Ajouté à Mes favoris.

    Chargement en cours

    Cultiver des tomates sous abri, ça coûte combien ?




    Il y a un engouement indéniable pour la production de tomates au Québec, mais la tomate de serre domine le marché et représente plus de 70 % de la production de la province. La tomate de champ reste marginale chez nous comparativement à nos voisins ontariens qui l’emportent sur le marché canadien avec une part de production de plus de 90 %. Toutefois, cette culture est en croissance au Québec et il est facilement envisageable de produire des tomates de champs sous abri.

    Un avantage commun aux cultures abritées est de pouvoir accéder aux marchés des primeurs où il est généralement possible d’obtenir un prix plus élevé. Le prix des tomates biologiques fraîches variant de 2 à 6 $/kg au cours d’une saison de production, c’est selon le marché visé que vous pourrez évaluer si cela vaut le coût de faire le saut vers la culture abritée!

    Qui plus est, un budget pour la culture de tomates biologiques en plasticulture sous abri a été présenté dans la collection des Références économiques du CRAAQ. Ce document de référence s’avère fort utile pour évaluer les revenus potentiels ou pour comparer les performances économiques d’une entreprise. Des éléments technicoéconomiques sont mis de l’avant pour trois types d’abris, soit les tunnels 2 saisons (tunnel chenille ou tunnel froid), le grand tunnel et la serre froide non chauffée qui permet de cultiver pendant trois saisons. Évidemment, le choix de l’abri sera guidé par les liquidités de l’entrepreneur, le type de commercialisation et la disponibilité de la main-d’œuvre.





    D’emblée, la marge sur coût variable des serres froides est attirante : 57,31 $/m2 comparativement à 41,36 $/m2 pour les tomates produites sous grand tunnel et 29,75 $/m2 pour une production sous tunnel 2 saisons. La serre froide permet de générer de plus grands revenus par unité de surface en raison de la possibilité de cultiver uniquement des variétés de tomates de types indéterminées et d’avoir une densité de plants plus élevée. Si les revenus probables sont supérieurs pour la serre froide, les coûts associés à la maind’œuvre sont plus élevés et se chiffrent à environ 10 500 h/ha comparativement à presque 6 900 h/ha pour le grand tunnel. Pourquoi ? Densité de plants plus élevée, technique de tuteurage plus accaparante et, surtout, les possibilités réduites de mécaniser certaines opérations culturales. En contrepartie, cette absence de mécanisation réduit la portion des investissements reliée à la machinerie et aux équipements pour la serre froide. Au chapitre des investissements, les prix varient d’un bâtiment à l’autre, allant de 3 700 $ pour le tunnel 2 saisons, en passant par 5 400 $ pour le grand tunnel et 11 700 $ pour la serre froide pour des superficies de culture d’environ 280 m2 .

    Les informations de texte proviennent du budget d'exploitation Tomates biologiques sous abri, AGDEX 257.19/821a disponible au catalogue du CRAAQ. Ce budget présente les résultats probables d'un modèle d'entreprise obtenant une bonne efficacité technique et économique de production. L'utilisateur doit l'adapter à chaque situation. 


    Ce texte a été publié initialement dans Primeurs Maraîchères en Mai 2018. 


     
    Commentaires (0)
    Me connecter

    Organisation : Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ)
    Date de publication : 22 août 2018

    Annonces