Chargement en cours

    2009 : l’année économique viande bovine. Perspectives 2010

     Télécharger le document original
    Document PDF de 4.2 MO délai possible selon votre connexion. L’année 2009 se solde de nouveau pour les producteurs de viande bovine et d’animaux d’élevage, par des revenus très dégradés. Tout ceci sans crise majeure au plan de la conjoncture décrite dans ce document. Néanmoins les prix se sont dégradés : les vaches R se sont vendues en moyenne 5 % en dessous de 2008 et les jeunes bovins R 1%, alors que les coûts de production sont restés à des niveaux élevés.
    Après les hausses de prix des intrants de plus de 13% en 2008, le réajustement à la baisse en 2009 n’a en effet été que de 4 à 5%. A ces ciseaux des prix, il faut ajouter l’impact de la crise sanitaire FCO extrêmement coûteuse pour le secteur allaitant, en particulier par son impact sur la réduction des naissances de veaux au premier trimestre 2009 et donc du volume des ventes en fin d’année.
    C’est une année très dure pour le secteur viande et pourtant cette période de crise économique à l’échelle de la planète n’a pas entrainé d’effondrement de la consommation ni en France, ni en Europe. Tout juste enregistre-t-on la poursuite d’une érosion devenu structurelle, aggravée semble-t-il cette année par une baisse du niveau qualitatif de la demande : les muscles de l’arrière des carcasses d’origine allaitante ayant une demande moins soutenue que les muscles en provenance du cheptel laitier français ou européen, destinés à faire du steak haché.
    Les prévisions de production en France et en Europe pour l’année 2010 décrites dans ce document font état d’une production de nouveau en baisse tant en mâles qu’en femelles. Le déficit structurel dans lequel s’enfonce la France et l’Europe pourrait contribuer à soutenir les prix.

    Organisation : Institut de l’Elevage
    Auteur(s) : Groupe Economie du Bétail (GEB)
    Date de publication : 02 février 2010

    Annonces