Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche 
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
Format
Type de contenu
Date de début
Date de fin
Régions
395 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)

Fiers de diffuser leur expertise

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
10 mai 2024
Mouche des semis
Grandes cultures, Avertissement No 2, 10 mai 2024
10 mai 2024
Dépistage des vers fil-de-fer. Début des captures de papillons du ver-gris noir. Prévisions du pic d’émergence de la mouche des semis. Vergerette du Canada résistante au glyphosate : quoi faire en début de saison.     VERS FIL-DE FER : POURQUOI, QUAND ET COMMENT LES DÉPISTER? Julien Saguez1, Véronique Samson2, Sébastien Boquel1, Brigitte Duval2 et Marie-Edith Cuerrier2 1. Chercheur (CÉROM); 2. Agronome (MAPAQ) Les vers fil-de-fer (VFF) font partie des ravageurs des semis qui peuvent affecter les cultures en début de saison, particulièrement le maïs de grandes cultures, selon leur abondance et leur espèce. Ils s'alimentent des semences en germination et des parties souterraines des jeunes plantules. La période des semis est le moment idéal pour débuter le dépistage de ces insectes. Pourquoi les dépister? Le dépistage des VFF permet de dresser un portrait des champs. Connaître l’état des populations d’un champ (ex. : présence/absence, abondance, espèces) permet de déterminer si le recours à une méthode de lutte est nécessaire ou non. Produire un historique de présence et/ou d’infestation et évaluer si un champ a atteint un seuil économique d’intervention peuvent servir à préparer une justification agronomique ou une recommandation pour l’utilisation de semences enrobées avec un insecticide. Ces documents seront obligatoires à partir du 1er janvier 2025, quelle que soit la matière active utilisée et non seulement les néonicotinoïdes. La présence et l’abondance de VFF diffèrent d’un champ à l’autre et dépendent d’une combinaison de plusieurs facteurs agroenvironnementaux. Chaque champ est unique et devrait faire idéalement l’objet d’un dépistage. Quand les dépister? Le dépistage devrait débuter au moment des semis, lorsque le sol est suffisamment humide et réchauffé et que sa température a atteint 12 °C à une profondeur de 10 à 15 cm. C’est à cette période de l’année que les VFF, enfouis à une profondeur comprise entre 30 et 60 cm, remontent près de Lire la suite
01 mai 2024
L’outil d’analyse de sensibilité d’un emprunt est un fichier Excel qui permet, à partir de la saisie de trois données, de connaître l’incidence de différents taux d’intérêt et de différentes durées sur un emprunt. On peut ainsi examiner rapidement chaque scénario possible sans avoir à faire de calculs.  
Grandes cultures, Avertissement No 1, 26 avril 2024
26 avril 2024
Suivi des plants de blé d'automne pour déterminer l'impact du gel sur ceux-ci.     EST-CE QUE LE GEL DES DERNIÈRES NUITS A EU UN IMPACT SUR LE BLÉ D'AUTOMNE? UN SUIVI S'IMPOSE! S. Mathieu1, B. Duval1 et V. Samson1  1. Agronome (MAPAQ)   Les températures sont descendues sous le point de congélation à quelques reprises cette semaine, selon les régions. Dans certains secteurs, la température est demeurée inférieure à -4 °C pendant plusieurs heures. Le gel des apex est critique pour le blé d'automne. Si ces tissus fragiles, qui formeront l’épi complet, gèlent, les dégâts seront majeurs et le rendement en sera affecté. À la montaison, une température de -4 °C pendant plus de deux heures peut causer des dommages aux points de croissance. Au stade tallage, une température de -11 °C serait nécessaire pour réduire le nombre de talles et causer d’autres dommages (voir tableau 1).     Tableau 1 : Températures pouvant causer des dommages en fonction du stade physiologique du blé d'automne, symptômes et impact potentiel sur le rendement Stade du blé Température (d'une durée de 2 heures) pouvant causer des dommages Symptômes liés au gel Impact probable sur le rendement Tallage -11 °C Chlorose des feuilles, brunissement du bout des feuilles, odeur d'ensilage Faible à modéré Montaison -4 °C Mort du point de croissance, jaunissement ou brunissement des feuilles Modéré à sévère Gonflement -2 °C Stérilité des florets, épis coincés dans la gaine, dommages au bas des tiges, décoloration du feuillage. Modéré à sévère Source : Université du Nebraska   Les conséquences de l'effet du gel dépendent des éléments suivants :   La température atteinte sous la barre du zéro, la durée du gel et le stade de développement du blé. L’humidité du sol : un sol humide dégagera de la chaleur pendant la nuit et empêchera la température de s’abaisser rapidement tandis qu’un sol sec est plus à risque. La topographie du champ : les zones basses sont plus à risque d’être Lire la suite
23 avril 2024
Comment bien gérer la survie ou la perte de son blé d’automne
19 avril 2024
Les nouvelles grilles de référence en fertilisation publiées par le MAPAQ pour deux cultures, soit les prairies de graminées et de légumineuses en entretien.  Pour en savoir, plus visitez la page Web suivante : Grilles de référence en fertilisation.
19 mars 2024
Le ver-gris moissonneur (VGM), Euxoa messoria (Lepidoptera : Noctuidae) fait partie d’un complexe de vers-gris avec lesquels il est souvent confondu. Les larves de cet insecte sont parfois confondues avec la tipule des prairies puisqu’elles vivent essentiellement dans le sol. C’est une espèce univoltine (une génération par an) qui survit à l’hiver au Québec. Les larves sont des ravageurs nocturnes et polyphages qui se nourrissent de racines, de jeunes plantules, de tiges à la base des plants et de feuillage. Au cours des dernières années, cet insecte a causé des dommages dans plusieurs régions de l’est du Québec (Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et Bas-Saint-Laurent), notamment dans les cultures fourragères principalement les jeunes prairies composées de légumineuses (luzerne), nécessitant parfois de resemer les champs fortement affectés. On possède toutefois peu de connaissances sur le VGM dans les cultures fourragères au Québec. L’objectif du projet était d’acquérir et de transmettre des connaissances sur le ver-gris moissonneur (VGM). Malheureusement, en 2022 et 2023, le VGM et les dommages causés par l'insecte ont été trop faibles ou absents et le projet n'a pu être réalisé. Lire la suite
14 mars 2024
Le Grand inventaire de mauvaises herbes du Québec arrive au Centre-du-Québec à partir de la saison 2024. Nous sommes à la recherche de 574 champs, toutes cultures confondues, autant en régie conventionnelle (incluant le semis direct) comme en biologique. Les participants pourront profiter du dépistage gratuit de jusqu'à 3 champs par entreprise. À terme, le Grand inventaire permettra de : obtenir une vision d’ensemble et actuelle de la distribution des mauvaises herbes au Québec; déterminer la fréquence et l’abondance des mauvaises herbes dans les principales cultures de chaque région agricole du Québec; évaluer les différents facteurs influençant la dynamique des mauvaises herbes et effectuer un constat de l’évolution des mauvaises herbes au cours de ces 40 dernières années. Si vous souhaitez participer au projet, vous pouvez vous inscrire en remplissant le formulaire disponible ici : https://tinyurl.com/grand-inventaire-2024 ou contacter l’équipe de malherbologie du CÉROM à l’adresse : inventaire@cerom.qc.ca ou par téléphone au 450 464 2715 poste 237.   Lire la suite
14 mars 2024
Ceci est la fiche synthèse du projet : " Développement, dans les systèmes de culture conventionnelle en grandes cultures, de diverses stratégies de lutte contre l’amarante tuberculée en vue de réduire l’usage des herbicides ". L’objectif général du projet était d’évaluer l’efficacité des différentes méthodes de lutte contre l’AMATU. Les objectifs spécifiques du projet étaient de : 1.1) Évaluer l’efficacité des différentes méthodes de lutte intégrée contre l’AMATU. 1.2) Réaliser une analyse économique des coûts des méthodes de lutte intégrée, incluant l’arrachage manuel, contre l’AMATU. 2.0) Évaluer différentes méthodes sécuritaires et efficaces de disposition des plantes d’AMATU suite à un arrachage manuel. 3.0) Évaluer l’efficacité de deux moyens de lutte thermique (pyrodésherbage et vapeur d’eau) pour le contrôle de l’AMATU.  Le projet a été une collaboration entre le CÉROM, le MAPAQ, l'IRDA, la CSC, en partenariat avec GMABE (volet désherbage à la vapeur d’eau) et il a été financé par le ministère de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation dans le cadre du volet 3 du programme prime vert et est lié à la stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture 2011-2021. Lire la suite
11 octobre 2023
Le rapport présente les données agronomiques des graminées pérennes telles que le panic érigé et le miscanthus géant implantées dans les différentes régions du Québec durant la période 2011-2016. Ces résultats ont été obtenus par le RPBQ lors des dix années de l'étude. Ce projet est financé en partie par le gouvernement du Canada dans le cadre du Partenariat canadien pour une agriculture durable, une initiative fédérale, provinciale et territoriale.   Lire la suite
1 à 10 sur 395
Infolettre Grandes cultures

M'abonner à l'infolettre

En cliquant sur « Accepter tous les cookies », vous acceptez le stockage de ces témoins de connexion sur votre appareil. Ceux-ci permettent au CRAAQ de générer des statistiques et d'améliorer votre expérience utilisateur. Vous pourrez les désactiver en tout temps dans votre fureteur Web.

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.