Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Grandes cultures, Avertissement No 1, 10 février 2020

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Grandes cultures

CHRYSOMÈLE DES RACINES DU MAÏS : CHAMPS À RISQUE ET MÉTHODES DE LUTTE

Les chrysomèles des racines du maïs peuvent causer des pertes de rendement parfois importantes et augmenter les risques de verse dans le maïs. Les larves de chrysomèle se nourrissent de racines de maïs. Ces larves proviennent des œufs pondus l’été précédent dans des champs de maïs. Des tiges en forme de col d’oie sont souvent un indicateur de la présence de larves de chrysomèle. Les adultes peuvent aussi parfois causer des dommages en s’alimentant du pollen et des soies du maïs, ce qui peut occasionner des problèmes lors de la pollinisation. Deux espèces coexistent au Québec : la chrysomèle des racines du maïs de l’ouest, de couleur jaune avec des bandes noires et la chrysomèle des racines du maïs du nord, de couleur verte. Les deux espèces causent le même type de dommages et les méthodes de lutte pour les contrôler sont identiques. Comparativement aux années antérieures, en 2018 et 2019, davantage de cas de champs endommagés par ce ravageur ont été rapportés au RAP Grandes cultures.
 
Image Agri-Réseau

À gauche : plants de maïs endommagés par des larves de chrysomèle des racines du maïs; à droite : chrysomèle des racines du maïs de l'ouest (cols d'oie)

À gauche : Mathieu Neau (CÉROM); à droite : Sébastien Boquel (CÉROM)



Comme l’insecte se nourrit presque exclusivement de maïs, le meilleur moyen de lutte consiste donc à éviter de semer du maïs sur un précédent de maïs. Depuis 2008, le RAP effectue du piégeage des chrysomèles dans des champs de maïs. Les données accumulées démontrent la grande efficacité de la rotation comme moyen de lutte. Même une simple alternance maïs/soya est efficace. Les captures de chrysomèles dans le cadre du RAP en 2018 et 2019, dans des champs en maïs continu, ont été plus importantes que pendant les années précédentes, mais cette hausse n’a pas été observée dans les champs de maïs sur précédent de soya.

Il faut garder en tête que le maïs spontané dans un champ de soya peut permettre, dans une certaine mesure, d’entretenir une population de chrysomèles. En effet, les racines de ces plants de maïs serviraient de nourriture pour les larves qui seront issues des œufs pondus l’été précédent. De plus, du maïs spontané qui se rendrait au stade « soies » peut attirer les adultes de chrysomèle et donc l’insecte pourrait pondre dans ce champ. Ces œufs pourraient alors éclore dans le maïs l’année suivante.

Pour qu’un champ de maïs sur précédent de maïs soit considéré à risque, il faut nécessairement qu’il y ait eu des dommages causés par le ravageur ou une présence importante d’adultes lors de la saison précédente. Puisque les adultes pondent dans les fissures du sol, les champs en sol lourd ayant subi des épisodes de sécheresse sont plus à risque. Si ces facteurs sont réunis et qu’il est prévu de semer tardivement, cela ajoute un facteur de risque.

Dans le cas où l'on prévoit semer du maïs en 2020 dans un champ à risque, l’utilisation d’hybrides Bt-chrysomèle peut être envisagée. Par contre, la chrysomèle est un insecte qui a le potentiel de développer rapidement des résistances. Aux États-Unis, des cas de résistance à des technologies Bt ont été documentés (Cry3Bb1, mCry3A, Cry34Ab1 et Cry35Ab1). Au Canada, il pourrait aussi y avoir des cas de résistance. Afin de conserver l’efficacité des technologies Bt disponibles, voici quelques recommandations pour une utilisation judicieuse des hybrides de maïs Bt-chrysomèle :
 
  • N’utiliser que dans les champs à risque (voir plus haut). Les champs de maïs sur précédent de soya ou d’une autre culture n’ont pas besoin d’avoir une protection Bt-chrysomèle.
  • Les hybrides de maïs utilisés devraient contenir plus d’un caractère Bt efficace contre les chrysomèles. Si l’hybride ne contient qu’un seul caractère Bt efficace contre la chrysomèle, il sera important d’utiliser des caractères Bt différents d’une année à l’autre (rotation des caractères Bt).
  • Respecter les exigences de refuge non-Bt.
Pour connaître quelles technologies Bt contrôlent la chrysomèle et les exigences de refuge, consultez le tableau « Maïs et caractères Bt disponibles au Canada (21 mai 2019) ». Ce tableau est mis à jour annuellement.

Certains traitements de semences insecticides sont homologués pour lutter contre cet insecte, ils sont tous à base de néonicotinoïdes et à forte dose. Leur utilisation entraînerait donc des risques importants pour la santé et l’environnement. De plus, une prescription agronomique est nécessaire pour les obtenir. La recherche démontre également que leur efficacité est limitée, notamment en raison d’un mauvais synchronisme entre la période où le produit est efficace et l’activité des larves. Pour ces raisons et comme il existe d’autres moyens de lutte plus efficaces, l’utilisation de traitements de semences est peu avantageuse.

La gestion intégrée de la chrysomèle des racines du maïs nécessite une planification à long terme et à l’échelle de la ferme. Les adultes de chrysomèle qui émergent dans un champ ne se déplaceront que très peu. La gestion de la chrysomèle dans un champ a donc des répercussions sur l’évolution des populations du ravageur dans ce même champ pour les prochaines saisons. Il faut adopter les bonnes pratiques pour prévenir le développement de résistance si l’utilisation d’un hybride Bt est considérée. La rotation demeure la méthode la plus efficace pour lutter contre ce ravageur.



Cet avertissement a été rédigé par le Groupe de travail du RAP Grandes cultures sur les ravageurs des semis. Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter l’avertisseuse du réseau Grandes cultures ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.

Le Réseau d'avertissements phytosanitaires (RAP) a pour mission d'informer les producteurs et autres intervenants du domaine agroalimentaire québécois au sujet de la présence et de l'évolution des ennemis des cultures dans leurs régions respectives, et au sujet des meilleures stratégies pour les gérer. Les communiqués du RAP Grandes cultures sont diffusés gratuitement par ces trois canaux : par courriel, via le site Web d’Agri-Réseau et via Twitter
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Grandes cultures
Date de publication : 10 février 2020
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.