Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Évaluation d’herbicides à moindre risque pour lutter contre les mauvaises herbes dans la culture du bleuet sauvage

 Télécharger le document original
RAPPORT

Les bleuets nains sont des éricacées qui sont composées de deux espèces soit le bleuet à feuilles étroites (Vaccinium angusifolium) et le bleuet fausse-myrtille (Vaccinium myrtilloides). Le cycle de production est un cycle biannuel qui commence par la fauche des champs, suivi de l’année de végétation et pour finir l’année de récolte. Cette méthode est efficace et procure de meilleurs rendements, mais favorise l’établissement d’autres plantes vivaces indigènes (Gagnon, 2009). Les espèces de mauvaises herbes indigènes présentes dans les bleuetières sont des plantes forestières vivaces éricacées, des graminées vivaces et annuelles ainsi que des mauvaises herbes latifoliées vivaces et annuelles. Comparativement aux grandes cultures, la culture du bleuet nain nécessite peu d’herbicides. Cependant, depuis le milieu des années 80, l’utilisation de l’hexazinone a permis d’augmenter la productivité des bleuetières (Gagnon, 2005). L’hexazinone est un herbicide systémique ayant une grande solubilité, un faible potentiel d’adsorption et une persistance élevée dans le sol (Giroux 2008). Les propriétés de cette matière active la rend mobile dans l’environnement et malgré les faibles taux mesurés dans l’eau en bordure des bleuetières, son impact réel sur les écosystèmes demeure incertain (Giroux 2008, Giroux 2010). Pour cette raison, il est primordial de poursuive les recherches afin d’identifier d’autres produits susceptibles de remplacer l’hexazinone ou qui pourrais permettre une utilisation plus restreinte de celui-ci.
La comptonie voyageuse (Comptonia peregrina) est une des mauvaises herbes qui pose le plus problème aux producteurs en bleuetière. Cette myricacée peut former de grandes colonies et se reproduit par rhizomes robustes (Desjardins et al., 2013). Une étude antérieure avait mis en lumière l’effet mitigé du glyphosate en humectation sur quelques espèces dans les bleuetières, dont la comptonie (Gagnon 2009, Guide de production, 2010). Dans le but d’éviter une utilisation inutile ou une surutilisation d’herbicide, il serait pertinent d’identifier à l’aide de mélange non homologué à base de glyphosate, une solution efficace pour la lutte contre la comptonie.
Pour le Volet 1, les résultats de l’étude pour la répression des graminées démontrent que l’action des traitements testés peine à surpasser la croissance normale de celles-ci. Le traitement à l’Eragon affiche cependant un recouvrement en graminées significativement inférieur au témoin pour une des dates testées. Pour les feuilles larges, seul le traitement à l’hexazinone affiche des différences significatives avec le témoin. Les valeurs de phytotoxicité mesurées sont très basses pour tous les traitements. L’application des produits ne semble pas affecter la croissance du bleuetier. D’ordre général, pour le potentiel de rendement et les rendements, plus l’efficacité du produit est bonne, plus le recouvrement en bleuetier est élevé. Aucun des produits testés ne semble afficher une efficacité comparable à l’hexazinone. Toutefois, l’Eragon semble le plus prometteur comme produit alternatif particulièrement pour la répression des graminées.
Pour le Volet 2, les résultats démontrent que les traitements présentent tous une bonne efficacité de répression sur la comptonie. Les meilleurs résultats obtenus sont avec le glyphosate, spécialement avec le mélange contenant de l’engrais 28-0-0. Ainsi, les résultats suggèrent que la répression de la comptonie par le glyphosate est plus grande quand celui-ci
5
est utilisé en mélange avec le 28-0-0, le 2, 4-D et le AIM. Cependant, une baisse de recouvrement du bleuetier peut apparaitre suite à l’application des traitements. L’effet sur le recouvrement en bleuetier est particulièrement visible après 1 an. Toutefois, ces symptômes de phytotoxicité ne semblent pas affecter les rendements. Dans l’optique d’obtenir un meilleur résultat contre la comptonie tout en réduisant l’utilisation d’herbicide, les mélanges précédemment cités peuvent donc représenter une bonne alternative.

Organisation : Club Conseil Bleuet
Auteur(s) : Charles A. D. Bouchard
Date de publication : 01 avril 2020
Infolettre Petits fruits

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.