Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Qu'en est-il de produire du sirop d'érable à partir d'une plantation d'érable dont la reproduction fut sélective?

 Télécharger le document original
Ce document a été présenté avec la collaboration du  MAPAQ et ses partenares lors des Journées acéricole 2019 sous le thème "Comment s'assurer d'une meilleure production?".

Mes deux grands-pères, ainsi que mon père possédaient chacun une érablière. J’ai donc été initié très jeune au métier de sucrier et tout au long de ma vie, j’ai vu évoluer les techniques de cueillette et du traitement de l’eau d’érable. Lorsqu’en 1983, je prends possession de l’érablière de mon père, située à Saints-Anges de Beauce, le dépérissement des érablières au Québec est pratiquement à son paroxysme.

En effet, dans mon exploitation, plus de 30 % des sujets sont gravement affectés. À cette époque, je travaille en recherche et développement au ministère de l’Environnement. Dans le cadre de mes fonctions, je collabore directement à l’établissement d’un réseau de collecte des précipitations à la grandeur du Québec et au développement de nouvelles méthodologies pour l’analyse des pluies acides. De plus, je fournis un apport technique important au ministère des Ressources Naturelles pour leurs programmes de recherche sur le dépérissement des érablières.

Ce document comporte un texte complémentaire : L'Homme qui plantait des érables : les résultats d'une expérience.

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : Marcel Faucher, acériculteur
Date de publication : 08 janvier 2019

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.