Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Maïs sucré, Avertissement No 7, 19 juillet 2019

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Maïs sucréPyrale bivoltine (1re génération) : les captures de papillons se poursuivent faiblement. Présence de masses d’œufs, de larves et/ou de dommages dans certains champs. Pyrale univoltine : les captures de papillons se poursuivent très faiblement; une première capture en Capitale-Nationale. Légionnaire d’automne : une première capture en Mauricie, soyez vigilants. Ver de l’épi et ver-gris occidental des haricots : aucune capture lors de la dernière semaine. 


 
PREMIÈRE GÉNÉRATION DE LA PYRALE BIVOLTINE
 
Les captures de papillons de la première génération de la pyrale bivoltine se sont poursuivies très faiblement au cours de la dernière semaine avec deux captures en Capitale-Nationale. Du dépistage a été effectué dans des champs situés parmi les régions suivantes : Basses-Laurentides, Capitale-Nationale, Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches et Montérégie. Des masses d’œufs, des larves et/ou des dommages frais ont été observés à divers degrés, dans certains champs. Pour les municipalités hâtives de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches, les dates émises lors de l’avertissement No 5 sont devancées de quelques jours. À la suite des indications de certains collaborateurs, de jeunes larves ont été observées en date du 11 juillet dernier.


 
PYRALE UNIVOLTINE
 
Parmi tout le réseau de piégeage, un papillon a été piégé en Estrie et dans Lanaudière, alors qu’un premier papillon a été capturé dans la région de la Capitale-Nationale, au cours de la dernière semaine. 

De façon générale, on constate que les populations de cette race sont faibles, mais cela ne garantit pas qu’il y aura absence de ponte sur les plants de maïs, dans un champ donné. Les modèles bioclimatiques basés sur le cumul des degrés-jours de croissance sont utilisés davantage dans cette situation. Mais cela souligne encore plus la nécessité de dépister la présence de jeunes larves et de criblures sur les plants de maïs, afin de bien cibler les traitements et d'éviter les traitements inutiles. Pour tous les détails sur la méthode de dépistage, consultez la fiche technique Pyrale du maïs.
 
Basses-Laurentides, Lanaudière, Laval et Montérégie.
Les recommandations émises précédemment demeurent inchangées. Détails plus bas.

Centre-du-Québec, Mauricie, Estrie et Outaouais.
Les recommandations émises précédemment demeurent inchangées. Détails plus bas.

Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches.
Les données de piégeage et le cumul des degrés-jours de croissance indiquent que les premières pontes devraient débuter vers le 23 juillet. Ainsi, les premières larves devraient être observées vers le 28 juillet, dans ces régions. Cet avertissement présente les dates de dépistage et les dates d’intervention recommandées dans ces régions, pour les stratégies de 1 à 3 traitements appliqués dans des champs qui atteignent le stade 6 feuilles ou plus durant la période de ponte de la pyrale univoltine.

Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Hautes-Laurentides et Saguenay–Lac-Saint-Jean.
Aucune capture pour l’instant parmi le réseau de piégeage.

Dépistage au champ
À partir de la date indiquée pour l’apparition des premières larves (selon la région), visitez les champs menacés à intervalles réguliers. À cette période, les premières masses d’œufs auront éclos, et les jeunes larves auront commencé à cribler les jeunes plants de trous minuscules. À partir de la date indiquée pour l’apparition des masses d’œufs (selon la région), il est possible de visiter les champs pour déterminer le taux de parasitisme par les trichogrammes, s’il y a lieu.
 
Régions Début du dépistage
des masses d'œufs vers le :
Début du dépistage
des larves et des criblures vers le : 
Basses-Laurentides, Lanaudière, Laval, Montérégie 13 juillet 18 juillet
Centre-du-Québec, Mauricie, Estrie et Outaouais 19 juillet 24 juillet
Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches 23 juillet 28 juillet
 
Traitements insecticides
Le RAP émet des recommandations de traitements à l’échelle régionale, sans tenir compte des particularités propres à chaque localité (ex. : microclimat, historique d’infestation, etc.). Le dépistage champ par champ devrait être privilégié, car il permet de mieux cibler les dates de traitements et d’éviter les traitements inutiles. Il permet d’évaluer l’état d'infestation d'un champ en particulier et de déterminer si un traitement insecticide contre la pyrale du maïs est justifié. Les dates indiquées dans le tableau ci-dessous peuvent varier de quelques jours, selon les observations effectuées par les collaborateurs du RAP. Les prochains avertissements vous informeront des changements, s’il y a lieu.
 
Régions Début de
la ponte vers le : 
Nombre et dates des traitements
pour ces régions/secteurs (prévision)
Basses-Laurentides, Lanaudière,
Laval et Montérégie
13 juillet Stratégie à 1 traitement : 29 juillet
Stratégie à 2 traitements : 24 et 31 juillet 19
Stratégie à 3 traitements : 18 et 25 juillet et 1er août
Centre-du-Québec, Mauricie,
Estrie et Outaouais
19 juillet Stratégie à 1 traitement : 4 août
Stratégie à 2 traitements : 30 juillet et 6 août
Stratégie à 3 traitements : 24 et 31 juillet et 7 août
Capitale-Nationale et
Chaudière-Appalaches
23 juillet Stratégie à 1 traitement : 8 août
Stratégie à 2 traitements : 3 et 10 août
Stratégie à 3 traitements : 28 juillet et 4 et 11 août
 
Les champs qui sont particulièrement à surveiller et, s’il y a lieu, à protéger sont les champs de maïs qui auront atteint ou dépassé le stade 6 feuilles durant la ponte de la pyrale univoltine. Dans le Nord-Est américain, les premières interventions contre la pyrale débutent au stade d’émergence de la panicule. L’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) a mené un essai (voir la fiche technique) afin de comparer différentes stratégies pour le début des traitements insecticides, en fonction du stade du maïs sucré. Les résultats indiquent qu’il est envisageable de commencer les traitements au stade d’apparition des panicules dans le maïs sucré de mi-saison, sans augmenter les dommages aux épis. Le succès de cette stratégie dépend d’un suivi serré au champ et d’une intervention sans délai au moment prescrit. Dans le cas du maïs sucré tardif, les résultats sont moins concluants : le taux d’épis endommagés était de 4 % au début des pulvérisations au stade d’émergence des panicules, comparativement à 0,8 % au début des interventions, au stade 8-10 feuilles.

Trichogrammes
L’introduction des trichogrammes se fait plus tôt que les traitements insecticides conventionnels. En effet, les trichogrammes sont efficaces contre les œufs de la pyrale, contrairement aux traitements insecticides qui, eux, sont dirigés contre les larves. Les trichocartes doivent donc être installées avant le début de la ponte de la pyrale, dans les champs qui ont atteint ou dépassé le stade 4-6 feuilles.
 
Tableau synthèse des stratégies d'intervention pour la race univoltine de la pyrale du maïs, selon la région



LÉGIONNAIRE D'AUTOMNE
 
Les captures de papillons de la légionnaire d’automne débutent très faiblement avec un premier papillon capturé en Mauricie, au cours de la dernière semaine. Les papillons de légionnaire d’automne arrivent du sud des États-Unis par les vents, et il est impossible de déterminer où ils se poseront. On ne peut savoir avec certitude s'il y a présence de la légionnaire d’automne dans un champ qu’à l’aide de pièges à phéromone, ou en dépistant les dommages dans le champ alors que les larves sont encore présentes sur le feuillage.

S’il y a des captures de papillons dans votre secteur, il est recommandé de dépister régulièrement vos champs de maïs sucré afin de vérifier la présence de dommages et de larves sur le feuillage. Il est important d’intervenir à ce moment, puisque les jeunes larves sont encore sur le feuillage, donc vulnérables aux insecticides. Plus tard, les larves se retrouvent dans les épis où elles se nourrissent des grains en formation et où elles sont difficiles, voire impossibles à contrôler. Si un traitement insecticide est effectué, il est recommandé d’utiliser un insecticide homologué à la fois contre la légionnaire d’automne et contre la pyrale du maïs (pour plus d’information, consultez le Bulletin d’information Bio-insecticides, insecticides et fongicides foliaires homologués dans la culture du maïs sucré en 2019.

 
Pour plus d’information sur la biologie de ce ravageur, la méthode de dépistage, la stratégie d’intervention, etc., consultez la fiche technique sur la légionnaire d’automne.

 
VER DE L’ÉPI
 
Aucun papillon du ver de l’épi n’a été capturé au cours de la dernière semaine. Pour plus d’information, référez-vous à la fiche technique Le ver de l’épi du maïs

 
VER-GRIS OCCIDENTAL DES HARICOTS

Aucun papillon du ver de l’épi n’a été capturé au cours de la dernière semaine dans le réseau de piégeage du maïs sucré.


 
Cet avertissement a été rédigé par Yves Auger et Brigitte Duval, agronomes (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseurs du réseau Maïs sucré ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Maïs sucré
Date de publication : 19 juillet 2019

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.