Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Solanacées, Avertissement No 11, 4 août 2022

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Solanacées
Mildiou : pas de cas dans la tomate. Premier cas de P. capsici rapporté dans la tomate. Maladies fongiques en abris froids à surveiller. Tétranyques à surveiller. Premiers sphinx de la tomate. Augmentation de la pourriture apicale due aux chaleurs et aux précipitations irrégulières. 
 
 
Voici les liens d'Agrométéo Québec pour cette semaine : 
 

TOMATE 
 
Mildiou (Phytophthora infestans
Il n’y a aucun signalement dans la tomate depuis le cas observé dans la pomme de terre la semaine dernière. Toutefois, il est important de dépister fréquemment les champs pour déceler les premières taches rapidement et appliquer les mesures nécessaires

Aucun nouveau cas n'a été signalé en Ontario ni aux États-Unis. 
 
Phytophthora capsici 
Un premier cas a été répertorié en Montérégie dans un champ avec un historique de la maladie. Consultez l’avertissement Nº 9 pour bien identifier les symptômes et éviter de les confondre avec ceux causés par le mildiou. 

Autres maladies fongiques 

Alternariose
Présente dans l'ensemble de la province, la maladie est stable. 

Septoriose
Les premiers cas sont détectés dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches.  
 
Image Agri-Réseau

Tache septorienne sur le dessus de la feuille (tomate). On peut voir les picnydes noires, caractéristiques de cette maladie, au centre de certaines taches
Photo : Nadia Surdek, agr. (Groupe PleineTerre inc.) 

Image Agri-Réseau

Tache septorienne sous la feuille (tomate) 

Photo : Nadia Surdek, agr. (Groupe PleineTerre inc.) 


Sclérotiniose
Certains collaborateurs mentionnent toujours la présence de la pourriture sclérotique. Elle est particulièrement à surveiller sur les sites avec un historique de la maladie. Les premiers symptômes sont un flétrissement des plants suivi d'un brunissement des tiges. Ensuite, un mycélium cotonneux et blanc combiné à la présence de sclérotes noirs dans le fruit ou la tige permettent de bien identifier la maladie. 
 
Image Agri-Réseau

Sclérotes dans une tige de tomate

Photo: Karine Fortier-Brunelle, agr. (MAPAQ) 

Image Agri-Réseau

Mycélium blanc et cotonneux sur une tige de tomate

Photo: LEDP (MAPAQ)



Il est important de savoir que la pourriture sclérotique touche plusieurs cultures, dont les cucurbitacées, les crucifères, les apiacées, les solanacées (poivron, pomme de terre, tomate), le haricot, la laitue, le pois, le soya et le tournesol. Puisque les sclérotes peuvent survivre de 3 à 10 ans dans le sol, le meilleur contrôle de cette maladie est la mise en place de techniques de lutte préventives dans le cadre d’une régie de lutte intégrée.

Sur les petites surfaces : pour limiter la propagation de la maladie, il est possible d'arracher les plants et d'en disposer en les mettant dans un sac pour les sortir du champ. 

Moisissure grise
Présente en abris froids et en champs dans la Capitale-Nationale, en Montérégie, en Outaouais et dans Chaudière-Appalaches, la moisissure grise progresse lentement sur les feuilles et les fruits. Les fongicides préventifs utilisés contre les autres maladies limitent sa progression.  

Blanc
En abris froids, les variations et températures d’humidité sont favorables à l’apparition du blanc. Comme les nuits commencent à se rafraîchir, le développement de la maladie risque d’être favorisé. C’est un champignon plus fréquemment observé sous abris qu’en plein champ. Les premiers cas de blancs ont été signalés en champs dans Lanaudière, en Montérégie et dans les Laurentides, mais la pression demeure faible.  

Moisissure olive
La maladie, spécifique à la tomate, est en progression dans les abris froids de l’Estrie, de la Montérégie et de l’Outaouais. Il existe des cultivars résistants. 
 
Maladies bactériennes 

 

Chancre bactérien et moucheture bactérienne sont présents dans toutes les régions. Les symptômes y sont observés sur les feuilles et les fruits à des degrés de pression variables.  
 
Insectes et acariens 
 
Punaises 
Les punaises demeurent actives dans la province. Peu de dommages sur les fruits sont rapportés. Un dépistage régulier demeure nécessaire.  
 
Pucerons et tétranyques 
La pression varie selon les fermes. Un dépistage régulier demeure nécessaire avec les températures chaudes à venir, particulièrement pour les tétranyques. 

Sphinx de la tomate 
Les premières chenilles ont fait leur apparition dans le sud de la province, en Outaouais, Montérégie et Estrie. Les collaborateurs rapportent leur présence en tunnels et en champs.  
 
Image Agri-Réseau

Sphinx de la tomate

Photo: Julien Venne, agr. (MAPAQ Outaouais) 


 
POIVRON
 
Maladies fongiques

Anthracnose 
Les premières lésions sont observées dans le sud de la province sur des fruits en mûrissement.  

Pourriture sclérotique
Des cas sont toujours rapportés, mais peu de plants sont atteints. Référez-vous à la section Tomate pour plus d’information sur les symptômes.  

Phytophthora capsici
La maladie est stable, il n'y a pas pas de nouveaux cas rapportés.

Maladies bactériennes 

Pourriture molle bactérienne (Pectobacterium carotovorum, syn. Erwinia carotovora
À la suite des chaleurs de la semaine dernière, la pourriture molle est signalée par des collaborateurs dans les régions de Lanaudière, de la Montérégie et du Centre-du-Québec. 

La tache bactérienne est présente, mais demeure stable.

Insectes 

Punaises
Les punaises demeurent actives dans la province. Peu de dommages sur les fruits sont rapportés. Un dépistage régulier demeure nécessaire. 

Pucerons 
La pression demeure faible. Puisque certains collaborateurs remarquent une légère croissance des populations, les dépistages réguliers demeurent importants. Les ennemis naturels peuvent suffire à bien contrôler les populations. En période de récolte et lorsque les plants sont fournis, les pucerons affectent moins le développement des plants, mais l’évolution de colonies produisant du miellat est à éviter par crainte de voir apparaître de la fumagine. 
 
Dans le réseau poivron, aucune capture n’a été effectuée depuis le début de la saison.  
Dans le réseau maïs,  1 ou 2 papillons ont été capturés sur 5 sites dans la Capitale-Nationale, à l’île-d’Orléans et au Bas-St-Laurent. 
 
 
AUBERGINE 
 
Maladies 
 
La verticilliose est toujours rapportée dans plusieurs régions, la maladie semble peu progresser. Les sites ayant un historique de la maladie sont à surveiller.  
 
L’alternariose est très peu présente et limitée aux vieilles feuilles. 

Insectes et acarien 
 
Doryphore de la pomme de terre
Les collaborateurs rapportent la présence de doryphores à tous les stades. Un dépistage régulier est fortement suggéré.  
 
Tétranyque
Présent dans toutes les régions, il est à surveiller lors des périodes de chaleur puisque les populations peuvent croître rapidement.  
 
Punaise terne, cicadelle, puceron, altise et scarabée japonais 
Ces insectes sont présents, mais leur activité varie grandement d’une ferme à l’autre. Il est important de continuer le dépistage. 
 
 
CERISE DE TERRE
 
Maladies 
 
Charbon foliairealternariose, cercosporose, tache septorienne, sclérotiniose 
Ces pathogènes sont présents, leur pression varie entre les sites. 

Tétranyques
Rapportés en Montérégie. Comme mentionné plus haut, lors de temps chaud et sec, les populations de tétranyques croissent rapidement et sont à surveiller. 
 
 
Pour plus d’information concernant les seuils d’intervention dans les principales cultures maraîchères du Québec, vous pouvez consulter gratuitement le recueil des seuils d’intervention.  
 
Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.
 
Cet avertissement a été rédigé par Riva Khanna, agr. (MAPAQ) et Karine Fortier-Brunelle, agr. (MAPAQ), avec la collaboration de Nadia Surdek, agr. (Groupe PleineTerre inc.). Il a été révisé par . Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseures du réseau Solanacées ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. 
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Solanacées
Date de publication : 04 août 2022

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.