Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Le lin

Saviez-vous que le lin est cultivé pour son contenu riche en acides gras bons pour la santé? En plus d’être destiné à l’alimentation humaine, il peut servir à l’alimentation animale et même être utilisé à des fins industrielles. Vous pouvez admirer le lin oléagineux dans les champs du Bas-Saint-Laurent, qu’il colore de bleu au moment de la floraison.


Le lin, plante de jardin et plante agricole

Représentant le plus connu de la famille botanique des Linacées, le lin présente plusieurs facettes. Dépendamment de l’espèce, c’est une plante vivace ou annuelle, une plante de jardin ou une plante agricole. Le lin bleu (Linum perenne) et le lin jaune (Linum flavum) sont des plantes ornementales vivaces. Le lin à grandes fleurs (Linum grandiflorum), est quant à lui, une plante ornementale annuelle. Ces espèces conviennent notamment aux rocailles, aux massifs et aux bordures.
Le lin commun (Linum usitatissimum), aussi appelé lin oléagineux, est utilisé à des fins agricoles. C’est ce lin aux fleurs bleues qui embellit le paysage de la MRC de la Mitis dans le Bas-Saint-Laurent et que l’on peut admirer sur la « Route du lin ». Le lin oléagineux est cultivé pour ses graines riches en huile et pour ses fibres textiles, utilisées pour fabriquer le fil de lin et le fameux tissu du même nom. Néanmoins, considérant la grande beauté de ses fleurs, cette espèce peut aussi être semée à des fins ornementales sur de plus petites superficies. Une belle façon pour les passionnés de satisfaire leur curiosité à l’égard d’une plante qui est cultivée depuis l’Égypte ancienne (6000 ans avant J.-C.)!


Encore peu cultivé au Québec, le lin démontre un bon potentiel agricole en climat frais et tempéré. Avec son système racinaire superficiel, il montre une certaine sensibilité à la sécheresse, mais pousse bien dans les sols qui conservent mieux l’humidité. C’est une plante peu gourmande, dont les excès en azote peuvent causer de la verse et rendre la récolte plus ardue. En plus de permettre aux producteurs de diversifier leurs revenus, le lin peut être un atout lorsqu’il est inséré dans une rotation de grandes cultures. En effet, le lin est peu affecté par les maladies communes des céréales et des légumineuses. Il peut donc contribuer à couper le cycle des maladies courantes chez les céréales.


Les graines de lin

Le fruit issu de la fleur de lin est une capsule à cinq loges et contient de 8 à 10 graines. De forme ovale, les graines mesurent de 4 à 6 mm et leur couleur varie de brun moyen à pâle. La maturité est atteinte entre 100 et 120 jours après le semi. Les graines sont utilisées en alimentation animale et humaine pour leurs propriétés nutritionnelles et leurs bénéfices pour la santé (acides gras oméga-3, fibres solubles, phytoestrogènes, etc.). Un exemple bien connu est l’utilisation des graines de lin dans la fabrication de moulées destinées aux poules pondeuses pour le marché des œufs enrichis en oméga-3. Les graines de lin ou l’huile qui en est extraite sont par ailleurs incorporées dans de nombreux produits boulangers et pâtissiers ainsi que dans certains produits laitiers et jus de fruits. Plusieurs consommateurs les ajoutent aux yogourts, salades, céréales à déjeuner, etc.

L’huile de lin peut aussi être utilisée à des fins industrielles. Par exemple, elle entre dans la composition de peintures, de teintures, d’encres, de savons, de produits de traitement du bois et même du linoléum! Le résidu issu de l’extraction de l’huile, appelé tourteau, peut servir de suppléments protéiques dans l’alimentation animale.
 
Quelques mots sur les fibres et la tige
Les fibres prisées par l’industrie textile sont extraites de la tige mince et coriace du lin. Disposées en  faisceaux  dans la tige, les fibres  textiles  sont séparées des parties ligneuses de celle-ci par une série d’opérations (rouissage ou maturation des tiges à même le sol, broyage, battage) avant de passer à l’étape de la filature.

Autre fait intéressant, les tiges  du lin peuvent être utilisées comme paillis horticole pour conserver l’humidité du sol et limiter la pousse des mauvaises herbes. Elles peuvent aussi être incorporées au sol et servir de litière pour les animaux une fois hachées.

Le lin est une plante aux multiples usages qui gagnerait à fleurir nos champs et agrémenter les paysages québecois.

Référence
CRAAQ, 2016. Le lin oléagineux – Feuillet technique. 12 p. 

Crédits photos : Sylvie Denis, MAPAQ et Louis Robert, MAPAQ
Commentaires (0)
Me connecter

Organisation : Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ)
Date de publication : 13 février 2018

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.