Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Combien coûte et rapporte une « assurance azote » ?

Combien coûte et rapporte une « assurance azote » ?
 
Dans le dernier numéro du CARD Agricultural Policy Review de l’Université de l’Iowa, un groupe d’économistes et d’agronomes a produit un texte intéressant sur la gestion de l’azote par les producteurs de maïs-grain. En fait, ils ont comparé la réponse à l’azote, telle qu’elle avait été mesurée dans des essais de longue durée, à l’anticipation que font les producteurs de cette même réponse et ce, pour différents taux d’application. Systématiquement, les anticipations des producteurs étaient plus élevées que les gains de rendement réellement obtenus.
 
Les auteurs proposent différentes raisons à ce phénomène et parmi ces raisons, il y a ce qu’ils appellent le « nitrogen-as-insurance argument » (argument azote-comme-assurance). Selon cet argument, des taux d’application d’azote dépassant leurs recommandations représenteraient un outil de gestion du risque relativement peu coûteux pour les producteurs. Or, selon d’autres études, la fertilisation azotée amplifie le risque économique au fur et à mesure que les taux d’application sont augmentés. En d’autres mots, plus le taux d’application augmente, plus la variabilité des rendements s’accentue.
 
Dans mon billet précédent sur la rentabilité des fongicides foliaires en grandes cultures, je proposais le même argument pour expliquer des applications de fongicides non-optimales. Cet argument est d’ailleurs souvent mentionné dans la littérature en économie agricole. Dans ce contexte, la question de la tolérance au risque des producteurs devient cruciale. Le groupe de l’Université de l’Iowa est présentement à pousser plus loin ses travaux pour mieux comprendre les anticipations des producteurs étasuniens. À cet effet, il y a fort à parier que la tolérance au risque sera un des facteurs étudiés. Aussi, il serait intéressant de savoir si le même phénomène se produit au Québec.
 
On ne peut évidemment pas présumer à l’avance des résultats de cette éventuelle étude mais les travaux menés récemment au Québec nous offrent quelques pistes.   On y apprend entre autres que les services-conseils indépendants de la vente d’intrants peuvent réduire la perception du risque chez les producteurs. D’autres facteurs seraient aussi à examiner. Par exemple, on peut penser qu’une situation financière plus difficile d’une entreprise donnée réduira la tolérance au risque de son propriétaire. Finalement, un outil à explorer pour les décideurs serait la contribution potentielle des programmes d’assurance agricole pour accompagner les producteurs dans une rationalisation des intrants, sans affecter la rentabilité des entreprises.
 
Commentaires (2)
Me connecter
Luc Belzile Luc Belzile 20 juillet 2016 10:00

Bonjour Ricardo et merci du commentaire Il y a une analyse économique sur la rentabilité des fongicides foliaires en grandes cultures que l'on a réalisé à l'IRDA. Voici le lien: http://www.irda.qc.ca/assets/documents/Publications/documents/rapportfinalfongicidesfoliairesgrandescultures.pdf. Concernant les applications optimales de fertilisants, des travaux en économie sont sûrement à souhaiter sur le sujet et on se penche présentement sur des projets futurs à l'IRDA. Entretemps, je vous invite à aller voir l'étude de l'Université de l'Iowa en suivant le lien que je donne dans mon billet, en particulier la figure 2 qui est très "parlante". Merci. Au revoir. Luc

Répondre

RICARDO MANZANO RICARDO MANZANO 20 juillet 2016 08:51

Très intéressant Luc et merci pour écrire là dessus! C'est tout à fait ce que l'on voit dans la pratique avec les producteurs. Aurait-il des chiffres ou calculs qui appuierait cela?

Répondre


Organisation : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)
Date de publication : 14 juillet 2016

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.