Chargement en cours

    Guide à l'intention des propriétaires subissant des dommages causés par le Cerf de Virginie

     Télécharger le document original
      Il y a 25 ans, la population de cerfs de Virginie (communément appelés chevreuils) était relativement faible. Au fil des ans, cette population animale s’est considérablement accrue. Les efforts d’aménagement, de gestion et de conservation, associés à des hivers moins rigoureux, particulièrement de 1989 à 1996, ont contribué à augmenter la population. / Lors des consultations publiques préparatoires à l’élaboration du plan de gestion du cerf de 1995, les participants ont suggéré que l’objectif de population soit établi à 10 cerfs par km2 d’habitat dans les zones 5 et 6. Cet objectif a été atteint et même dépassé dans ces zones. Ce dépassement, jusqu’au niveau actuel, entraîne une augmentation des dommages causés par les cervidés aux activités agricoles et forestières de la région (culture de pommes, de vigne, de framboises, de fraises, de luzerne, de maïs, de trèfle, d’arbres de Noël, de feuillus, etc.). De tels problèmes de broutage excessif s’étendent même jusqu’à l’horticulture ornementale. La densité élevée de cerfs entraîne également une hausse des accidents routiers impliquant des collisions avec ces animaux.

    Auteur(s) : Luc Fontaine, MAPAQ, Florent Lemieux, MRN, André Pettigrew, MAPAQ
    Date de publication : 25 janvier 2008

    Annonces