Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Les origines du raisin de table au Québec

Parlons un peu d’Histoire…

 

L’origine du raisin de table en Amérique du Nord est directement liée à l’arrivée des colons venus d’Europe. Ceux-ci débarquèrent, avec leurs habitudes de consommation, et notamment, celle de la consommation du vin. De fait, ils amenèrent avec eux des graines de leurs cépages favoris, dans l’espoir de parvenir à les faire pousser dans le Nouveau Monde. Mais, dans les régions du nord des États-Unis ainsi qu’au Canada, ces tentatives se soldèrent systématiquement par des échecs, liés aux trop rudes conditions climatiques.

 

Au Québec spécifiquement dès 1535, l’explorateur Jacques Cartier constate lors de ses premières explorations, que la vigne sauvage pousse abondamment sur l'Île d’Orléans qu’il surnommera de fait, «Île de Bacchus», du nom du Dieu Grec Dionysos, plus tard appelé Bacchus sous la Rome Antique, Dieu de la vigne, du vin et de ses excès, de la folie et la démesure!

dionysus.jpg

Dionysos -Bacchus-(tenant une branche de vigne dans sa main) et sa femme Ariadne. Peinture sur amphore, vers 510-520 av JC. Musée du Louvre Paris; (Photo courtoisie theoi.com)

 

Plus tard vers 1608, Samuel de Champlain plantera des cépages de vigne venus de France (vitis vinifera) dans la région de ce qui deviendra la ville de Québec. Mais, l'extrême rigueur des hivers en Nouvelle France viendra à bout de ces tentatives, les cépages étants habitués aux climats Européens bien plus cléments.

 

Les seuls vignobles ayant alors, réussi à maintenir une petite production de vin étaient alors des vignobles de vigne sauvage locale. Mais le raisin produit était de relativement piètre qualité et aucun de ces vignobles ne suffirent à combler les attentes et la demande de la population, tant au niveau de la qualité que de la quantité. C’est donc progressivement et naturellement, après moult tentatives infructueuses, que l’espoir d’exploiter l’expertise viticole Européenne à grande échelle en Nouvelle France, s’est estompée.
 

À partir de là, la viticulture locale jouera un rôle quasi anecdotique en terme d'approvisionnement en vin en Nouvelle France; la majorité de la consommation de vin résultant de l’importation de bouteilles venues de France et d’Espagne.

 

Il faudra dès lors attendre la deuxième moitié du 19ème siècle, pour voir certains immigrants viticulteurs avancer l’idée d’essayer de “croiser” des cépages venus d’Europe et reconnus pour leurs qualités gustatives, avec des cépages locaux de vignes sauvages résistants aux maladies et aux rudes climats spécifiques aux régions nordiques de États Unis et du Canada.

 

Les vignobles canadiens  la récolte du raisin. L’opinion publique, Vol 10, no 44, pp. 519.jpg

Les vignobles canadiens : la récolte du raisin. L’opinion publique, Vol 10, no 44, pp. 519

(30 octobre 1879). Gravure
(photo courtoisie Vignoble Coteaux Saint-Paul)

 
 

Le principe d'"hybridation” était né, et des années d'expérimentations, de croisements tous azimuts et d’essais-erreurs attendaient les hybrideurs professionnels et amateurs. La patience sera alors leur plus grande vertue, la rigueur et la minutie protocolaire systématique seront leurs plus grands alliés.

Bien leur en pris, ils furent, des années après avoir débutés leurs expérimentations, récompensés par la découverte de nouveaux cépages aux qualités fantastiques, tant au niveau de leur saveur que de leur rusticité.
 

Et c’est grâce à ces pionniers, dont nous parlerons prochainement, que nous pouvons aujourd’hui nous délecter de cépages aux saveurs diverses et exceptionnelles et qui poussent directement ici chez nous!

Lire le billet précédent                                                                                                                      Lire le billet suivant

 

Sources consultées :
 

Histoire de l'Île d’Orléans de L.P Turcotte Atelier typographique du “Canadien” 1867

(que l’on peut retrouver sur le web ici: http://docplayer.fr/6036883-Histoire-l-ile-d-orleans-i-f-l-p-turcotte-quebec-atelier-typographique-du-canadien-21-rue-18-montagne-basse-ville.html)

SIte internet de l’association des Vignerons du Québec

http://vinsduquebec.com/lassociation/

 

Photo#1 courtoisie du Vignoble de l’isle de Bacchus, île d’Orléans. Fresque peinte sur le mur de la cuverie du vignoble par l'artiste Denis Vézina illustrant le débarquement de Jacques Cartier sur l’île d’Orléans, sa rencontre avec les autochtones qui lui font découvrir le raisin sauvage de l’île.
 
 


 


 
Commentaires (0)
Me connecter

Date de publication : 15 novembre 2016

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.