Chargement en cours

    La semence sexée, y avez-vous pensé ?

     Télécharger le document original
     Pour des raisons pratiques et économiques évidentes, les éleveurs ont depuis toujours souhaité pouvoir  choisir le sexe des veaux à naître. Bien que ce rêve soit devenu réalité en 2006, ce sont jusqu’à maintenant les producteurs laitiers qui en ont profité. Considérant le nombre limité de femelles de remplacement disponibles sur le marché et les prix payés pour les obtenir  - on parle ici de $2,000 pour une taure croisée gestante  - parions que la semence sexée fera bientôt partie du plan de match d’un nombre grandissant d’éleveurs de bœuf.
    Organisation : Bovins du Québec, février 2013
    Auteur(s) : Pierre Desranleau, T.P. CIAQ
    Date de publication : 06 mars 2013
    Annonces