Ajouté à Mes favoris.

    Chargement en cours

    Mot du pilote

    L’équipe de pilotage du réseau Apiculture s’assure de déposer des documents d’intérêt et pertinents pour le secteur apicole. Cette équipe est composée de Julie Ferland (pilote), médecin vétérinaire, Jocelyn Marceau (co-pilote), ingénieur et Julie Marcoux (co-pilote), technologiste agricole, tous au MAPAQ. N'hésitez pas à communiquer avec l'un deux pour tout commentaire ou suggestions de contenu.

     

    Bonne navigation!

    Liens rapides

    Les choix du pilote

    07 septembre 2017
      Résumé L’Association canadienne des professionnels de l’apiculture (ACPA) a coordonné la production du rapport annuel sur la mortalité de colonies d’abeilles mellifères pendant l’hivernage 2016-2017 au Canada. Comme lors des années précédentes, des questions harmonisées basées sur les profils du secteur apicole national ont été utilisées pour l’enquête. Les responsables provinciaux de l’apiculture de chaque province ont recueilli les données de l’enquête. Les apiculteurs ayant répondu à l’enquête exploitaient 413 342 colonies d’abeilles mellifères disséminées dans tout le Canada. Cela représentait 53,8 % de toutes les colonies exploitées et hivernées au Canada en 2016-2017. Le pourcentage national de pertes hivernales de colonies d’abeilles était de 25,1 %, les pourcentages provinciaux variant de 13,2 à 41,8 %. À l’échelle nationale, les pertes globales déclarées en 2017 se situent à un niveau moyen lorsque comparées aux pertes enregistrées depuis 2006-2007. En dépit de pertes hivernales plus élevées que la normale au cours des dernières années, les apiculteurs ont été en mesure de remplacer leurs colonies mortes et d’en accroître le nombre. Le nombre de colonies d’abeilles est passé de 589 254 en 2007 à 750 155 en 2016, pour une augmentation totale de 27,3 % au cours de cette période au Canada. Les répondants ont rapporté des variations considérables dans l’identification et le classement des quatre principales causes possibles de pertes de colonies à travers le pays. Les causes les plus fréquemment évoquées, par ordre de fréquence, sont les suivantes : mauvaise qualité des reines, mauvaises conditions météorologiques en hiver et au printemps, mesures inefficaces de lutte contre le varroa et faiblesse des colonies à l’automne. Les apiculteurs ont répondu à des questions concernant la gestion de trois maladies graves de l’abeille : le varroa, la nosémose et la loque américaine. Dans la majorité des provinces, la plupart des apiculteurs ont déclaré qu’ils effectuaient ... lire la suite >>