Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Crucifères, Avertissement No 1, 7 mai 2021

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Crucifères
Les semis et plantations de crucifères hâtives sont commencés. Il est important de commencer le piégeage de la cécidomyie du chou-fleur dès l’implantation de vos cultures et de prévoir le dépistage pour divers insectes. La ponte de la mouche du chou est à surveiller dans le sud du Québec. Évitez les problèmes phytosanitaires par des pratiques préventives et portez attention aux désordres physiologiques.


Les semis et plantations de certaines crucifères sont commencés depuis la mi-avril dans plusieurs régions du Québec. Toutefois, la météo observée depuis (quelques épisodes de gel au sol et peu de précipitations par endroits) a pu causer du stress aux plants et ralentir la levée des semis, ainsi que la reprise des transplants.

 
INSECTES RAVAGEURS

 

Selon le modèle prévisionnel NEWA de l’Université Cornell, qui prédit l'émergence des adultes de la mouche du chou sur la base du cumul des degrés-jours, aucune émergence n'est prévue au sud de la province pour le moment. Cela s'explique par les conditions plus fraîches actuelles qui ralentissent l'accumulation des degrés-jours. Surveillez toutefois la présence des premiers adultes dans les prochains jours, qui concorde habituellement avec la floraison de la barbarée vulgaire. Cette mauvaise herbe est déjà au stade de bouton floral à la hauteur de la Capitale-Nationale. De plus, quelques oeufs de mouche du genre Delia ont été observés dans certains champs de Lanaudière. À noter que l’utilisation du chlorpyrifos contre la mouche du chou, qui risque d'ailleurs d'être proscrite dans les prochaines années, doit être justifiée par un agronome. En 2020, l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ), en collaboration avec le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et divers intervenants du milieu, a publié le Guide des bonnes pratiques visant une utilisation raisonnée du chlorpyrifos dans les crucifères. Dans ce document, vous trouverez une foule d’informations, notamment les produits de remplacement qui doivent être appliqués au semis ou à la plantation, ainsi que des arbres décisionnels pour appuyer la justification agronomique.

En ce qui concerne les altises, elles ont commencé à émerger du sol, mais elles ne sont pas encore très présentes. Quant à la cécidomyie du chou-fleur, nous tenons à rappeler l’importance de commencer le piégeage à l’aide des pièges à phéromone dès l’implantation des cultures de crucifères, puisque l’émergence de ce ravageur est difficile à prévoir autrement.

 
MALADIES ET DÉSORDRES
 
Plusieurs problèmes phytosanitaires peuvent être limités par l’utilisation de pratiques agricoles préventives dès le début de saison. Parmi celles-ci, il faut éviter les semis et les plantations trop denses et s'assurer d'implanter les cultures dans des sols bien drainés, non compactés et dont la température et le pH sont adéquats. À défaut, les gels printaniers sont susceptibles d'affecter les crucifères déjà implantées, notamment en induisant de la montaison prématurée chez certaines crucifères plus sensibles à ce désordre, tels le brocoli et le chou chinois.

De même, des désordres physiologiques peuvent être observés sur les transplants en serre ainsi que ceux nouvellement implantés. Différents facteurs peuvent causer ces désordres tels qu’une mauvaise utilisation de pesticides (phytotoxicité), une carence en éléments nutritifs ou un stress climatique. À noter que le recours à la fertilisation ne constitue pas toujours LA solution pour corriger tous les désordres physiologiques. Une surfertilisation peut entraîner des problèmes de salinité du sol et nuire à la qualité des transplants.

Si vous avez des doutes sur les symptômes que vous observez, votre conseiller ou les experts du Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) du MAPAQ pourront vous aider. D'ailleurs, afin d'encourager le secteur de l'agriculture biologique et la relève agricole à faire appel à ses services, le LEDP offrira gratuitement les analyses à cette clientèle.

Pour toute information concernant les produits phytosanitaires homologués dans les crucifères, consultez les bulletins d'information N° 1 (herbicides), N° 2 (insecticides) et N° 3 (fongicides). Veuillez noter que les versions 2021 de ces 2 derniers seront disponibles dans les prochaines semaines. 

 
Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.



Cet avertissement a été rédigé par Isabel Lefebvre, M. Sc. (CIEL) et Mélissa Gagnon, agronome (MAPAQ), et révisé par Line Bilodeau, agronome (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseures du réseau Crucifères ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Crucifères
Date de publication : 07 mai 2021

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.