Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
4098 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)

Fiers de diffuser leur expertise

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)

Mise à jour

10 février 2020
Thielaviopsis
Grandes cultures, Avertissement No 1, 10 février 2020

Nouveau

10 février 2020
CHRYSOMÈLE DES RACINES DU MAÏS : CHAMPS À RISQUE ET MÉTHODES DE LUTTE Les chrysomèles des racines du maïs peuvent causer des pertes de rendement parfois importantes et augmenter les risques de verse dans le maïs. Les larves de chrysomèle se nourrissent de racines de maïs. Ces larves proviennent des œufs pondus l’été précédent dans des champs de maïs. Des tiges en forme de col d’oie sont souvent un indicateur de la présence de larves de chrysomèle. Les adultes peuvent aussi parfois causer des dommages en s’alimentant du pollen et des soies du maïs, ce qui peut occasionner des problèmes lors de la pollinisation. Deux espèces coexistent au Québec : la chrysomèle des racines du maïs de l’ouest, de couleur jaune avec des bandes noires et la chrysomèle des racines du maïs du nord, de couleur verte. Les deux espèces causent le même type de dommages et les méthodes de lutte pour les contrôler sont identiques. Comparativement aux années antérieures, en 2018 et 2019, davantage de cas de champs endommagés par ce ravageur ont été rapportés au RAP Grandes cultures.   À gauche : plants de maïs endommagés par des larves de chrysomèle des racines du maïs; à droite : chrysomèle des racines du maïs de l'ouest (cols d'oie) À gauche : Mathieu Neau (CÉROM); à droite : Sébastien Boquel (CÉROM) Comme l’insecte se nourrit presque exclusivement de maïs, le meilleur moyen de lutte consiste donc à éviter de semer du maïs sur un précédent de maïs. Depuis 2008, le RAP effectue du piégeage des chrysomèles dans des champs de maïs. Les données accumulées démontrent la grande efficacité de la rotation comme moyen de lutte. Même une simple alternance maïs/soya est efficace. Les captures de chrysomèles dans le cadre du RAP en 2018 et 2019, dans des champs en maïs continu, ont été plus importantes que pendant les années précédentes, mais cette hausse n’a pas été observée dans les champs de maïs sur précédent de soya. Il faut garder en tête que le maïs spontané dans un champ de Lire la suite

Nouveau

10 février 2020
Any beekeeper planning to permanently (sale) or temporarily (commercial pollination) import colonies, nuclei, packages of bees or queens into the territory of Québec must have an authorization to import bees into Québec issued by the Direction de la santé animale (DSA) of the Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). For 2020, the regions considered at risk are the Fraser Valley (in British Columbia), Ontario and New Brunswick. Protocol for the introduction into Quebec territory of bees from a region that is not considered at risk of infestation by small beehive beetle in 2020 must be used for the introduction of bees from other canadian regions.  * Le document en anglais est une traduction de courtoisie, référez-vous au protocole en français.*.  Lire la suite

Nouveau

10 février 2020
Any beekeeper planning to permanently (sale) or temporarily (commercial pollination) import colonies, nuclei, packages of bees or queens into the territory of Québec must have an authorization to import bees into Québec issued by the Direction de la santé animale (DSA) of the Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). For 2020, the regions considered at risk are the Fraser Valley (in British Columbia), Ontario and New Brunswick. The Protocol for the introduction into Quebec territory of bees from a region considered at risk of infestation by small beehive beetle in 2020 must be used for the introduction of bees from these regions.  * Le document en anglais est une traduction de courtoisie, référez-vous au protocole en français.*   Lire la suite

Nouveau

10 février 2020
Any beekeeper planning to have colonies, nuclei or packages of bees transit through Québec territory must have a transit authorization issued by the Direction de la santé animale (DSA) of the Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). Note : Beekeepers wishing to import bees into Québec for a temporary or permanent stay should refer to the appropriate protocol for their situation : -Protocol for the introduction into Quebec territory of bees from a region considered at risk of infestation the small hive beetle in 2020 (For 2020, the regions targeted by this protocol are the Fraser Valley (in British Columbia), Ontario and New Brunswick) - Protocol for the introduction into Quebec territory of bees from a region that is not considered at risk of infestation the small hive beetle in 2020 * Le document en anglais est une traduction de courtoisie, référez-vous au protocole en français.* Lire la suite

Nouveau

07 février 2020
Cet article est paru dans l’édition Été 2019 de la revue L’Abeille des Apiculteurs et Apicultrices du Québec (AADQ). 

Mise à jour

06 février 2020
Bilan de l'amarante tuberculée (Amaranthus tuberculatus) au Québec
04 février 2020
Conférence Power point présentée lors du Colloque Boeuf de Chaudière-Appalaches au Centre Caztel à Sainte-Marie de Beauce, ayant pour but d'inciter les productrices et producteurs bovins à utiliser des taureaux génétiquement mesurés.
03 février 2020
*NOUVEAUTÉ 2020 : Le protocole d’introduction inclut maintenant les REINES. Tout apiculteur qui projette d'introduire, de façon permanente (vente) ou temporaire (pollinisation commerciale), des colonies, nucléi, paquets d’abeilles ou reines sur le territoire du Québec1 a l'obligation de détenir une autorisation d’introduction d’abeilles délivrée par la Direction de la santé animale (DSA) du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). 1 La délivrance par le MAPAQ d’une autorisation d’introduction en territoire québécois n’est pas requise pour les paquets d’abeilles et les reines importés au Canada, conformément aux exigences de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Pour 2020, les régions suivantes sont considérées à risque : la Vallée du Fraser (en Colombie-Britannique), l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Les individus désirant importer des abeilles de ces régions doivent plutôt se référer au Protocole pour l'introduction en territoire québécois d'abeilles en provenance d'une région jugée à risque d'infestation par le petit coléoptère de la ruche en 2020 Visitez www.mapaq.gouv.qc.ca/abeille pour plus de détails. Consultez le protocole en anglais.   Lire la suite
03 février 2020
*NOUVEAUTÉ 2020 : Le protocole d’introduction inclut maintenant les REINES. Tout apiculteur qui projette d’introduire, de façon permanente (vente) ou temporaire (pollinisation commerciale), des colonies, nucléi, paquets d’abeilles ou reines sur le territoire du Québec 1 a l’obligation de détenir une autorisation d’introduction d’abeilles en territoire québécois délivrée par la Direction de la santé animale (DSA) du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). 1. La délivrance par le MAPAQ d’une autorisation d’introduction n’est pas requise pour les paquets d’abeilles et les reines importés au Canada, conformément aux exigences de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Pour 2020, les régions concernées par le présent protocole sont la Vallée du Fraser (en Colombie-Britannique), l’Ontario et le Nouveau-Brunswick.  Consultez  aussi le Protocole pour l'introduction en territoire québécois d'abeilles en provenance d'une région qui n'est pas jugée à risque d'infestation par le petit coléoptère de la ruche en 2020   Visitez www.mapaq.gouv.qc.ca/abeille pour plus de détails. Consultez le protocole en anglais.   Lire la suite
1 à 10 sur 4098

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.