Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Production hors-quota : Il faut cesser de mettre tous les œufs dans le même panier

Les régulations entourant la production et la commercialisation des œufs de consommation nuisent aux petits producteurs qui voudraient diversifier leurs opérations en faisant l’élevage de poules pondeuses. Premièrement, il faut savoir que les œufs de poules font partie des productions régies par le système de gestion de l’offre; il est donc interdit de posséder plus de 99 pondeuses sans avoir fait l’acquisition de quotas, au coût d’environ 245$ par poule (FPOQ, 2017a). Bien que cela soit certainement une opportunité d’affaire, le nombre de poules autorisées hors-quotas est trop bas pour représenter une véritable source de revenu. Dans des conditions optimales, 99 poules pondent 56 douzaines d’œufs par semaine, ce qui est largement insuffisant pour satisfaire la demande pour plusieurs producteurs, notamment les fermiers de famille qui commercialisent leurs produits à travers les paniers bios. Évidemment, encadrer le nombre de poules sans quota est nécessaire pour éviter la compétition injuste. Deux arguments suggèrent que 99 est trop peu. Pour commencer, l’industrie des œufs au Québec est concentrée ; 25% des entreprises possèdent 60% des quotas, avec un nombre moyen de pondeuses par entreprise de 38 000 oiseaux (FPOQ, 2016a). Sachant cela, il est difficile d’imaginer qu’un producteur qui en possède 99, ou 200 ou 300 comme dans d’autres provinces (UP, 2016), ne constitue une réelle menace. Ensuite, les œufs fermiers sont un produit de niche, qui diffère suffisamment des œufs conventionnels pour être considéré à part. Une douzaine d’œufs fermiers peut se vendre 7$, alors qu’on peut se procurer l’équivalent en provenance de fermes industrielles pour moins de 3$ (FPOQ, 2016). La compétition entre les deux serait donc indirecte.

Deuxièmement, les normes de production des œufs, qui sont encadrées par la Fédération des producteurs d’œufs du Québec, s’adressent à la production industrielle. Il est donc difficile, voire physiquement impossible et financièrement insensé pour les producteurs artisanaux de s’y conformer. En effet, les œufs produits et vendus au Québec doivent être calibrés, mirés, et lavés, dans un des 16 postes de classement accrédités (RMAAQ, 2016). Cela constitue une barrière importante au marché pour les petits producteurs. À ce stade les œufs sont tous mélangés, impossible donc pour un producteur en particulier de faire la promotion de ses œufs ou pour un consommateur d’acheter les œufs d’un producteur en particulier. La seule exception est la vente directe à l’intérieur des limites physiques de la ferme. L’argument est le suivant : la vente directe constitue un contrat entre le fermier et le client, qui prend consciemment le risque de consommer un œuf qui n’a pas été lavé, miré, ni calibré. Ce type de mise en marché limite les possibilités de commercialisation pour les œufs fermiers, notamment la vente aux institutions, restaurateurs, épiceries et pour la revente.

Cet enjeu préoccupe de plus en plus les producteurs qui aimeraient se lancer dans la production artisanale d’œufs et a récemment attiré l’attention des médias (Lortie, M-C, 2016 ; Giguère, M, 2015). En réponse, la Fédération des producteurs d’œufs du Québec, en association avec différents acteurs du milieu, a lancé deux projets pilotes. Depuis 2016, 5 fermes par an peuvent avoir 500 poules sans quota (FPOQ, 2017b). Parallèlement, 50 producteurs possédant moins de 99 poules ont été autorisés à vendre leurs œufs fermiers en circuit court (FPOQ, 2016b), soit dans les marchés publics et aux points de distribution de leur paniers bio. Ces changements dénotent une ouverture d’esprit de la part de l’industrie, ainsi que l’intérêt renouvelé pour la production artisanale, la vente en circuit court, l’agriculture locale et le bien-être animal. On ne peut qu’espérer que les changements continueront dans ce sens afin de répondre à la demande grandissante et à l’impatience des producteurs. En effet, le programme d’aide au démarrage des nouveaux producteurs qui a débuté en 2006 et qui octroie maintenant 6000 quotas de production (MAPAQ, 2014) à un nouveau producteur par année, reçoit une trentaine de demandes par année (Gosselin, E. 2009).


Références :

[FPOQ] Fédération des producteurs d'œufs du Qébec. (2016a). 15-16 Rapport annuel, gérer la croissance, Disponible à :http://oeuf.ca/wp-content/uploads/2015/04/rapport-annuel-fpoq-2015-2016.pdf

[FPOQ] Fédération des producteurs d’œufs du Québec. (2016b) . Projet pilote visant la vente directe d’œufs non classés en circuit court

[FPOQ] Fédération des producteurs d'oeufs du Québec. (2017a). Système centralisé de vente de quota. Disponible à: http://oeuf.ca/zone-producteurs/systeme-centralise-de-vente-de-quota-scvq/

[FPOQ] Fédération des producteurs d’œufs du Québec. (2017b). Programme d’aide au démarrage de producteurs d’œufs dédiés à la vente directe : un opportunité à votre portée! Disponible à :http://oeuf.ca/wp-content/uploads/2016/12/depliant-2017-programme-vente-directe.pdf

Giguère, M. (2015, 2 février). Les fermiers de famille demandent plus de poules hors quotas. La terre de chez nous. Disponible à http://www.laterre.ca/actualites/alimentation/fermier-de-famille-demande-plus-de-poules-hors-quotas.php

Gosselin, E. (2009). Un quota de 500 poules? small is beautiful! Le coopérateur. Disponible à: http://www.lacoop.coop/cooperateur/articles/2009/10/p33.asp

Lortie, M-C. (2016, 6 octobre). Chronique : comment tuer l’entreupreunariat dans l’œuf en sept points. La presse plus. Disponible à : http://plus.lapresse.ca/screens/ee3306fb-cf4b-470e-94b1-81aa90478868%7C_0.html

[MAPAQ] Ministère de l'agriculture, des pêcheries et de l'alimentation du québec. (2014). L'aide accordée passe à 6000 poules! Disponible à: http://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Regions/chaudiereappalaches/journalvisionagricole/avril2014/Pages/Aidepoule.aspx

[RMAAQ] Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. (2016). Liste de permis d’exploitation d’un poste de classification d’œufs de consommation 2016-2017. Disponible à : http://www.rmaaq.gouv.qc.ca/index.php?id=1245

[UP] Union Paysanne. (2016). Une alliance pour augmenter la production hors-quota. Disponible à : https://unionpaysanne.com/wp-content/uploads/2016/05/hors-quota.pdf

Commentaires (0)
Me connecter

Organisation : Université McGill
Date de publication : 03 avril 2017

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.