Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
145 documents disponibles
28 juin 2013
Quiconque ayant pris la clef des champs a dû rencontrer dans les herbes folles ce qu’on appelle les « crachats de crapaud ». En fait, cette bave provient des sécrétions de la larve d’un insecte, le cercope. Pendant qu’elle se nourrit de la sève de la plante, la larve demeure protégée dans une enveloppe d’écume blanche qu’elle sécrète par l’extrémité de son abdomen. Dans les bleuetières, une espèce de cercope peut rendre l’auto-cueillette moins agréable… surtout quand on ne sait pas qui est l’auteur des « crachats »! Pour en savoir plus sur l’identification de cet insecte, ses dommages et sa biologie, consulter ce document. Lire la suite
Amélioration des techniques d’identification moléculaires des ravageurs pour répondre aux besoins en diagnostic du secteur agricole dans le contexte des changements climatiques
15 août 2018
Avec les changements climatiques, bon nombre de ravageurs des cultures seront favorisés. Certains auront plus de générations, d’autres agrandiront leur aire de répartition alors que de nouvelles espèces exotiques s’établiront sur le territoire québécois. Afin que les milieux agricole et scientifique puissent faire face aux changements climatiques, ce projet a pour objectif d’identifier par analyses moléculaires (barcode) les ravageurs présents dans la Collection d’insectes du Québec (CIQ) et dont les séquences ADN québécoises sont absentes des bases de données publiques comme le National Center for Biotechnology Information (NCBI), banque de référence internationale. La technique d’identification par barcode consiste à séquencer l’ADN des spécimens vivants ou morts dans le but de comparer la séquence obtenue à celles déjà présentes dans les banques de référence, facilitant ainsi l’identification taxonomique des ravageurs des cultures. Lire la suite
04 mai 2011
La berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum Sommier & L evier) est une espèce de la famille des Apiaceae (figure 1). Elle a été identifiée pour la première fois au Québec en 1990 (Page et collab., 2006) et elle est déjà présente dans plusieurs de ses régions. De port majestueux et spectaculaire (le plant peut atteindre cinq mètres de hauteur), la berce du Caucase est attrayante pour les jardiniers amateurs qui l’utilisent dans leurs aménagements paysagers. C’est d’ailleurs de cette façon que la plante a été introduite. Cependant, la berce du Caucase représente un risque pour la santé et pour la biodiversité. Lire la suite
10 janvier 2007
Poser un diagnostic, pour qu’il soit fiable, se doit d’être fait avec rigueur et systématique. Il faut prendre le temps de recueillir toute l’information possible. L’espèce végétale, le cultivar, les facteurs environnementaux, les pratiques culturales, les symptômes et les signes apparents et autres informations en rapport avec l’apparition des dommages sont des informations qu’il est très important d’aller chercher pour être en mesure de poser un diagnostic en toute connaissance de cause. Lire la suite
09 janvier 2007
Au Québec, la mouche du chou, Delia radicum (Diptera :Anthomyiidae) cause des dommages dans les cultures de crucifères mais, cet insecte n’avait encore jamais été rapporté dans les champs de canola.. Cependant en 2002, des dommages associés à la présence de la mouche du chou ont été observés et le présent poster fait le point sur cette nouvelle situation (Poster présenté dans le cadre de la réunion annuelle de la SPPQ 2002, 12-13 septembre 2002, Joliette). Lire la suite
26 juillet 2019
Cartographie de populations de mauvaises herbes confirmées résistantes au Québec par le Service de détection pour la période entre 2011 et 2018. Pour plus d'information, incluant le rapport complet de la saison, visitez le site www.cerom.qc.ca/services/service-de-detection.html
10 avril 2017
Ce document vous informe à qui s'adresse les services du Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection.
10 janvier 2007
Bien des facteurs peuvent causer des dommages aux plantes cultivées et en particulier aux petits fruits. Pour identifier un problème phytosanitaire, il est essentiel d’intégrer diverses informations : description des symptômes, observation de signes, information sur la plante hôte, date d’apparition des symptômes, schéma de développement du problème, facteurs climatiques et pratiques culturales. Il demeure primordial de prendre le temps de recueillir de l’information, pierre angulaire pour un diagnostic précis et fiable! Ce texte, abondamment illustré, vous propose une approche systématique de cueillette de données afin de ne pas oublier certains éléments clés dans le processus de diagnostic des problèmes phytosanitaires des petits fruits. Lire la suite
16 octobre 2008
Les larves de la tipule européenne, Tipula paludosa, (Tipulidae : Diptera) peuvent causer des dommages aux cultures en se nourrissant des racines, du collet et des jeunes feuilles des plantes. Attention, les larves de cet insecte peuvent être confondues avec celles des vers gris. Cette fiche présente les caractères distinctifs des deux types de ravageurs. Lire la suite
22 mai 2020
Pour tout savoir comment prélever et soumettre un échantillon au Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytorpotection (LEDP), consulter le document suivant.
1 à 10 sur 145
Infolettre Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.