Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
835 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)

Fiers de diffuser leur expertise

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Pépinières ornementales, Avertissement No 15, 26 octobre 2020

Nouveau

26 octobre 2020
Il est temps de prévoir la mise en place des protections hivernales sur les végétaux de pépinière.   L’arrivée des premiers gels annonce le temps des préparatifs pour l’installation des protections hivernales en pépinière. Les méthodes doivent être adaptées aux types de végétaux à hiverner : vivaces, arbustes ou arbres, ainsi qu’au format des pots. Il est possible de protéger les plants à l’aide de couvertures isolantes, dans des tunnels ou des entrepôts.   Végétaux en contenants recouverts de toiles de protection hivernale Photo : IQDHO Arbustes en pots couchés avant l'installation des toiles de protection hivernale Photo : IQDHO La fiche technique Protection des cultures pour l’hiver décrit les bonnes pratiques de chaque méthode visant à optimiser la réussite de l’hivernage. On y indique comment bien disposer les plants afin de limiter la perte de chaleur, et certaines précautions à prendre avant l’hivernage, par exemple l’irrigation des pots pour favoriser la survie des plants. Fiche technique Protection des cultures pour l’hiver    Cet avertissement a été rédigé par Marie-Édith Tousignant, agr. et Nicolas Authier, agr. Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseurs du réseau Pépinières ornementales ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.   Lire la suite

Mise à jour

26 octobre 2020
Liste des hybrides de maïs disponibles pour la saison 2021 avec traitements de semences aux fongicides seulement (sans insecticides).

Nouveau

21 octobre 2020
Exigences phytosanitaires sur l'exportation d'arbres et de couronnes de Noël

Nouveau

21 octobre 2020
La récolte des arbres de Noël
Bleuet nain, Avertissement No 17, 16 octobre 2020

Nouveau

16 octobre 2020
Traitement postrécolte du kalmia. Traitement postrécolte de la comptonie et du kalmia. Sommaire agrométéorologique.    TRAITEMENT POSTRÉCOLTE DU KALMIA Les applications automnales de ROUNDUP WEATHERMAX sont en cours au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Cet herbicide est homologué pour la répression du kalmia dans le bleuet nain. Il s’agit d’un herbicide de contact. L’application doit être réalisée lorsque les plants de bleuets ont perdu 95 % de leurs feuilles, car des dommages pourraient être causés aux bleuetiers si les traitements étaient appliqués avant ce stade. Pour plus d’information sur le traitement, veuillez consulter ce document.   Stade de traitement postrécolte du kalmia Club Conseil Bleuet TRAITEMENT POSTRÉCOLTE DE LA COMPTONIE ET DU KALMIA Les applications automnales d'herbicides à base de dicamba (ORACLE, ENGENIA) sont en cours au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il s’agit d’herbicides homologués pour la suppression de la comptonie et du kalmia dans le bleuet nain. L’application est réalisée lorsque les plants de bleuets ont perdu 90 % de leurs feuilles. Il est très important de respecter les consignes inscrites aux étiquettes des pesticides, puisque plusieurs facteurs doivent être réunis pour obtenir une efficacité maximale et que les doses varient selon les produits. SOMMAIRE AGROMÉTÉOROLOGIQUE Le sommaire agrométéorologique présente le tableau des précipitations et des degrés-jours cumulés pour chacune des régions productrices de bleuets. Le modèle bioclimatique « Phénologie du bleuetier nain » illustre les degrés-jours cumulés ainsi que les degrés-jours prévus, et identifie les différents stades de développement du bleuet nain.   Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise Lire la suite

Mise à jour

20 octobre 2020
Portrait de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides au Québec (2011-2019)

Mise à jour

20 octobre 2020
Résistance des mauvaises herbes aux herbicides - Saison 2019 : Résultats finaux
Malherbologie, Avertissement No 4, 2 octobre 2020
02 octobre 2020
PRÉSENCE CONFIRMÉE DE KOCHIA À BALAIS (BASSIA SCOPARIA) EN MONTÉRÉGIE-EST Une forte infestation de kochia à balais a été retrouvée dans un champ de soya de la Montérégie-Est, dans la MRC Marguerite-D’Youville. Son identification a été confirmée par le Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), ainsi que par plusieurs collaborateurs. La présence du kochia est inquiétante puisqu’il s’agit d’une mauvaise herbe très prolifique et compétitive, pouvant grandement réduire le rendement des cultures. Pour l’instant, la façon dont cette mauvaise herbe a été introduite dans ce champ n’est pas connue. Le kochia à balais est une espèce annuelle de la famille des Amarantacées, introduite au Canada. Il s’agit d’une plante qui préfère les climats arides, qui est adaptée aux sols salins et qui est résistante aux conditions environnementales défavorables. Sa production de semences est aussi très abondante, ce qui contribue à sa dissémination sur le territoire. Toutefois, la viabilité des semences est courte, soit de 1 à 2 ans dans le sol. Au Canada, elle est problématique principalement dans les prairies du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta. Au Québec, dans les dernières années, elle a seulement été retrouvée en bordure des routes et des chemins de fer. En plus de son grand potentiel invasif, le kochia a la capacité de développer de la résistance aux herbicides. En effet, de la résistance aux herbicides des groupes 2, 4 et 9 (glyphosate) a été confirmée dans l’Ouest canadien, tandis qu’aux États-Unis, des populations résistantes aux herbicides des groupes 2, 4, 5 et 9 (glyphosate) ont été détectées. Des tests moléculaires et classiques seront bientôt effectués afin de déterminer si la population découverte en Montérégie est résistante à l’un ou plusieurs de ces groupes. Pour plus d’information, vous pouvez consulter la trousse sur la résistance des mauvaises herbes. Le kochia Lire la suite
01 octobre 2020
Les applications automnales d’herbicides dans les fraisières
01 octobre 2020
Concombre de serre : différencier les maladies des causes abiotiques
1 à 10 sur 835
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.