Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche 
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
Format
Type de contenu
Date de début
Date de fin
Régions

La culture biologique en contenants sous serre : une expertise de mieux en mieux développée au Québec

Le maraîchage biologique en serre dans des contenants a-t-il plus d’avantages que la culture en plein sol?  En fait, tout dépend des contraintes et objectifs de l’entreprise. La culture en contenants peut bien convenir sur un site où la qualité du sol est insuffisante. On y maîtrise relativement mieux la composition du milieu de culture préparé, et celui-ci peut être changé ou désinfecté en cas d’infestation. La collecte des effluents est facile, ce qui peut offrir un avantage pour les mesures de niveaux de nutriments ou pour éviter des pertes dans l’environnement. Toutefois, le coût d’investissement est plus élevé que celui d’une serre en plein sol. De plus, le suivi de la fertilité et de l’activité biologique du sol demande une attention particulière. 

Il est avantageux de construire soi-même les bacs de culture, bien que différents systèmes de contenants existent sur le marché. Ces bacs peuvent être des linéaires, formés d’un support de piquets et de fils d’acier soutenant la membrane contenant le terreau; ou encore, une structure de bois supportant un film plastique. 

La qualité du milieu de culture est primordiale en culture biologique en bacs. Celui-ci doit respecter les exigences de la norme canadienne (CAN/CGSB-32.310-2020), être propice à l’activité biologique des microorganismes et durable. On y intègre de plus des vers à compost de deux espèces : Eisenia foetida (ver à fumier) et Eisenia andrei (ver rouge de Californie). Un seul apport de 2 à 4 vers/m2 est nécessaire. Les vers à compost ont pour rôle d’aider à transformer la matière organique non décomposée en éléments nutritifs assimilables pour les végétaux.

La fertilisation en serriculture biologique en contenant suit elle aussi des principes bien particuliers. Elle combine l’apport indispensable de compost, ainsi que d’autres fertilisants solides, à l’application de fertilisants liquides, qui viendront apporter un complément. Le calendrier de fertilisation tiendra compte de la vitesse de minéralisation des engrais solides, qui varie selon leur nature. Un outil en ligne a été développé par des chercheurs afin de faciliter sa planification. Des analyses préalables (eau d’arrosage, compost et engrais), puis durant la saison de culture (comme la conductivité électrique) permettront d’avoir des points de repère sur la disponibilité des éléments nutritifs et sur la présence de carence ou d’excès de certains éléments.  Il faut savoir que la conduite de ce type de culture se fait de façon différente de la culture conventionnelle en sacs de culture, ou de la culture hydroponique, en particulier pour la gestion d’irrigation. 

Des recherches et essais, effectués dans les douze dernières années par des Grappes scientifiques d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, en partenariat avec l’Université Laval et des entreprises québécoises, ont permis de perfectionner les méthodes de culture biologique en contenants sous serre, et d’en améliorer la rentabilité et la durabilité. Dans un contexte où l’intérêt des consommateurs pour les produits biologiques et locaux est à la hausse, la production en contenants sous serre d’ici peut se tailler une place grandissante pour répondre à la demande. Les producteurs et productrices qui souhaitent se lancer sur cette voie disposent maintenant d’une bonne somme de connaissances développées en contexte québécois.
 
serre en phase de production

Serre en pahse de production

Photos : Gilles Turcotte

détail d’un bac linéaire construit avec une membrane soutenue par des piquets et fils métalliques

Détails d'un bac construit avec une membrane soutenue par des piquets et des fils métaliques

Photos : Gilles Turcotte



Pour en savoir plus, une nouvelle fiche synthèse présente les équipements et techniques pour des serres de moins de 2000 m2 : Turcotte, G. 2023. Culture maraîchère biologique en contenants sous serre. Fiche synthèse. 30 p. CRAAQ. www.craaq.qc.ca .
Norme canadienne : CAN/CGSB-32.310 (mars 2021). Systèmes de production biologique – Principes généraux et normes de gestion. https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/ongc-cgsb/programme-program/normes-standards/internet/032-310/032-310-fra.html 

Ce texte a été publié originalement dans le magazine les Primeurs maraîchères en mai 2023.

Lire le billet précédent                                                                                               
Commentaires (0)
Me connecter

Organisation : Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ)
Date de publication : 18 décembre 2023

En cliquant sur « Accepter tous les cookies », vous acceptez le stockage de ces témoins de connexion sur votre appareil. Ceux-ci permettent au CRAAQ de générer des statistiques et d'améliorer votre expérience utilisateur. Vous pourrez les désactiver en tout temps dans votre fureteur Web.

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.