Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Actualités azotées

À ce stade-ci, il est intéressant de partager quelques observations sur le début de saison et de spéculer sur les impacts du climat sur la fourniture en azote par le sol. Petite récapitulation, depuis l’automne 2016 :
  • Saison 2016 sèche : nitrates résiduels élevés à l’automne 2016;
  • Précipitations hiver 2017 sous la normale; nitrates conservés dans le profil;
  • Précipitations importantes fin d’hiver et printemps 2017 très pluvieux (inondations): lessivage important des nitrates et sulfates résiduels;
  • Températures fraîches ont retardé le début et ralenti la minéralisation;
  • Pluies importantes en mai et juin ont créé des conditions propices à la dénitrification en juin;
  • Ces mêmes conditions ont limité la respiration racinaire, et des symptômes sont encore visibles dans les zones ou champs de faible porosité.
Considérant ces évènements récents, plusieurs craignent, cette année encore, de manquer d’azote dans leurs champs de maïs. Les mises en garde formulées en 2016 à ce sujet (voir billet du 8 juin 2016 «  Doit-on ajouter un supplément d’azote dans le maïs la suite d’excès de pluie ») tiennent toujours. Tel que mentionné à l’époque, même lors de saisons où les conditions climatiques, de la fonte des neiges à la période des semis, entraînent effectivement beaucoup de lessivage de nitrates (la majeure partie du total annuel), il demeure improbable que des quantités significatives soient lessivées entre l’application au semis et la période d’absorption de juin à septembre.

Un indicateur populaire : la mesure des nitrates en post-levée
Bien qu’au moment d’écrire ces lignes, nous ne disposions que de 43 lectures (champs), il semble bien que nous retrouvons en effet moins de nitrates dans nos sols qu’en 2016 : en moyenne 24 ppm vs 41 ppm l’an dernier. Ce sont des résultats en général plus élevés que ce à quoi on s’attendait, compte tenu des facteurs mentionnés plus haut. Près de la moitié des sites obtiendraient encore cette année une recommandation 0 azote en post-levée. Attention toutefois, il reste encore beaucoup de résultats à compiler, analyser et interpréter.

Aussi, une analyse plus fine des résultats, une fois que l’historique de chacun des champs aura été considéré, permettra de traduire ces valeurs de concentrations (nitrates) en besoins nets du maïs en azote selon les différents scénarios. Par exemple, on sait qu’un retour de prairie, ou encore un épandage de fumier à haut rapport C/N au printemps, sont des situations qui peuvent biaiser la courbe de minéralisation de l’azote du sol, et donc entraîner une sous-estimation de l’azote disponible. Le test de nitrates de post-levée (Pre-sidedress Soil Nitrate Test, ou PSNT) a d’abord été conçu et calibré pour les cas sans engrais de ferme; si un engrais de ferme est épandu au bon moment (selon son C/N), il n’y aura pas de N recommandé en post-levée de toute façon, donc pas besoin de procéder à l’analyse des nitrates.

Cette année en Montérégie, et ce semble être aussi le cas dans les autres régions productrices de maïs, beaucoup plus de champs ont été analysés pour les nitrates comparativement aux années passées, que ce soit par les trousses portatives traditionnelles (par ex., ‘NitraChek’) ou par analyse automatisée (‘SoilScan 360’).  L’appareil ‘SoilScan 360’ (photo) mesure le pH et la concentration en nitrates dans le sol sur des échantillons de sol non séchés et avec une répétabilité supérieure aux traditionnelles bandelettes, selon les premiers utilisateurs. Il fournit, en plus du résultat des ppm de nitrates, une recommandation d’azote à ajouter calculée selon une équation qui tient compte notamment du rendement visé et de la matière organique du sol, deux facteurs dont l’influence sur l’établissement des besoins nets du maïs en azote a été réfutée par de nombreuses expériences. Donc, à mon avis, le module de recommandation devrait être utilisé avec parcimonie, car il n’a pas été calibré, ni ici ni ailleurs.

Les commentaires entendus de la part des utilisateurs de l’appareil au Québec depuis l’an dernier font d’ailleurs écho à cette prudence. De plus, cette année, il semble que les résultats obtenus par SoilScan 360 soient, pour les mêmes sites, inférieurs de plusieurs ppm aux résultats issus des méthodes traditionnelles. Certains parlent de la moitié du résultat de la trousse Nitrachek. Nous en saurons plus au terme de la saison, entre autres grâce au réseau de six fermes où cinq différentes méthodes d’établissement de la dose d’azote à recommander sont comparées, sur des parcelles à dose croissante d’azote : ‘Nitrachek’ (bandelettes), ‘SoilScan 360’, ‘WebScan’, indice de nutrition azotée (analyse de tissu), et méthode traditionnelle (basée sur le Guide de référence en fertilisation.
 

L’appareil ‘SoilScan 360’ permet d’extraire et de doser les nitrates de la solution du sol sans préparation préalable de l’échantillon de sol, selon une procédure relativement simple que certains producteurs n’ont pas hésité à s’approprier.
Mais une conclusion semble déjà s’imposer : il est toujours utile, et même extrêmement instructif pour le producteur lui-même, de prendre le temps de se garder une parcelle témoin sans N, tout au long de la saison. Un test très simple, cette parcelle « sentinelle » s’avère la meilleure façon de comprendre la dynamique de l’azote dans les conditions propres à son champ : sol, climat.
 
Remerciements : Alexandre Benoit, producteur, St-Dominique; Yvan Faucher, agr., MAPAQ; Geneviève Giard, agr., Agri Conseils Maska; Valérie Robert, agr., Dura-Sol Drummond inc.
 

Cette parcelle n’a reçu comme toute fertilisation qu’un engrais de démarrage granulaire (40 kg N/ha). Au stade V8, soit au début de la période d’absorption d’azote, elle ne démontre encore aucun signe de carence. Plus tôt (V6), on avait mesuré 19,5 ppm de nitrates, soit un peu en-deçà du seuil de réponse (25 ppm).
  Lire le billet précédent                                                                                                   Lire le billet suivant
Commentaires (0)
Me connecter

Organisation : MAPAQ
Date de publication : 06 juillet 2017

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.