Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Les fongicides foliaires et la qualité du maïs-ensilage


Le maïs-ensilage occupe une place de plus en plus importante dans la production laitière au Québec. En 2018, les superficies en maïs-ensilage étaient près de 75 000 ha comparativement à plus 385 000 pour le maïs-grain. Par le passé, l’ensilage de maïs était produit en utilisant des hybrides qui étaient destinés à la production de grains. Maintenant, les producteurs utilisent de plus en plus des hybrides qui sont spécifiques aux besoins fourragers. Ces hybrides sont dotés de caractéristiques nutritives aptes à répondre aux exigences de plus en plus élevées des vaches laitières. Depuis quelques années, certains intervenants font la promotion de l’utilisation de fongicides foliaires dans la production du maïs-ensilage. Les fongicides foliaires permettraient d’améliorer les qualités nutritives de l’ensilage de maïs, ce qui résulterait en une amélioration significative des performances des vaches laitières. Qu’en est-il vraiment ?

Bien peu de littérature sur le sujet
Bien que le maïs soit une des cultures des plus étudiées sur la planète, il existe toutefois peu de données objectives sur l’effet des fongicides foliaires dans la production du maïs-ensilage. Il existe encore moins de références disponibles lorsque l’on scrute l’amélioration des performances des vaches laitières nourries à l’aide de maïs-ensilage traité aux fongicides. Il y en a peu mais il y en a tout de même. Dans les prochaines lignes, un résumé des informations contenues dans huit publications scientifiques récentes portant sur le sujet est présenté. Ces articles ont été publiés de 2015 à 2018.

Facteurs influençant la qualité du maïs-ensilage
Une méta-analyse regroupant plus de 48 articles scientifiques a été publiée en 2015 et portait sur l’effet de différents types de maïs-ensilage sur l’ingestion, la digestibilité, la fermentation et les performances des vaches laitières2. L’analyse comportait trois volets : un premier volet portait sur les types de tige de maïs, le second volet sur les types de grains et le dernier volet sur les types conventionnels et génétiquement modifiés. À l’exception d’hybrides à faible teneur en lignine et de certains hybrides à faible contenu en amidon, la composition nutritionnelle des hybrides caractérisés par différents types de tiges serait relativement similaire. De même, la composition nutritionnelle des hybrides caractérisés par différents types de grains serait similaire pour une grande majorité des hybrides. Les types de grains n’influenceraient pas la prise alimentaire, la production de lait ou les nutriments digestibles par les vaches laitières. Enfin, la composition nutritionnelle et les performances de lactation seraient similaires que l’on utilise un hybride de type conventionnel ou génétiquement modifié.

Fongicides foliaires et composition du maïs-ensilage
Selon une première référence1, l’application de fongicides foliaires n’aurait pas d’impact sur les contenus en matière sèche et le rendement du maïs-ensilage. De plus, l’application de fongicides foliaires n’aurait pas d’effet sur la composition du maïs-ensilage au niveau des contenus en protéine, en amidon et en fibre8. Selon un autre article5, l’application de fongicides foliaires au stade V5 ou R1 pourrait permettre d’améliorer les qualités nutritives et fermentescibles du maïs-ensilage pour les ruminants. Les mêmes auteurs avancent, dans un autre article6, que leurs résultats suggèrent que des fongicides foliaires appliqués consécutivement aux stades V5 et R1 permettrait d’améliorer la qualité nutritive du maïs-ensilage soumis aux ruminants lorsque les maladies foliaires d’origine fongique sont présentes. Dans ces deux articles, les auteurs n’ont toutefois pas vérifié si l’utilisation de fongicides foliaires était un choix économiquement rentable dans la production de maïs-ensilage destiné aux vaches laitières. Dans une étude récente publiée en 20187, l’utilisation de fongicides foliaires n’aurait pas permis d’améliorer la digestibilité in vitro d’un maïs-ensilage de type BMR (brown midrib). Selon les articles disponibles sur le sujet que nous avons consultés, il est difficile de tirer des conclusions claires de l’impact bénéfique ou non de l’utilisation des fongicides foliaires sur la composition du maïs-ensilage.

Fongicides foliaires et performance de vaches laitières
Les résultats de deux publications sont présentés dans cette section. Dans ces deux articles, les auteurs ont utilisé des vaches laitières nourries avec de l’ensilage de maïs traité à l’aide de fongicides foliaires ou non.
La conclusion générale du premier article4 indique que l’application de fongicides foliaires à du maïs ensilage se traduirait par une augmentation de la fraction dégradable de la matière sèche dans le rumen de la vache. Ce constat serait probablement dû à un accroissement des sucres et de l’amidon associé à une baisse des fractions aNDF (Neutral Detergent Fiber) et ADF (Acid Detergent Fiber). Les auteurs ont toutefois aussi constaté que la dégradabilité (effective degradability) de la matière sèche (M.S.), des fibres NDF et ADF étaient supérieures pour le traitement sans fongicide foliaire, notamment en raison de la fraction soluble moindre suivant trois applications de fongicides). La méthodologie utilisée dans ce premier article ne permettait toutefois pas aux auteurs de vérifier si l’utilisation de maïs-ensilage produit avec des fongicides foliaires améliorait l’efficacité de conversion de l’ensilage.

Le deuxième article3 est de loin le plus pertinent pour le propos de notre texte. Des vaches laitières nourries avec du maïs ensilage traité à l’aide de fongicides foliaires ont démontré une tendance à l’obtention de meilleurs taux de conversion de la matière sèche que celles nourries avec de l’ensilage non traité. Les auteurs ont observé un effet linéaire significatif de l’amélioration des taux de conversion avec l’augmentation du nombre d’applications de fongicides foliaires. Il apparaît toutefois peu probable que l’utilisation de deux ou trois applications de fongicides au cours d’une même année de production puissent être économiquement rentables pour le maïs-ensilage. D’ailleurs, les auteurs n’ont pas vérifié si cette utilisation croissante de fongicides était économiquement rentable en production laitière. Cette étude est la seule du genre et aucune autre étude disponible n’est encore venue appuyer ses conclusions. Les auteurs avancent l’hypothèse que la digestibilité de la matière sèche d’un ensilage de maïs traité aux fongicides serait améliorée comparativement à celle non traitée. Les auteurs avancent certaines hypothèses pour expliquer leurs résultats mais ne parviennent toutefois pas à cerner les causes réelles de cette amélioration de la conversion de la matière sèche en lait.

En analysant avec attention les résultats de l’étude, on constate que les différences entre les valeurs observées pour le témoin (sans fongicide foliaire) et celles correspondant à l’application d’une seule fois du fongicide sont très faibles. Tellement faibles que l’on peut se questionner s’il existe de réelles différences entre les taux de conversion des vaches nourries avec de l’ensilage n’ayant reçu qu’une seule fois des fongicides et celles ayant reçu de l’ensilage témoin, soit celle n’ayant reçu aucun fongicide. L’article ne présente malheureusement pas les résultats d’une telle comparaison. L’article ne compare que l’ensilage témoin à l’ensemble des trois traitements ayant reçu des fongicides foliaires. À partir des valeurs moyennes des résultats et des analyses statistiques présentés dans l’article, il est possible de générer des données brutes qui collent très bien aux conclusions de l’étude. La génération des données n’a été réalisée que pour les variables se rapportant aux facteurs de conversion et aux quantités d’aliments secs ingérés. Ces données brutes ont par la suite été soumises à une analyse statistique similaire à celle réalisée par les auteurs de l’étude. Dans cette nouvelle analyse statistique, on demande au système s’il existe une différence significative ou non entre le traitement témoin (sans fongicide) et le traitement correspondant à une seule application du fongicide foliaire.

Sans surprises, les résultats généraux de cette analyse sont similaires à ceux obtenus dans l’étude originale. Selon les résultats de cette nouvelle analyse, le taux d’ingestion de matière sèche (IMS) de l’ensilage témoin est significativement supérieur à celui correspondant à une seule application du fongicide foliaire. Qu’en est-il des trois facteurs de conversion (lait produit/kg M.S. ingérée, lait corrigé à 3.5% de gras/kg M.S. ingérée et lait corrigé pour l’énergie/kg M.S. ingérée) entre ces deux mêmes traitements ? Toujours selon cette nouvelle analyse, il n’y aurait pas de différences significatives pour ces trois facteurs de conversion entre l’ensilage témoin (sans fongicides foliaires) et le traitement ayant reçu une seule fois des fongicides foliaires.

Donc, bien qu’il y ait des tendances pour une meilleure conversion alimentaire en comparant l’ensemble des traitements utilisant des fongicides foliaires (une, deux et trois applications) et l’ensilage témoin, et bien qu’il y ait des effets linéaires significatifs de l’emploi des fongicides foliaires, une utilisation unique de fongicides foliaires ne permettrait vraisemblablement pas d’améliorer les taux de conversion alimentaire chez les vaches laitières. Le ratio de la production de lait sur les quantités ingérées de matière sèche (IMS) serait similaire avec une seule application de fongicides foliaires et l’ensilage témoin sans fongicides.

Ces constats permettent de remettre en perspective les données obtenues de cet article scientifique très pertinent3 ainsi que des autres articles consultés. Basé sur l’analyse plus poussée du seul article disponible de l’utilisation de maïs-ensilage pour nourrir des vaches laitières3, une utilisation unique de fongicides foliaires ne permettrait pas d’améliorer les conversions alimentaires pour que cette pratique soit recommandée aux producteurs. L’utilisation à deux ou même trois reprises de fongicides foliaires serait encore moins recommandable et sans doute non économiquement rentable. Bien sûr, la publication de nouvelles études sur le sujet est souhaitable et pourrait améliorer notre compréhension de ce phénomène.
 
RÉFÉRENCES
  1. Damery, T.A., R.T. Pate, R. Myers et P.C. Cardoso. 2018. The effects of cut height and fungicide application on whole plant corn silage yield. J. Anim. Sci. 96:92-93.
  2. Ferraretto, L.F. et R.D. Shaver. 2015. Effects of whole-plant corn silage hybrid type on intake, digestion, ruminal fermentation, and lactation performance by dairy cowsthrough a meta-analysis. J. Dairy Sci. 98:2662-2675.
  3. Haerr, K.J., N.M. Lopes, M.N. Pereira, G.M. Fellows et F.C. Cardoso. 2015. Corn silage from corn treated with foliar fungicide and performance of Holstein cows. J. Dairy Sci. 98:8962-8972.
  4. Haerr, K.J., A. Pineda, N.M. Lopes, J.D. Weems, C.A. Bradley, M.N. Pereira, M.R. Murphy, G.M. Fellows et F.C. Cardoso. 2016. Effects of corn treated with foliar fungicide on in situ corn silage degradability in Holstein cows. Animal Feed Science and Technology. 222:149-157.
  5. Kalebich, C.C., M.E. Weatherly, K.N. Robinson, G.M. Fellows, M.R. Murphy et F.C. Cardoso. 2017. Foliar fungicide (pyraclostrobin) application on corn and its effects on corn silage composition. Animal Feed Science and Technology. 229:19-31.
  6. Kalebich, C.C., M.E. Weatherly, K.N. Robinson, G.M. Fellows, M.R. Murphy et F.C. Cardoso. 2017. Foliar fungicide (pyraclostrobin) application effects on plant composition of a silage variety corn. Animal Feed Science and Technology. 225:38-53.
  7. Pate, R.T., L.B. Hedges, S. Mideros, G.M. Fellows, M. Atkins, M.R. Murphy et P.C. Cardoso. 2018. Effects of foliair fungicide and ensiling time on dry matter and in vitro digestibility of brown midrib and floury corn silage varieties. J. Anim. Sci. 96: 238.
  8. Testa, G., A. Reyneri et M. Blandino. 2018. Effect of high planting density and foliar fungicide application on the grain maize and silage and methane yield. Italian Journal of Agronomy. 13:290-296.
 
   Lire le billet précédent                                                                        
Commentaires (0)
Me connecter

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Date de publication : 24 septembre 2019

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.

 AVERTISSEMENT 
Afin d’améliorer votre expérience, veuillez prendre note que le site Internet Agri Réseau ne sera pas accessible le 9 décembre 2019 à compter de 19 h.
Nous serons de retour en ligne le 10 décembre à 8 h. Merci de votre compréhension. Équipe CRAAQ