Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Le cas des fongicides foliaires en grandes cultures

Le 11 février dernier, j’offrais une présentation à la journée INPACQ en grandes cultures à Drummondville. Il s’agissait d’une présentation sur les analyses économiques que l’on a effectuées récemment à l’IRDA sur différentes pratiques, mais particulièrement au sujet des engrais verts et des fongicides foliaires. À mon départ de Québec au matin, les conditions routières qui s’annonçaient devaient me commander la prudence. Les résultats que j’allais présenter plus tard en journée devaient m’en commander tout autant. Pourquoi ? Parce que j’allais y affirmer que l’utilisation des fongicides foliaires en grandes cultures présente que peu de perspectives de rentabilité. Le genre de conclusions qu’on ne peut pas lancer à la légère car elles peuvent bousculer certaines idées établies.
 
L’analyse économique que nous avons réalisée sur le sujet à l’IRDA utilisait les résultats agronomiques des essais menés par Sylvie Rioux1 et Gilles Tremblay du centre de recherche sur les grains CÉROM. Dans le maïs-grain et le soya, la technique de la budgétisation partielle a été utilisée pour mesurer la rentabilité. Dans le maïs-grain, seulement trois des 13 traitements comparés procuraient un solde du budget partiel supérieur à 0 $/ha. Dans le soya, la rentabilité des fongicides foliaires est encore moins convaincante car là aussi seulement trois traitements ont offert un solde positif mais cette fois-ci, sur un total de 32 traitements comparés. L’analyse a permis de calculer les seuils de rentabilité de l’utilisation des fongicides foliaires dans les deux cultures. Dans le maïs-grain, alors que les résultats agronomiques montraient qu’en moyenne les rendements étaient supérieurs de 1,4 % lorsque des fongicides étaient appliqués, il fut établi qu’il faudrait plutôt des rendements de 2,7 % supérieurs pour rentabiliser ces applications. À nouveau, l’utilisation des fongicides dans le soya est encore plus difficile à rentabiliser puisqu’un rendement moyen plus élevé de 3,5 % est nécessaire, alors que le gain moyen est en réalité de 0,6 %.
 
Pourquoi les producteurs de grandes cultures utiliseraient donc des fongicides foliaires si les perspectives de rentabilité ne sont pas au rendez-vous ? Mauvaise décision de leur part ? Non, pas nécessairement. Dans la littérature en économie agricole, les pesticides sont traités comme un intrant de production qui n’augmente pas le potentiel de rendement mais qui protège ce potentiel. Bien théorique tout ça me direz-vous. D’accord, mais l’impact concret est que les pesticides deviennent alors un outil de gestion du risque et leur niveau d’utilisation dépend beaucoup de la tolérance au risque de chaque producteur. Comme on sait que les agriculteurs comptent parmi les chefs d’entreprises ayant à gérer le plus de risques d’affaire (climat, marché, etc.), on peut donc expliquer par ce facteur l’utilisation de pesticides à des niveaux qui ne sont pas optimaux. Par ailleurs, certains producteurs affirmeront qu’ils observent des rendements plus élevés de leurs cultures lorsqu’ils appliquent des fongicides foliaires. Soit, mais la réelle question à se poser est plutôt : « Est-ce que le gain de rendement a suffi pour couvrir le coût du pesticide et de son application ? »

1. Évaluation de fongicides dans les cultures de céréale à paille en stations expérimentales, Sylvie Rioux, CÉROM
 
Commentaires (3)
Me connecter
Gérald Villeneuve Gérald Villeneuve 14 mars 2016 13:42

Même si le gain serait rentable, je crois qu'il y a de nombreux effets à long terme qui sont difficilement quantifiable. Les fongicides peuvent détruire des mauvais et des BONS CHAMPIGNONS tel que les champignons qui s'attaque aux ravageurs des cultures (entomopathogène), les champignon qui digèrent les résidus de culture et qui a leurs tour nourrissent les vers de terre lesquels ont un grand impact positif sur la structure du sol et tout ce qui va avec (santé des plantes et donc le rendement à la fin).

Répondre
Guillaume Breton Guillaume Breton 13 juillet 2016 13:44

J'ai trouvé des mentions sur le sujet pour les mycorhizes dans le livre "Les Mycorhizes - L'essor de la nouvelle révolution verte". Pour références : http://www.craaq.qc.ca/Publications-du-CRAAQ/les-mycorhizes-l_essor-de-la-nouvelle-revolution-verte/p/PAUT0159 Page 109 : "Les fongicides utilisés en enrobage des semences s'avèrent plus néfastes pour les champignons mycorhiziens que ceux appliqués en pulvérisation, lorsque la mycorhization est déjà développée. Leur toxicité dépend de la molécule utilisée, de la dose et de la date du traitement. Cependant, certains d'entre eux, tels les fosétyl-Al, métalaxyl, promocarb, préservent et parfois stimulent la mycorhization. Page 112 : Les pesticides, fongicides et agents de désinfection du sol s'avèrent également défavorables aux champignons mycorhiziens. Mais contrairement au phosphore, l'action est directe et souvent aboutit à une élimination totale.

Guillaume Breton Guillaume Breton 04 avril 2016 13:50

Monsieur Villeneuve, votre remarque est très intéressante. L'expertise de Luc Belzile se situe plus au niveau économique, mais est-ce qu'il y a des utilisateurs du site qui savent s'il y a déjà eu des études sur les effets des fongicides sur les champignons bénéfiques des écosystèmes agricoles? Est-ce que vous avez des références à partager à ce sujet?



Organisation : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)
Date de publication : 03 mars 2016

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.