Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Optimisation d'une méthode de dépistage du petit coléoptère de la ruche pour accroître la biosécurité des entreprises apicoles

 Télécharger le document original
Le petit coléoptère de la ruche (CR) est un ravageur des colonies d'abeilles qui peut être difficile à observer, surtout dans les colonies faiblement infestées. L'analyse moléculaire des débris recueillis sur le plateau de la ruche est un moyen prometteur de détecter rapidement et efficacement cet insecte. Les débris de ruche ont été récoltés dans 21 colonies provenant du Québec et dans 97 colonies ontariennes. Le taux d'infestation fut déterminé par une inspection visuelle des colonies. Les colonies du Québec ne comptaient aucun CR, tandis que le taux d'infestation des colonies ontariennes était de 48,5 %. L'ADN contenu dans les débris récoltés a été extrait, puis analysé par la technique conventionnelle d'amplification en chaîne par polymérase (PCR). L'ADN a été comparé à deux amorces courtes (109 paires de bases) et deux amorces longues (1080 paires de bases). L'efficacité de détection des longues amorces est de 72,4 % et celle des amorces courtes est de 2,9 %. Le taux de détection n'est pas corrélé avec le niveau d'infestation des colonies. La faible quantité d'ADN contenue dans les débris ainsi que l'état de dégradation de ces fragments pourraient expliquer la détection de faux positifs et de faux négatifs obtenus avec les deux méthodes. Cette technique est néanmoins prometteuse en ce qui a trait à la détection efficace et rapide du CR dans les ruchers faiblement infestés.

Organisation : 1. Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, 2. Département de biologie, Université Laval, 3. Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal, 4. Département de biologie, Université Laval
Auteur(s) : 1. Martine Bernier, 2. Pierre-Luc Mercier, 3. Julie Arseneault, 4. Pierre Giovenazzo
Date de publication : 20 mars 2018

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.