Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Bien-être animal



La Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux concerne principalement les animaux destinés à l’alimentation humaine et à l’élevage, les animaux de compagnie et ceux qui sont mis à profit à des fins de loisir. Ses objectifs sont de mieux comprendre l’importance de la santé et du bien-être des animaux, d’optimiser la prise de décisions à la suite de détections des maladies, d’améliorer la santé et le bien-être du cheptel par la prévention et la gestion des maladies et d’adopter des modes d’élevage qui améliorent de façon durable la santé et le bien-être des animaux. 90 organisations sont partenaires de la Stratégie et travaillent conjointement à l’amélioration de la santé et du bien-être des animaux au bénéfice de l’ensemble de la société québécoise.

Les partenaires de la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux se sont réunis lors de leur assemblée annuelle le 19 octobre 2017. La journée rassemblait plus de 80 intervenants et fut bien remplie avec le bilan des activités de l’an dernier et un aperçu de celles à venir, les conférences et le panel sur les rôles et responsabilités relativement à la santé et au bien-être des animaux.

Le parasitisme au Québec

La conférence « Le parasitisme au Québec : Comment résister à la résistance » du Dr Christopher Fernandez-Prada, de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal a porté sur les principaux enjeux de la résistance.
Un des parasites communs présentés, le Cryptosporidium, agent causal de la cryptosporidiose est responsable de nombreuses épidémies d’origine hydrique au Québec (INSPQ, 2016). La lutte à ce parasite doit être intégrée dû à ses nombreux hôtes potentiels ; le cryptosporidium est capable d’infecter une vache, l’humain et les animaux de compagnie (Figure 1).




En plus des parasites qui font leur apparition à cause des changements climatiques, on observe également le développement de la résistance à certains traitements antiparasitaires, lorsque ceux-ci existent. Il ne va pas sans dire qu’il y a un besoin urgent d’agir pour la lutte aux maladies parasitaires de type zoonotique. Le constat est qu’il existe peu de traitements ou de vaccins pour lutter efficacement contre certains parasites et lorsqu’un traitement existe, on observe une émergence de la résistance à ces traitements !

Le Dr Fernandez-Prada a abordé un sujet qui fait davantage les manchettes et c’est l’antibiorésistance, qui a des conséquences économiques non négligeables, en plus de causer une souffrance animale. Il a identifié les différents facteurs qui contribuent à cette résistance (Image 2).





Voyez la vidéo qui fait état de cette situation au Québec et aussi à l’échelle mondiale.




Regardez la conférence pour en savoir plus sur les façons de lutter individuellement et collectivement contre le développement de la résistance.



L'organisation mondiale de la santé animale
La conférence du Dr Jaspinder Komal, délégué à l’Organisation mondiale de la santé animale pour le Canada et médecin vétérinaire en chef intérimaire du Canada a présenté l’Organisation mondiale de la santé animale (créé sous le nom d’Office international des épizooties - OIE).
Il a présenté de quelle façon l’OIE développe des normes et codes de pratiques pour le bien-être animal.
Le bien-être animal est un sujet de plus en plus important pour l’organisation, qui a comme mission d’améliorer la santé et le bien-être des animaux. L’OIE s’intéresse au bien-être puisque la santé animale en est une composante essentielle. C’est pour cette raison que l’OIE a élaboré une stratégie mondiale en faveur du bien-être animal. 

Le travail de l’organisation vise à améliorer la cohérence pour les normes internationales utilisées pour le commerce des animaux. Tous les pays qui exportent des animaux doivent respecter ces normes, dont certaines s’appliquent particulièrement au bien-être animal, pour les animaux terrestres et les organismes aquatiques.

L’organisation conserve toujours sa mission première, c’est-à-dire une surveillance de la situation sanitaire mondiale. Pour ce faire, les 181 pays membres de l’organisation transmettent de l’information concernant les maladies émergentes et l’éclosion de nouvelles maladies dans leur pays. Cette information importante est diffusée en toute transparence pour faire état de la situation. Cette organisation est donc une importante source d’information et d’expertise puisqu’elle rassemble l’expertise vétérinaire et l’information sur la santé animale au niveau mondial.

 



 

 

Découvrez une foule de publications et vidéos sur la santé et le bien-être animal sur le catalogue du CRAAQ!
 
Référence citée :
INSPQ. 2016. Cryptosporidium — Fiche synthèse sur l’eau potable et la santé humaine. https://www.inspq.qc.ca/eau-potable/cryptosporidium

Commentaires (0)
Me connecter

Organisation : Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ)
Date de publication : 22 janvier 2018
Infolettre Bovins de boucherie

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.