Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
1063 documents disponibles
/lab/Photos/Noctua pronuba_actualité.jpg
07 mars 2012
Durant les dernières années, Noctua pronuba (L.) (Lepidoptera : Noctuidae), un papillon nocturne connu sous le nom de « la fiancée », semble bien s’être établi au Québec. Capturée pour la première fois en Amérique du Nord en 1979, cette espèce polyphage se retrouve maintenant dans plusieurs cultures sur l’ensemble du continent nord-américain. Elle est d’ailleurs considérée comme un ravageur sérieux et est surveillée de près par nos voisins du Sud. Voici une fiche qui fournit des informations sur son identification, sa biologie ainsi que ses dommages (voir le document ci-joint, 766 ko). Lire la suite
/horticulture-serre/photos/University of Florida flétrissement 2 ACTUALITÉ.jpg
12 décembre 2008
La différence entre les symptômes causés par la bactérie Xanthomonas hortorum pelargonii et Ralstonia solanacearum est très subtile. Afin de les différencier et d’éviter de les confondre avec d’autres maladies, des tests de laboratoire sont très utiles et évitent de mauvais diagnostics. Ce texte se veut un regroupement de plusieurs symptômes des bactéries Xanthomonas hortorum pelargonii et Ralstonia solanacearum (voir le document ci-joint 922 ko). Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 8, 22 juillet 2021
22 juillet 2021
Réseau des serres sentinelles : synthèse des observations des deux dernières semaines et évolution par rapport à la semaine 26. Principaux ravageurs observés : puceron vert du pêcher, puceron du melon, punaise terne, teigne du poireau, thrips, tétranyque à deux points. Principales maladies observées : alternariose, blanc, moisissure grise et cladosporiose. Nouvelles observations de la stemphyliose dans la tomate et de la tache plectosporienne dans le concombre.     RÉSEAU DES SERRES SENTINELLES Synthèse des observations Le nombre de sites observés varie selon les cultures : tomate (20 sites), concombre (24 sites), poivrons (13 sites) et aubergine (7 sites), céleri (3 sites), cucurbitacées (2 sites), échalotte (2 sites), haricot (2 sites), laitue (1 site). Rappelons que le niveau de pression est déterminé grâce aux évaluations des conseillers, qui établissent un niveau d’infestation par plant ainsi que la répartition dans la serre. Les faits saillants des deux dernières semaines Tomate Faible présence de thrips et de tétranyques, avec des populations qui semblent bien contrôlées. Le blanc (oïdium) est en augmentation. On note la présence d’alternariose (syn. tache alternarienne) et de gale (syn. cladosporiose) dans plusieurs sites. Une nouvelle maladie, la stemphyliose, a été détectée dans deux serres. Concombre Le puceron du melon fait son apparition dans deux serres avec des populations moyennes à élevées. La population de thrips et de tétranyques est stable avec un niveau de pression moyen à élevé dans quatre sites. Des cas de chrysomèle rayée, de flétrissement bactérien, de punaise de la courge et de punaise terne ont été signalés dans quelques serres. Un cas de défoliation par les criquets est rapporté. La tache concentrique (syn. corynesporiose) et la tache plectosporienne (Plectosphaerella sp.) ont été détectées pour la première fois dans le concombre de serre, cet été. Poivron Le puceron Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 6, 30 juin 2021
30 juin 2021
Réseau des serres sentinelles : sommaire des observations de la dernière semaine et tendance par rapport à la semaine 24. Principaux ravageurs et maladies observés : puceron vert du pêcher et puceron rose du tabac, thrips, chrysomèle rayée du concombre, punaise Microtechnites bractatus, flétrissement bactérien, alternariose et chancre gommeux sur tige. RÉSEAU DES SERRES SENTINELLES Sommaire des observations Le nombre de sites observés varie selon les cultures : tomate (8 sites), concombre (10 sites), poivrons (5 sites), aubergine (6 sites) et haricot (2 sites). Rappelons que le niveau de pression est déterminé grâce aux évaluations des conseillers, qui établissent un niveau d’infestation par plant ainsi que la répartition dans la serre. Voici les principaux faits saillants de la dernière semaine : Tomate Faible présence de thrips dans un des sites observés, avec une population stable et sous contrôle. Des cas de blanc (syn. oïdium) et de Botrytis ont été signalés avec niveau de pression faible. Le niveau de pression demeure moyen pour la moisissure olive et l’alternariose (syn. brûlure alternarienne). Concombre Le niveau de pression exercé par les thrips demeure élevé dans plusieurs sites, et la tendance demeure à la hausse (60 % des sites observés). La population de chrysomèles rayées du concombre demeure stable avec un niveau de pression faible. Plusieurs cas de flétrissement bactérien ont été rapportés dans les mêmes sites où l'on rapporte la présence de chrysomèles rayées. Quelques sites avec présence d’alternariose ont été signalés (pression moyenne, mais la tendance est à la hausse). On rapporte une première observation de chancre gommeux sur tige (Didymella bryoniae) dans un site, et de potyvirus dans un autre. Davantage de cas d’alternariose ont aussi été observés. Présence faible et stable du blanc dans un site seulement. Poivron  Le niveau de pression du puceron rose du tabac est élevé sur un (1) site, avec une Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 8, 28 avril 2021
28 avril 2021
Blanc affectant les calibrachoas. Préparation des plantes annuelles pour la vente. Surveillance des arrivages de plantes matures pour la revente.   BLANC AFFECTANT LES CALIBRACHOAS Nos collaborateurs rapportent plusieurs cas de blanc observés sur des plants de calibrachoas, particulièrement de variétés rouges et orangées. Le premier symptôme sur les feuilles, soit la poudre blanche, typique du blanc, est parfois difficile à repérer. Les plants dépérissent à l’intérieur du feuillage, par exemple, au centre d’un panier suspendu. Les feuilles du bas jaunissent, se dessèchent, brunissent et tombent.   Différentes espèces de blanc peuvent affecter les calibrachoas. Toutefois, lorsque l’agent causal est Podosphaera xanthii, il peut aussi contaminer Verbena et les cucurbitacées, comme les melons, les courges et les concombres. La vigilance est de mise. Afin de bien réussir les traitements fongicides, il est important de bien couvrir tout le feuillage des plants. À cet effet, les paniers suspendus en hauteur dans les serres peuvent représenter un défi.   Fiche technique : Blanc   Blanc sur Calibrachoa en début d'infection Photo : IQDHO Blanc sur Calibrachoa : dépérissement Photo : IQDHO     PRÉPARATION DES PLANTES ANNUELLES POUR LA VENTE La période des livraisons débute, et bientôt les consommateurs choisiront leurs végétaux dans les jardineries. Il est important de maintenir la qualité des plantes. Diminuer les apports en eau et garder les plantes au sec en fin de journée pour prévenir la moisissure grise (Botrytis cinerea). Porter une attention au nettoyage des fleurs sénescentes pour éviter qu’elles ne se couvrent de Botrytis. Une humidité relative basse dans la serre contribue à maintenir les plants exempts de maladies foliaires. Il pourrait être nécessaire de freiner la croissance des plantes. Irriguer au minimum aide à y parvenir. Aussi, maintenir les températures des serres plus basses contribue à limiter l’élongation des Lire la suite
Collection Fiches techniques en serre : Concombres, Courgettes (zucchinis), Épinards, Haricots, Laitues (PDF)
27 avril 2021
        Vous avez le goût de produire des légumes en serre à l’automne? Voici cinq fiches techniques qui vous expliquent comment produire sur une courte période - soit de juillet à décembre -  des concombres anglais, américain et libanais, des courgettes (appelés aussi zucchinis), des épinards, des haricots jaunes, verts et fins ainsi que des laitues dans des serres chauffées sans éclairage. Cette collection comprend également la fiche sur les circuits courts et les marchés de proximité, gracieuseté des Producteurs en serre du Québec. Chaque fiche présente : les généralités de la culture;  les choix de variétés; le calendrier de production; la conduite (semis et plantation, entretien et besoin de la culture : température, humidité, aération, lumière, pollinisation, fertilisation, irrigation);  les principaux ravageurs et les méthodes de lutte;  la récolte, l’emballage et la conservation;  et les équipements utiles pour la production de la culture ciblée. Les fiches sont rédigées de façon succincte afin de rendre rapidement accessible l’information technique pour chaque culture. Un conseiller serricole pourra vous aider pour plus de précision.  Une initiative du Comité cultures en serre du CRAAQ.   Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 2, 10 mars 2021
10 mars 2021
Présence de tétranyques à deux points sur quelques espèces livrées récemment. Plusieurs ravageurs dépistés sur des arrivages de plantes tropicales. Le blanc se développe sur Calibrachoa.   Tétranyque à deux points Photo : IQDHO Tétranyque à deux points Il est présent dans des arrivages d’Hibiscus, de Dipladenia et de fraisiers. Si les plateaux sont fortement atteints, faire un traitement d'acaricides compatibles avec l’introduction d’agents de lutte biologique, comme des acariens prédateurs. Certains conseillers recommandent de brumiser le feuillage avant d'y saupoudrer les acariens prédateurs Phytoseiulus persimilis, afin de leur offrir un bon taux d’humidité. Cela permet aussi à la vermiculite, qui sert de support aux prédateurs, de coller aux plants. Il faut brumiser régulièrement si l’air est sec autour des plants. Fiche technique : Tétranyque à deux points   Brevipalpus obovatus Photo : IQDHO Arrivages de plantes tropicales : ravageurs à surveiller Plusieurs producteurs reçoivent des plantes tropicales en provenance de la Floride. Différents ravageurs ont été dépistés dans ces lots de végétaux. Il est recommandé de placer ces arrivages en quarantaine pour une inspection rigoureuse et pour effectuer les interventions requises, le cas échéant. Parmi ceux-ci, le thrips de l’impatiens (Echinothrips americanus) a été observé, notamment dans des plantes tropicales de gros format. Les insecticides conventionnels homologués contre les thrips sont généralement efficaces contre les thrips de l'impatiens. Vérifier la compatibilité avec les introductions d’auxiliaires prévus en lutte biologique.   De plus, le tarsonème trapu a été dépisté dans Schefflera sp. et Ficus elastica. Les dommages sont parfois discrets. Il est important de détecter la présence des tarsonèmes, puisqu’ils peuvent se propager dans plusieurs autres espèces végétales. De faux téranyques (Brevipalpus sp.) ont été aperçus en grand nombre sur Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 10, 29 septembre 2020
29 septembre 2020
État de la situation des cultures du poinsettia en serre : présence de l’aleurode du tabac en nombre variable selon les entreprises. Période propice à l’apparition de maladies racinaires.   CONTRÔLE DES ALEURODES DU TABAC (Bemisia tabaci) L’aleurode est présent dans les cultures de poinsettias. De façon générale, selon nos observateurs, les populations sont encore bien contrôlées par la lutte intégrée, en lutte conventionnelle, et par la lutte biologique dans les serres visitées. Stratégie face à la résistance aux insecticides Bemisia tabaci de souche Q, généralement présent dans la culture du poinsettia, est résistant à de nombreuses matières actives. En effet, certains pesticides chimiques vont éliminer tous les Bemisia sensibles (souche B), alors que les Bemisia résistants (souche Q) vont survivre et continuer de se reproduire. En fin de saison, il pourrait alors être impossible de les éliminer avant la vente.   En retardant la lutte chimique, par exemple en utilisant la lutte biologique, on laisse la souche B constituer une plus grande proportion de la population. Les aleurodes de cette souche seront plus faciles à éliminer par des traitements chimiques en dernier recours, à la fin de la saison.   Aleurode du tabac sur poinsettia Photo : IQDHO Calcul – Poursuivre la lutte biologique ou traiter Il est possible d’estimer si le contrôle de Bemisia sera efficace jusqu’à la fin de la saison de culture du poinsettia en utilisant une méthode rapide publiée par Sarah Jandricic (MAAAR Ontario) :   Inspecter 15 à 20 plants par table, sur au moins 50 % des tables des serres. Noter la présence ou l’absence d’adultes, de larves ou de pupes de Bemisia en observant le dessous des feuilles, en soulevant les pots au-dessus des yeux. Additionner le nombre de plants infestés (présence de Bemisia), diviser par le nombre total de plants dépistés et multiplier par 100 pour obtenir un pourcentage. À cette période de la production (1er octobre), Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 9, 24 juillet 2020
04 août 2020
État de la situation des cultures de poinsettia en serre. Réception des boutures : irrigation raisonnée en période de chaleur intense et rappels de prévention et de bonnes pratiques.     GESTION DE L’IRRIGATION EN PÉRIODE DE CANICULE Il pourrait être tentant d’irriguer abondamment et à répétition, par temps très chaud et ensoleillé, les jeunes plants fraîchement empotés. Toutefois, il faut éviter de saturer le sol d’eau afin de prévenir les maladies racinaires et la prolifération de sciarides. Optez plutôt pour une brumisation régulière du feuillage qui laissera de l’oxygène dans le terreau, favorisant ainsi le développement des racines.   Aleurode (Bemisia tabaci) sur poinsettia Photo : IQDHO Plateau de boutures de poinsettia Photo : IQDHO OPÉRATIONS PRÉVENTIVES  Planifier la lutte biologique Effectuez un bon dépistage dès la réception. L’aleurode est le ravageur à contrôler en priorité. La résistance de la souche Q de Bemisia tabaci aux pesticides est bien connue. La lutte biologique constitue une stratégie à privilégier pour contourner ce problème. Prévoir l’utilisation de parasitoïdes des aleurodes comme Encarsia formosa et Eretmocerus mundus. D’autres ravageurs sont à surveiller tout au long de la culture. Dans les serres qui sont ventilées par des côtés ouvrants, des bandes collantes jaunes peuvent être installées près de ces entrées d’air afin d’intercepter des insectes comme les thrips et les cicadelles provenant de l’extérieur. Ces bandes collantes peuvent aussi contribuer à baisser la population d’aleurodes. En cours de culture, on dépistera notamment les tétranyques et les thrips afin d’effectuer les introductions de prédateurs requis.   Premiers traitements Il est possible que des pesticides chimiques aient été utilisés par les multiplicateurs et nuisent à la survie des auxiliaires. On peut attendre quelques semaines avant de les introduire, et contrôler les aleurodes par l’emploi d’insecticides à faible toxicité, par exemple Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 5, 15 mai 2020
15 mai 2020
État de la situation. En raison du climat particulièrement froid et du manque de chauffage, on rapporte des cas isolés de mildiou dans le basilic, une augmentation des cas de Botrytis de tige et de microfendillement (russeting). Ces conditions défavorables à la transpiration causent également l’apparition de désordres comme les points dorés (gold specks) dans la tomate rose et des feuilles en cuillère (ou en béret) dans le concombre. Mildiou du basilic Nos collaborateurs rapportent des cas isolés de mildiou (Peronospora belbahrii) dans le basilic.     Évidemment, une variété sensible et exposée à une température de nuit trop fraîche risque d’être affectée en premier. C’est la raison pour laquelle il faut chauffer davantage pour déshumidifier, particulièrement avant la levée du soleil pour limiter les risques de condensation ou de point de rosée sur les plants. Quelques articles font état de l’efficacité de certains biofongicides pour le mildiou du basilic ou d'autres espèces de mildiou : 1) Efficacy of Organic Fungicides for Vegetable Deseases (Cornell Cooperative Extension, avril 2017); 2) IR4 Project - Hornamental Horticulture Program - Mildew Efficacy Report (Rutgers University, 2010); 3) Évaluation de biofongicides utilisés contre le mildiou du basilic en serre (IQDHO). Pour plus d’information, veuillez vous référer au bulletin d’information Mildiou du basilic en serre. Botrytis (moisissure grise) de tige Même si déshumidifier s’avère plus difficile, il faut permettre à l’air de bien circuler autour des plants et ne pas laisser de moignons de feuilles. L’effeuillage au couteau au ras de la tige est de mise. Encore mieux, on peut appliquer immédiatement un biofongicide en micropulvérisation sur la plaie fraîchement ouverte. Il faut éviter les retards d’effeuillage. S'il y a trop de feuilles dans le bas des plants, cela empêchera l’assèchement des tiges. Il faut dégager en général Lire la suite
1 à 10 sur 1063
Infolettre Horticulture ornementale - serre

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.