Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Qualité du compost : toujours à l’avant plan

Véritable nourriture pour l’ensemble des microorganismes vivants sous terre, le compost est défini comme un «Produit solide mature issu du compostage, utilisé comme amendement organique» (norme CAN/BNQ 0413-200/2016).

À l’occasion de la Semaine internationale du compost, édition 2016, dont le thème choisi par le Conseil canadien du compost (CCC) est « Pour nourrir le sol... compostez! », quoi de plus logique que de parler compost. Ne se qualifie pas comme compost une matière organique qui a pourri aléatoirement en tas au fils des ans!  Avant de s‘appeler compost et de pouvoir être considéré comme un produit hygiénisé, exempt d’organismes pathogènes, de mauvaises odeurs et de mauvaises herbes, encore faut-il que le produit provienne d’un procédé contrôlé ou dirigé. On n’insistera jamais assez sur l’importance de bien respecter le critère de la température qui est associée à la définition même du procédé de compostage, car la phase thermophile détermine, en partie du moins, les caractéristiques finales du produit qui en résulte.

Parlant qualité, qu’en est-il de celle des divers composts provenant de biomasses résiduelles ou de résidus organiques d’origine agricole, municipale ou industrielle destinés à amender le sol? A ce sujet, la 4
e édition de la norme nationale CAN/BNQ 0413-200, parue au début de l’année 2016, nous apporte un éclairage intéressant sur la notion de qualité des composts et leurs caractéristiques physiques, chimiques et biologiques. Cette norme comprend  toujours trois niveaux de qualité des composts (AA, A et B) qui reposent sur les teneurs en matières organiques, en corps étrangers et en éléments traces inorganiques. Elle comprend également des exigences en matière de teneur en eau et de maturité et stabilité.

Toutefois, ces caractéristiques ne sont pas suffisantes pour définir la qualité de ce qu’on surnomme «l’or noir». Plusieurs autres caractéristiques agronomiques permettent de compléter l’évaluation de la qualité des composts, mais elles ont été consciemment exclues de la norme et ce, en dépit de leur importance. Pourquoi, me direz-vous?

Parce que, tout comme les producteurs choisissent les éléments fertilisants en fonction des besoins des cultures et des types de sols, la valeur cible pour certains critères de qualité du compost n’est pas absolue et dépend des caractéristiques et des besoins des sols et des végétaux. Peut-on prétendre qu’un fertilisant de type 2-2-2 est de meilleure qualité qu’un autre de type 3-1-2? Il est apparu lors des premiers travaux d’élaboration de la norme nationale en 1992, qu’il était inapproprié de fixer une valeur optimale pour certains critères tels que la valeur fertilisante, le pH, la conductivité électrique, dans la perspective de définir la qualité du produit.

Toutefois, si d’autres outils existent déjà ou pourraient être développés en complémentarité de la norme BNQ sur les composts, cette dernière demeure, avec l’expertise des agronomes, un outil fort utile et d’autant plus pertinent dans le contexte où les objectifs gouvernementaux relativement à la gestion des matières résiduelles fertilisantes (MRF), devraient se traduire par une production croissante de composts d’ici 2022.

Référence : http://www.bnq.qc.ca/fr/normalisation/environnement/composts.html
Commentaires (0)
Me connecter

Organisation : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)
Collaborateur(s) : Denis Potvin
Date de publication : 06 mai 2016

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.