Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Grandes cultures, Avertissement No 14, 16 août 2019

Réseau d'avertissements phytosanitaires, RAP, réseau Grandes cultures, avertissement
VER-GRIS OCCIDENTAL DES HARICOTS : captures de papillons en augmentation, mais peu de masses d’œufs. CRYSOMÈLES DES RACINES DU MAÏS : quelques cas rapportés. PUCERON DU SOYA : une année avec des populations exceptionnellement faibles. DÉFOLIATEURS toujours dans le soya. MALHERBOLOGIE: le désherbage de fin de saison.

 
VER-GRIS OCCIDENTAL DES HARICOTS :
CAPTURES DE PAPILLONS EN AUGMENTATION,
MAIS PEU DE MASSES D’ŒUFS

Les captures de papillons du ver-gris occidental des haricots (VGOH) ont continué à augmenter à travers la province (à l’exception de l’Abitibi-Témiscamingue et de la Gaspésie). Parmi les 122 pièges à phéromones relevés cette semaine, 40 d’entre eux contenaient plus de 100 papillons. Le RAP Grandes cultures tient d’ailleurs à remercier tous les collaborateurs du MAPAQ, des clubs-conseils et de l’industrie qui participent à ce réseau et fournissent des données chaque semaine. Cliquez ici pour voir les résultats détaillés.

Encore une fois cette semaine, les captures les plus abondantes ont été réalisées dans un piège à Shawville (Outaouais), avec 867 papillons capturés. Les autres pièges avec des captures supérieures ou égales à 500 papillons sont situés à Ste-Geneviève-de-Berthier (Lanaudière), St-Nazaire-d’Acton (Montérégie-Est) et Saint-Anicet (Montérégie-Ouest). Les captures de papillons (mâles) dans les pièges peuvent servir d’indicateurs des populations présentes dans une région, mais cela ne signifie pas que les femelles vont pondre dans le champ où le piège est situé.

Par ailleurs, uniquement quelques masses d’œufs et quelques jeunes larves ont été rapportées dans des champs situés en Chaudière-Appalaches, en Estrie et en Outaouais. Quelques cas ont été rapportés aussi dans le Réseau Maïs sucré (Capitale-Nationale, Mauricie et Montérégie). Notez également que les œufs et larves de VGOH peuvent être la proie de plusieurs ennemis naturels (coccinelles, punaises prédatrices) et que les œufs de VGOH pourraient être confondus avec des œufs de punaises pentatomides. Les jeunes larves peuvent être observées dans les panicules et les soies avant leur déplacement à l’intérieur des épis.
 
Image Agri-Réseau
En haut : Jeunes larves de VGOH s’alimentant du pollen dans les panicules de maïs (gauche) et sur les feuilles (droite).
En bas : Larves de VGOH dans les soies de l’épi de maïs (gauche) et taille d’une jeune larve en comparaison avec la taille d’une soie (droite).

Julien Saguez (CÉROM)


Compte tenu de ces informations, il est injustifié d’appliquer un insecticide sur la base du nombre de papillons capturés. Le seuil économique d’intervention est uniquement basé sur le dépistage de masses d’œufs.

Étant donné que les captures de papillons de VGOH ont encore augmenté, des œufs pourraient encore être pondus sur des plants de maïs dont les panicules (croix) viennent de sortir. Le dépistage des masses d’œufs pourrait donc être concentré sur les plants à floraison tardive.

Pour en savoir plus sur la méthode de dépistage, le seuil économique d’intervention et la fenêtre d’intervention, veuillez vous référer à l’avertissement No 11 du 26 juillet 2019, à la courte vidéo et à la fiche technique sur le ver-gris occidental des haricots dans le maïs. Rappelons que la fenêtre d’intervention contre le VGOH est assez restreinte; elle doit tenir compte du stade des masses d’œufs et du stade du maïs.

Les données de piégeage du Québec sont également transmises pour alimenter les cartes interactives du réseau Great Lakes and Maritime Pest Monitoring Network auquel participent aussi des dépisteurs du Manitoba, du Michigan, de l’Ohio, de l’État de New York, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse. 

 
CAS RAPPORTÉS DE CHRYSOMÈLES DES RACINES DU MAÏS

Au cours de la dernière semaine, de nouveaux cas d’infestations de chrysomèles des racines du maïs, notamment celle de l’Ouest (jaune et noir) ont été signalés au RAP Grandes cultures. La présence de cet insecte a ainsi été rapportée à Henryville, La Présentation, Saint-Damase (Montérégie) et aussi à Saint-Bonaventure (Centre-du-Québec). La chrysomèle des racines du maïs cause des dommages principalement aux racines et/ou aux soies. Cela peut engendrer l’apparition de plants qui ont la forme de cols d’oies (verse) et affecter la pollinisation du maïs. Les chrysomèles peuvent aussi s’attaquer aux feuilles et aux panicules. Les sols lourds ainsi que la monoculture de maïs favorisent grandement la présence des chrysomèles.

Rappelons que dans la culture du maïs, aucun insecticide foliaire n’est homologué contre les adultes de la chrysomèle des racines du maïs. Le moyen de prévention le plus efficace demeure la rotation des cultures. Semer une plante non hôte (ex.: soya), en alternance avec le maïs, brise le cycle de développement de l’insecte. Une autre stratégie peut être l’utilisation de maïs Bt visant la chrysomèle des racines, l’année suivant une infestation.

À cette période de la saison, les adultes de l’altise à tête rouge et du scarabée japonais peuvent aussi s’attaquer aux feuilles et aux soies du maïs. Pour en savoir davantage, consultez la section « Évaluation de l’impact de certains insectes (chrysomèle des racines du maïs, altise à tête rouge et scarabée japonais) sur la pollinisation du maïs » de l’avertissement No 12 du 2 août 2019.
 
Image Agri-Réseau

Chrysomèle des racines du maïs de l'Ouest

Julien Saguez (CÉROM)


 
PUCERON DU SOYA :
UNE ANNÉE AVEC DES POPULATIONS
EXCEPTIONNELLEMENT FAIBLES

Encore une fois cette semaine, les populations de pucerons du soya dans les champs dépistés dans le cadre du RAP Grandes cultures continuent d’être nulles ou faibles. La moyenne provinciale est d’environ 5 pucerons/plant, et la population maximale observée s’élevait à 80 pucerons/plant en moyenne, dans un champ situé à Saint-Rémi (Montérégie-Ouest).
 
Image Agri-Réseau

Puceron du soya. Vue dorsale (photo de gauche) et latérale (photo de droite)

Julien Saguez (CÉROM)


Rappelons que le seuil d’alerte pour dépister les champs de soya est de 250 pucerons/plant. Notez aussi que de nombreux champs ont déjà atteint ou dépassé le stade R5 (environ 2/3 des sites dépistés cette semaine). Aucun dépistage du puceron du soya et aucun traitement ne sont donc nécessaires cette semaine.
 
Image Agri-Réseau

 

Cliquez ici pour voir les résultats détaillés du dépistage par municipalité.

 
DÉFOLIATEURS TOUJOURS PRÉSENTS DANS LE SOYA

La présence de méloés cendrés, scarabées japonaisbelles dames, criquets, chrysomèles du haricot et altises à tête rouge a encore été rapporté au RAP Grandes cultures, cette semaine, lors du dépistage des pucerons dans des champs de soya. Pour en savoir davantage sur ces insectes, sur la façon d’évaluer le pourcentage de défoliation et sur les seuils économiques d’intervention en fonction du stade de la culture, consultez le bulletin d'information Défoliation du soya par divers ravageurs : méloé cendré, criquets, scarabée japonais, altises, limaces, etc., et la fiche technique Les criquets en grandes cultures : biologie, dépistage et stratégie d’intervention.
 
Image Agri-Réseau

A) Méloé cendré   B) Scarabée japonais   C) Chenille de belle dame   D) Criquet   E) Altise à tête rouge

Photo A) Caroline Chouinard Michaud (Agrinova)
Photo B) C) D) E) Julien Saguez (CÉROM)


 
LE DÉSHERBAGE DE FIN DE SAISON

La fin de la saison culturale est une bonne période pour réprimer les annuelles hivernantes, les bisannuelles et les vivaces. Consulter la fiche technique Le dépistage des mauvaises herbes et le désherbage de fin de saison pour en apprendre plus sur le sujet.



Cet avertissement a été préparé par Julien Saguez, PhD. Chercheur en biosurveillance (CÉROM), avec la collaboration de Sébastien Boquel, PhD. Chercheur en entomologie (CÉROM), Mathieu Neau, technicien en surveillance phytosanitaire (CÉROM), Brigitte Duval, agr. (MAPAQ), Christine Rieux, agr. (MAPAQ) et Véronique Samson, agr. (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter l’avertisseure du réseau Grandes cultures ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Grandes cultures
Date de publication : 16 août 2019

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.