectif principal de notre étude était de développer une méthodologie pour produire de nouvelles colonies à la fois plus structurée et plus adaptée pour répondre au défi actuel de l’industrie apicole canadienne. Une technique de paquet d’abeilles et deux techniques de nucléi sur cadres ont été testées au Centre de Recherche en Sciences Animales de Deschambault en 2014: A) 1kg d’abeilles adultes + une jeune reine fécondée; B) un cadre de couvain + les abeilles adultes adhérentes à ce cadre + une jeune reine fécondée; et C) deux cadres de couvain + les abeilles adultes adhérentes à ces cadres + une jeune reine fécondée. Au total, 38 nouvelles colonies ont été produites. Ces colonies ont été évaluées de juillet 2014 à juin 2015, selon un ensemble de paramètres pour estimer leur force et l’infestation en varroa et nosémose. Les résultats démontrent que le développement des colonies était similaire peu importe la technique employée. Cependant, c’est la technique à un cadre de couvain (B) qui présente le meilleur potentiel de multiplication. Ce projet a également permit de confirmer que le prélèvement d’abeilles ou de couvain assure un meilleur contrôle du parasite varroa et réduit l’essaimage chez les colonies mères. À consulter également en lien avec ce projet : Article de recherche Poster scientifique Rapport de projet Présentation Texte de vulgarisation Lire la suite
1 à 10 sur 107
Infolettre Apiculture

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.