Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Mot du pilote

Les évènements ne sont plus envoyés systématiquement aux abonnés d’Agri-Réseau. Vous pouvez donc consulter le calendrier pour connaître toutes les formations et les évènements à venir en bovins de boucherie. https://www.agrireseau.net/bovinsboucherie/calendrier

Liens rapides

Les choix du pilote

12 avril 2019
09 février 2015
Vérifiez selon votre ferme et comparez avec les frais d'insémation artificielle. Bon choix
20 novembre 2018
Antoine Bourgeois et Luc Bergeron
Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
28 décembre 2018
NOUVEAU REGARD SUR LA COMPÉTITION ENTRE ALIMENTATION ANIMALE ET HUMAINE Toutefois, les animaux d’élevage ne consomment pas que des aliments consommables par l’Homme. Ils mangent aussi des produits végétaux non consommables par l’Homme tels que des coproduits issus de filières végétales, les résidus de culture et les fourrages (herbe notamment) parfois issus de surfaces peu ou non labourables et pouvant présenter un intérêt environnemental (prairies). Au-delà des différences par filières, on retiendra que les efficiences nettes calculées ici sont toutes plus favorables aux productions animales que les ratios d’efficience brute généralement utilisés. Les monogastriques (porcs conventionnels, poulets de chair standard, poules pondeuses) produisent entre 0,7 et 1,6 kg de protéines animales par kg de protéines végétales  consommables par l’homme selon les modes d’alimentation. Les élevages bovins laitiers produisent de 0,6 jusqu’à plus de 2 kg de protéines animales pour 1 kg de protéines végétales consommable par l’homme. Leur efficience nette est d’autant plus importante que la part d’herbe dans la ration s’accroit. La production de viande de ruminant est moins efficiente, mais surtout l’efficience est très variable. Si certains systèmes transhumants ne consomment aucune protéine consommable par l’homme et ont donc une efficience « infinie », certains ateliers d’engraissement produisent à peine 0,2 kg de protéines animales consommables par kg de protéines végétales consommables.   Au-delà des différences par filières, on retiendra que les efficiences nettes calculées ici sont toutes plus favorables aux productions animales que les ratios d’efficience brute généralement utilisés. Les monogastriques (porcs conventionnels, poulets de chair standard, poules pondeuses) produisent entre 0,7 et 1,6 kg de protéines animales par kg de protéines végétales consommables par l’homme selon les modes d’alimentation. Les élevages bovins laitiers produisent de 0,6 jusqu’à plus Lire la suite
19 décembre 2018
Situation en France, bien documenté De manière à objectiver le débat et à préciser le lien entre élevage bovin et environnement, l'Institut de l'Elevage a produit ce recueil de chiffres-clés. Il couvre l'ensemble des interactions entre les exploitations bovines et leur milieu en s'intéressant à la qualité et aux consommations d'eau, au changement climatique, à la qualité de l'air, à la contribution à la biodiversité, aux consommations d'énergie et à l'utilisation des produits phytosanitaires. Ces chiffres illustrent également les investigations conduites par les filières d'élevage en faveur de l'environnement lors des 20 dernières années et les initiatives mises en place pour l'élevage de demain. Lire la suite