Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Mot du pilote

Le Réseau d'avertissements phytosanitaires (RAP) a pour mission d'informer les producteurs et autres intervenants de l'agroalimentaire québécois sur :

  • La présence et l'évolution des ennemis des cultures dans leur région.
  • Les stratégies d'intervention les plus appropriées dans un contexte de gestion intégrée des cultures et de développement durable.
Le site Agri-Réseau du RAP regroupe l’ensemble des communiqués émis par le réseau depuis 2004. Vous pouvez rechercher parmi ces informations par groupe de culture et en utilisant le moteur de recherche.
Recevez gratuitement par courriel les communiqués du RAP en vous abonnant :

M'abonner au RAP

Liens rapides

Les choix du pilote

Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 10, 3 août 2020

Nouveau

03 août 2020
Présentation du réseau provincial des serres sentinelles du RAP. Les tétranyques sont en hausse dans toutes les cultures, particulièrement sur le concombre. Une année plutôt calme pour le thrips, mais n'oubliez pas qu'ils se déplacent massivement lorsque vous fauchez l'herbe haut le long des serres. Voyez comment les températures extrêmes (tableau) peuvent jouer un rôle dans l'échec de certains agents de lutte biologique. Détection du sphinx de la tomate en Estrie et en Montérégie. Une punaise miride appelée Microtechnites (syn. Halticus) bractatus de plus en plus présente sur le concombre, le poivron, l'aubergine et même le céleri en serre.   NOUVEAUTÉ : RÉSEAU DE SERRES SENTINELLES   Le réseau des serres sentinelles est un nouveau réseau de surveillance phytosanitaire provincial dans les serres maraîchères. Il a été mis en place par le Réseau d'avertissements phytosanitaires (RAP), au début de l’été 2020, afin de dépister les ravageurs, les maladies et autres problèmes abiotiques (désordres, carences, phytotoxicités) dans des serres de différentes tailles, régies et cultures sur l’ensemble du territoire québécois. Ce réseau est coordonné par la chercheure-entomologiste Geneviève Labrie et la chargée de projet Catherine Sylvestre, du Centre de recherche agroalimentaire de Mirabel (CRAM), ainsi que par l'avertisseure et experte en serriculture au MAPAQ, Liette Lambert. Au total, une vingtaine d’agronomes et autres professionnels formant l’équipe de collaborateurs (MAPAQ, clubs, consultants) visitent une quarantaine d’entreprises serricoles dans 10 régions du Québec. Cette équipe se réunit virtuellement chaque semaine pour partager leurs observations, identifier les problématiques souvent validées par des diagnostics du Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection du MAPAQ, discuter des meilleures pistes de solution à utiliser par les producteurs et faire le point sur les projets de recherche en cours. Le réseau permet Lire la suite
Bleuet nain, Avertissement No 12, 3 août 2020

Nouveau

03 août 2020
Mouche du bleuet détectée dans 2 entreprises au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Sommaire agrométéorologique.     MOUCHE DU BLEUET    Le réseau de piégeage du MAPAQ pour la mouche du bleuet couvre la majorité des municipalités où il y a de la production de bleuets sauvages, dans les 5 MRC du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Voici le tableau de répartition à cet effet.   Répartition des pièges pour la mouche du bleuet Nom des secteurs Nombre de pièges Dolbeau 20 Mistassini 20 Saint-Eugène 20 Saint-Thomas-Didyme 20 Girardville 37 Albanel 35 Saint-Stanislas 15 Sainte-Jeanne-d’Arc 20 Notre-Dame-de-Lorette 15 La Doré 35 Normandin 20 Fjord-du-Saguenay 75 Saint-Augustin 20 Péribonka 20 Roberval 15 Saint-Méthode 49 Labrecque 20 Lamarche 20 Sainte-Monique 40 Saint-Prime 20 Durant la semaine du 27 juillet, la présence de la mouche du bleuet a été détectée dans 2 entreprises au Saguenay–Lac-Saint-Jean.   Présence de la mouche du bleuet Date de prélèvement Secteur Nombre de pièges positifs Nombre total de captures 28 juillet Albanel 4/35 4 31 juillet Dolbeau 19/20 196 Sem. du 27 juillet Les autres secteurs A A A : absence de mouches du bleuet   Les producteurs peuvent se procurer des pièges (pièges jaunes AM) auprès de la compagnie Distributions Solida. Pour plus de détails concernant la mouche du bleuet, veuillez consulter le bulletin d'information No 2 du 14 mai 2020.     SOMMAIRE AGROMÉTÉOROLOGIQUE   Le sommaire agrométéorologique présente le tableau des précipitations et des degrés-jours cumulés pour chacune des régions productrices de bleuets. Le modèle bioclimatique « Phénologie du bleuetier nain » illustre les degrés-jours cumulés, les degrés-jours prévus et identifie les différents stades de développement du bleuet nain.   Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention Lire la suite
Pomme de terre, Avertissement No 12, 31 juillet 2020

Nouveau

31 juillet 2020
Conditions climatiques : températures plutôt chaudes et humides, avec plus de précipitations. Développement de la culture : rythme variable, en lien avec les précipitations reçues. Insectes et acariens : le doryphore, la cicadelle de la pomme de terre et les altises sont à surveiller, selon la région. Maladies : aucun cas de mildiou, premiers cas de dartrose, brûlure hâtive en évolution, étude sur la gale commune.   CONDITIONS CLIMATIQUES Pour la période du 24 au 30 juillet 2020, le temps chaud a dominé un peu partout en province, mais avec une légère chute du mercure à partir du 28 juillet dans des régions plus au nord et à l’est surtout. Plusieurs nuits ont également été chaudes. Encore une fois, des températures de plus de 30 °C ont été enregistrées dans les secteurs plus au sud de la province, soit du 24 au 28 juillet (voir sommaire agrométéorologique). Les précipitations ont été plus fréquentes, mais hétérogènes et souvent sous la forme d’orages, avec passablement d’écarts selon les secteurs. Les quantités les plus importantes ont été reçues au centre de la province et dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Mentionnons, entre autres, une accumulation de 63 mm le 27 juillet à Nicolet (voir carte des précipitations). Pour les 7 prochains jours, soit du 31 juillet au 6 août, Environnement Canada annonce des journées plutôt humides avec des risques de précipitations durant plusieurs jours, selon la région; plus notables les 2 et/ou 3 août. Les températures devraient se maintenir à des valeurs près de la moyenne saisonnière ou un peu au-dessus, dans les secteurs plus au sud.   DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE On rapporte de la variabilité dans le développement de la culture dans toute la province. Les endroits où plus de précipitations ont eu lieu au cours des dernières semaines présentent des plants plus végétatifs, avec une floraison qui s’étire (ex. : Capitale-Nationale et Saguenay-Lac-Saint-Jean). Pour les cultivars Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 16, 31 juillet 2020

Nouveau

31 juillet 2020
Cicadelle de la pomme de terre (luzerne, trèfle, soya); ver-gris occidental des haricots (maïs); tétranyques à deux points (soya); pourriture à sclérotes (soya); chrysomèle du haricot et autres insectes défoliateurs (soya) et puceron du soya.   CICADELLE DE LA POMME DE TERRE DANS LA LUZERNE : DÉPISTAGE RECOMMANDÉ Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM), Stéphanie Mathieu, agr. (MAPAQ) et Huguette Martel, agr. (MAPAQ) Les populations de cicadelles de la pomme de terre continuent d’être une menace pour le rendement et la qualité des luzernières de plusieurs régions du Québec. Les conditions climatiques demeurent propices à la multiplication de l’insecte, et dans certains champs, les populations demeurent à des seuils élevés. Considérant l’impact que cet insecte peut avoir sur le rendement et la qualité du fourrage, les producteurs sont invités à dépister leurs prairies, en particulier les luzernières en implantation, dans lesquelles les impacts à long terme de l’insecte sont les plus importants. Pour optimiser les interventions, le dépistage doit se faire avant l’apparition des symptômes. Bien que la fauche ait permis de diminuer considérablement les populations au champ, les adultes, qui ont la capacité de se déplacer, peuvent infester à nouveau les champs. Un dépistage est à faire quand la repousse a atteint 5 à 10 cm. Si des symptômes ont été observés avant la fauche du champ, si les champs voisins démontrent des symptômes ou si des populations de cicadelles sont observées dans les cultures voisines de vos champs, il est fortement recommandé de procéder à un dépistage à l’aide d’un filet fauchoir.   Veuillez vous référer à la fiche technique La cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne pour connaître les stratégies d’intervention, les méthodes de dépistage et en savoir plus sur la biologie de l’insecte. L’impact de la cicadelle de la pomme de terre sur le trèfle a été traité dans l’avertissement No 13 du 9 juillet 2020, et l’impact Lire la suite
Oignon, ail et poireau, Avertissement No 12, 31 juillet 2020

Nouveau

31 juillet 2020
Présence variable des thrips. Traitements contre la teigne en cours dans les régions plus froides. Brûlure de la feuille stable ou en augmentation en Montérégie-Ouest, et généralement stable dans Lanaudière. Brûlure stemphylienne stable ou en augmentation en Montérégie-Ouest. Pourriture bactérienne stable ou en légère augmentation. Tache pourpre faible dans l’oignon et le poireau.   RÉSUMÉ CLIMATIQUE ET RISQUES ASSOCIÉS La dernière semaine a encore été chaude pour la plupart des régions. Pour le sud du Québec, après un début de période dans les normales de température, le temps chaud est revenu avec des températures au-dessus des normales, d'abord le jour, ensuite la nuit également. Les précipitations sont tombées de façon très variable selon les régions, en ce qui a trait à la quantité d'eau reçue (voir la carte des précipitations cumulées) et au nombre d'épisodes de pluie. En Montérégie, des précipitations sont survenues les 26 et 27 juillet alors que la région de Québec a connu 3 épisodes les 22, 26 et 28 juillet. Un bon suivi de l’irrigation reste toujours de mise dans plusieurs fermes. Certains désordres physiologiques liés à la chaleur sont toujours à surveiller.   AVANCEMENT DES SEMIS ET DES PLANTATIONS Oignon, oignon espagnol et oignon vert En Montérégie-Ouest, les premières récoltes d’oignons plantés hâtifs sont en cours. Les transplants non andainés ont 8 à 10 feuilles et sont en bonne partie couchés; l’irrigation et/ou la pluie dans les dernières semaines de maturation aident à l’obtention de bons calibres. Les semis d’oignons secs ont généralement de 7 à 10 feuilles, et leur bulbe grossit. Quelques semis retardataires, parfois en réaction aux traitements herbicides, n’ont que 5 ou 6 feuilles.  Dans Lanaudière, les bulbes des oignons espagnols ont entre 10 et 15 cm de diamètre, les oignons semés ont entre 6 et 11 feuilles et la formation du bulbe se poursuit. Dans les régions de la Chaudière-Appalaches, de la Capitale-Nationale Lire la suite
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.