Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
1034 documents disponibles
/grandescultures/Photos/Soya-Anthracnose-Colletotrichum2-ret.jpg
21 mars 2011
Le soya représente plus du tiers de tous les échantillons en grandes cultures traités au laboratoire pour un diagnostic de maladies. Les maladies parasitaires sont responsables de la plupart des problèmes diagnostiqués (75%) et elles sont causées surtout par des champignons. Les pourridiés fusarien et pythien, le rhizoctone et le mildiou sont identifiés sur plusieurs échantillons chaque année. Les problèmes non parasitaires sont surtout associés aux phytotoxicités par les herbicides aussi rapportés chaque année; les brûlures par l’ozone atmosphérique apparaissant au cours des années plus chaudes. Pour plus d’information, consultez le document ci-joint (237 ko). Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 17, 7 août 2020

Nouveau

07 août 2020
Des « cols d’oie » dans les champs de maïs (chrysomèle des racines du maïs). Ver-gris occidental des haricots dans le maïs : hausse des captures de papillons, le dépistage des masses d’œufs se poursuit. Tétranyques à deux points (soya). Puceron du soya : vigilance recommandée pour les champs sous le stade R5.   PRÉSENCE DE « COLS D’OIE » DANS LES CHAMPS DE MAÏS Groupe de travail du RAP Grandes cultures sur les ravageurs des semis   Deux types de dommages causés par la chrysomèle des racines du maïs peuvent être observés présentement dans les champs de maïs : des cols d’oie et des soies coupées. Lorsque des plants de maïs en forme de cols d’oie sont observés, la chrysomèle des racines du maïs est souvent suspectée d'en être la cause; l’alimentation des larves de ce ravageur sur les racines provoque ce symptôme. Cependant, d’autres causes sont possibles (fort vent, dommage d’herbicide, etc.). Pour en savoir plus, consultez le bulletin Plants de maïs en forme de « cols d'oie » : les causes possibles. Il existe une méthode d’évaluation des dommages aux racines permettant d’évaluer l’impact des larves de chrysomèle des racines du maïs sur la culture. La méthode d’évaluation est basée sur une échelle de 0 (aucun dommage) à 3 (3 nœuds racinaires ou plus sont affectés). Sur ce point, veuillez vous référer à la figure 1 et à la photo 1. Essentiellement, il s’agit de recenser le nombre de nœuds totalement endommagés et celui des nœuds partiellement mangés par les larves. Par exemple, une cote de 1,5 correspond à un nœud dont toutes les racines ont été sévèrement attaquées, et à un deuxième dont la moitié est affectée. Il existe un outil interactif développé aux États-Unis pour aider à cette évaluation (gratuit, en anglais). En Illinois, des chercheurs ont observé qu’à partir d’une cote de 0,25, des dommages économiques peuvent commencer à être observés et qu’une perte de rendement de 15 % doit être attendue pour chaque nœud grugé par les larves. Lire la suite
Malherbologie, Alerte No 3, 7 août 2020

Nouveau

07 août 2020
AMARANTE TUBERCULÉE : UN PREMIER CAS EN CHAUDIÈRE-APPALACHES Un foyer d’amarante tuberculée (AT) a été découvert dans la MRC de Lotbinière de la région de Chaudière-Appalaches. Il s’agit de la première mention de l’AT dans cette région, les autres cas ayant été répertoriés dans les Laurentides, le Centre-du-Québec et en Montérégie. L’AT a été retrouvée dans un champ de soya, dans une entreprise laitière produisant principalement des grandes cultures. Cette fois, elle aurait été introduite dans la ferme par une batteuse usagée importée récemment des États-Unis. Le champ infesté est le premier à avoir été récolté avec cette machinerie. La population d’AT est beaucoup plus dense à l’endroit où la récolte a débuté, puis elle s’estompe dans le champ, par la suite. Si vous, ou votre forfaitaire, avez fait l’acquisition d’une batteuse usagée provenant des États-Unis au cours des dernières années, il est fortement recommandé de dépister vos champs dès maintenant. De même, si vous avez fait l’acquisition d’une batteuse usagée cette année, il est très important de la nettoyer avant sa première utilisation. Toutefois, les graines d’AT mesurent moins de 1 mm, il est donc très difficile de toutes les éliminer lors du nettoyage d’une batteuse. C’est pourquoi, il est aussi fortement recommandé d’effectuer un dépistage, l’an prochain, dans le premier champ récolté. Si vous suspectez la présence de l'amarante tuberculée dans un champ, vous pouvez vous inscrire au Plan d’intervention pour lutter contre l’amarante tuberculée au amarantetuberculee.ca et envoyer un échantillon au LEDP afin de confirmer son identification et procéder gratuitement à la détection de la résistance. Le plan offre un encadrement agronomique aux producteurs qui sont aux prises avec l’amarante tuberculée. Il offre aussi une compensation financière pour les différentes dépenses qu’engendre son contrôle lors de l’année de sa découverte. Le tableau 1 présente le bilan, en date du 6 août 2020, des populations Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 16, 31 juillet 2020

Mise à jour

31 juillet 2020
Cicadelle de la pomme de terre (luzerne, trèfle, soya); ver-gris occidental des haricots (maïs); tétranyques à deux points (soya); pourriture à sclérotes (soya); chrysomèle du haricot et autres insectes défoliateurs (soya) et puceron du soya.   CICADELLE DE LA POMME DE TERRE DANS LA LUZERNE : DÉPISTAGE RECOMMANDÉ Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM), Stéphanie Mathieu, agr. (MAPAQ) et Huguette Martel, agr. (MAPAQ) Les populations de cicadelles de la pomme de terre continuent d’être une menace pour le rendement et la qualité des luzernières de plusieurs régions du Québec. Les conditions climatiques demeurent propices à la multiplication de l’insecte, et dans certains champs, les populations demeurent à des seuils élevés. Considérant l’impact que cet insecte peut avoir sur le rendement et la qualité du fourrage, les producteurs sont invités à dépister leurs prairies, en particulier les luzernières en implantation, dans lesquelles les impacts à long terme de l’insecte sont les plus importants. Pour optimiser les interventions, le dépistage doit se faire avant l’apparition des symptômes. Bien que la fauche ait permis de diminuer considérablement les populations au champ, les adultes, qui ont la capacité de se déplacer, peuvent infester à nouveau les champs. Un dépistage est à faire quand la repousse a atteint 5 à 10 cm. Si des symptômes ont été observés avant la fauche du champ, si les champs voisins démontrent des symptômes ou si des populations de cicadelles sont observées dans les cultures voisines de vos champs, il est fortement recommandé de procéder à un dépistage à l’aide d’un filet fauchoir.   Veuillez vous référer à la fiche technique La cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne pour connaître les stratégies d’intervention, les méthodes de dépistage et en savoir plus sur la biologie de l’insecte. L’impact de la cicadelle de la pomme de terre sur le trèfle a été traité dans l’avertissement No 13 du 9 juillet 2020, et l’impact Lire la suite
Malherbologie, Alerte No 2, 29 juillet 2020
29 juillet 2020
  ENVELOPPES SUSPECTES EN PROVENANCE DE LA CHINE   Une situation exceptionnelle est présentement observable un peu partout aux États-Unis et au Canada. Quelques cas ont été rapportés ces derniers jours, à la Direction de la phytoprotection du MAPAQ, concernant la réception d’enveloppes contenant des semences d’espèces cultivées (confirmation de l’identification à venir) en provenance de la Chine. Ces enveloppes ont été reçues par des particuliers et des intervenants agricoles, ces derniers jours. Les semences n’ont en l’occurrence pas été achetées ou commandées par les destinataires. Presque aucune information pertinente, sinon l’expéditeur et l’adresse de retour, n’a été fournie dans lesdits envois. Selon le peu d’information détenue actuellement, il s'agirait d'une stratégie publicitaire de la compagnie à l’origine de ces envois. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a été informée de cette situation et examine actuellement les cas rapportés. Des directives seront données à celles et ceux ayant reçu ces semences, afin de limiter le risque d’introduction d’espèces exotiques envahissantes sur le territoire québécois et de disposer adéquatement du matériel reçu. Pour l'heure, il faut donc conserver les semences et l’emballage jusqu’à ce qu’un inspecteur de l’ACIA communique avec les personnes concernées, voire d'autres particuliers ou intervenants agricoles qui auraient reçu de telles enveloppes et qui sont d'emblée invités à en avertir l'Agence. À cet effet, toute personne ayant reçu une enveloppe contenant des semences ou du matériel végétal non sollicités en provenance de l’Asie ou d’ailleurs est priée de communiquer directement avec le bureau régional (Québec) de l’ACIA afin de l'en avertir. Voici les hyperliens (FR. / ANGL.) de la déclaration officielle de ACIA concernant les emballages de semences non sollicitées : FR. : https://www.canada.ca/fr/agence-inspection-aliments/nouvelles/2020/07/declaration-de-lacia-sur-les-emballages-de-semences-non-sollicites.html Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 15, 24 juillet 2020
24 juillet 2020
Premières masses d'oeufs du ver-gris occidental des haricots (trois régions). Oscinie des céréales : ravageur observé dans deux champs de blé au Bas-Saint-Laurent et en Chaudière-Appalaches. Insectes s'alimentant sur les soies du maïs. Pourriture à sclérotes dans le soya. Tétranyques à deux points et autres insectes défoliateurs dans le soya.   VER-GRIS OCCIDENTAL DES HARICOTS : FAIBLES CAPTURES DE PAPILLONS, MAIS PREMIÈRES MASSES D’ŒUFS EN ESTRIE, EN OUTAOUAIS ET EN MONTÉRÉGIE-OUEST Groupe de travail du RAP Grandes cultures sur les papillons   Même si le maximum de spécimens capturés dans un piège est peu élevé cette semaine, soit 47 papillons à Nicolet (Centre-du-Québec), suivi de 12 papillons capturés à Shawville (Outaouais), les premières masses d’œufs de ver-gris occidental des haricots (VGOH) ont été observées dans 7 champs dépistés par le RAP Grandes cultures. Des masses d’œufs ont été repérées en Estrie (Standstead-Est), en Outaouais (L’Isle-aux-Allumettes, Shawville et Clarendon) et en Montérégie-Ouest (dans trois champs situés dans le secteur de Saint-Anicet). Le seuil d’intervention de 5 % de plants infestés n’a été atteint que dans un seul de ces champs, à Saint-Anicet. Les larves de ce ravageur pourraient affecter le rendement et la qualité du maïs. Le dépistage des œufs et des ennemis naturels est indispensable pour juger de la nécessité d’intervenir. Le nombre de papillons capturés dans un piège à phéromone ne peut pas permettre de juger de la pertinence d’une intervention dans le champ où ce piège est installé. Le piégeage des papillons sert plutôt à connaître le moment de leur arrivée dans un secteur où les femelles pourraient pondre. Cela est également utile pour déterminer quand commencer le dépistage des masses d’œufs. Les champs à surveiller sont ceux situés dans des zones où les sols sont sableux, et qui ont déjà subi des dommages par le passé et qui présentent une croissance irrégulière. Les champs semés avec Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 14, 17 juillet 2020
17 juillet 2020
Cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne et dans le soya. Ver-gris occidental des haricots. Conditions favorables au tétranyque à deux points. Punaise terne à surveiller dans les champs de canola au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Faibles populations du puceron du soya. Pourriture à sclérotes. Criquets et autres défoliateurs.   CICADELLE DE LA POMME DE TERRE : TOUJOURS À SURVEILLER DANS LA LUZERNE ET PEUT ÊTRE PRÉSENTE DANS LE SOYA Luzerne Les populations de cicadelles de la pomme de terre continuent d’être élevées et il est toujours conseillé de dépister les populations dans les luzernières. Cet insecte peut être très dommageable : il peut diminuer à la fois le taux de protéine et le rendement de cette culture. Pour en savoir plus sur la méthode de dépistage et les stratégies d’intervention, consultez l’avertissement Nº 13 du 9 juillet 2020. La fauche peut réduire les populations, mais les adultes peuvent alors migrer vers d’autres cultures. Soya Le soya est l’une des cultures vers lesquelles les cicadelles peuvent migrer. Quelques observations ont d’ailleurs été rapportées dans des champs de soya en Montérégie-Ouest et en Estrie. Dans le soya, on peut observer un jaunissement en forme de « V » causé par la succion de la sève par l’insecte (photo 1). Ce symptôme peut être confondu avec une carence en potassium (K). Les cicadelles peuvent également provoquer des symptômes pouvant être confondus avec des dommages d’herbicides : des taches jaunâtres avec un plissement et un bombement des feuilles.   Photo 1 : Symptôme appelé "hopper burn" causé par la cicadelle de la pomme de terre Rebecca Vittetoe (Iowa State University) Normalement, le soya est en mesure de supporter ces dommages et un traitement insecticide n’est pas recommandé. Le soya se défend contre ce ravageur grâce à la présence de poils sur ses feuilles. Les variétés à feuilles lisses ou peu pubescentes sont donc plus sensibles. Selon les recommandations du ministère Lire la suite
Malherbologie, Alerte No 1, 10 juillet 2020
10 juillet 2020
  AMARANTE TUBERCULÉE : UN PREMIER CAS DANS LES LAURENTIDES Un foyer d’amarante tuberculée (AT) a été découvert dans la MRC Deux-Montagnes de la région des Laurentides. Il s’agit de la première mention de l’amarante tuberculée dans cette région, les autres cas ayant été répertoriés en Montérégie et un au Centre-du-Québec. Cette fois, l’amarante tuberculée a été retrouvée dans un champ de maïs grain sur une entreprise qui produit principalement des cultures maraîchères. Il s’agit de la première mention au Québec de la présence de cette mauvaise herbe sur une ferme maraîchère. L’an dernier, l’Ontario avait répertorié ses deux premiers cas en productions maraîchères, soit dans le poivron et dans le haricot. Cette situation démontre que la mauvaise herbe a une grande capacité d’adaptation aux cultures et qu’elle n’est pas confinée seulement aux grandes cultures. Il importe donc à tous de garder l’œil ouvert. Le bilan s’élève maintenant à 12 populations dans la province (2 en Montérégie-Est, 8 en Montérégie-Ouest, 1 au Centre-du-Québec et 1 dans les Laurentides). Jusqu’à maintenant, les populations d’amarante tuberculée ont montré de la résistance aux herbicides des groupes 2, 5, 9 et 14, chaque population ayant au moins 2 résistances simultanément. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le Bilan de l’amarante tuberculée au Québec. Si vous suspectez la présence d’amarante tuberculée dans un champ, vous pouvez vous inscrire au Plan d’intervention pour lutter contre l’amarante tuberculée au amarantetuberculee.ca et envoyer un échantillon au LEDP afin de confirmer son identification et de procéder gratuitement à la détection de la résistance. Le plan offre un encadrement agronomique aux producteurs qui sont aux prises avec l’amarante tuberculée. Il offre aussi une compensation financière pour les différentes dépenses qu’engendre son contrôle lors de l’année de sa découverte.   Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 13, 9 juillet 2020
09 juillet 2020
Cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne : les seuils d’intervention atteints dans plusieurs champs. Présence de criquets et autres insectes défoliateurs. Comment faire face à la pourriture à sclérotes dans le soya. Fusariose de l’épi : des cartes prévisionnelles sont disponibles. Puceron du soya : le suivi du RAP commence la semaine prochaine.   DÉPISTAGE DE LA CICADELLE DE LA POMME DE TERRE DANS LA LUZERNE RECOMMANDÉ Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM), Stéphanie Mathieu, agr. (MAPAQ) et Huguette Martel, agr. (MAPAQ) Depuis une dizaine de jours, plusieurs champs de luzerne font l’objet d’une surveillance et certains d’entre eux, en Mauricie, en Estrie et en Montérégie, ont largement dépassé les seuils d’intervention. Considérant l’impact que cet insecte peut avoir sur le rendement et la qualité du fourrage, les producteurs sont invités à dépister leurs prairies, en particulier dans leurs luzernières en implantation, et ce, avant de voir des symptômes apparaître. Le dépistage des insectes devrait se faire tous les 5 à 7 jours. Le suivi pourrait être nécessaire jusqu’à la mi-août, moment où les cicadelles cessent de se reproduire.  Dépendamment du niveau des populations de l’insecte, qui doit être évalué par un dépistage avec un filet fauchoir, du stade et de la hauteur de la luzerne, la meilleure stratégie pourrait être de devancer la coupe et de surveiller les populations par la suite. Pour en savoir plus sur la biologie de l’insecte, comment le dépister et les stratégies d’intervention, référez-vous à la fiche technique La cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne.  Certaines variétés de luzerne offrent une tolérance intéressante face à l’insecte grâce à la présence de poils sur les feuilles. Ces poils sont moins développés lors de l’année de l’implantation. De plus, en cas de fortes infestations, ces variétés peuvent tout de même subir des pertes de rendement. Malgré tout, les producteurs sont invités à vérifier si Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 12, 3 juillet 2020
03 juillet 2020
Traitements herbicides tardifs : quelques éléments à prendre en considération. Nouveaux cas de vers gris rapportés au Bas-Saint-Laurent. Comment faire face à la pourriture à sclérotes dans le soya. État de la situation des insectes pouvant affecter le canola.   TRAITEMENTS HERBICIDES TARDIFS : QUELQUES ÉLÉMENTS À PRENDRE EN CONSIDÉRATION Brigitte Duval, Véronique Samson et Julie Breault, agronomes (MAPAQ) Pour plusieurs champs, les traitements herbicides sont terminés ou en voie de l’être. Environ 7 à 10 jours après les traitements, c’est le moment de vérifier leur efficacité. Une des causes possibles d’un traitement qui n’aurait pas eu l’efficacité attendue est la sécheresse. Elle peut avoir réduit l’efficacité des produits qui nécessitent une pluie pour les activer, comme c'est le cas pour plusieurs antigraminées. Pour plus d’information sur le désherbage et le temps sec, consultez l’avertissement Nº 4 du 26 mai 2020. Si un traitement supplémentaire est envisagé pour contrôler les échappées de mauvaises herbes, certains éléments doivent être pris en considération. Le stade de la culture ou certaines mauvaises herbes peuvent être trop avancés pour que le traitement soit sécuritaire pour la culture ou efficace. Vérifiez l’étiquette des herbicides pour vous assurer de respecter les stades maximaux et, au besoin, ajustez la dose et la quantité de bouillie en conséquence selon les directives des étiquettes. Par exemple, certains herbicides ne peuvent pas être appliqués dans le soya si celui-ci est en fleurs. D’ailleurs, plusieurs ont remarqué une floraison hâtive du soya cette année, ce qui peut être dû au stress causé par la sécheresse et la chaleur. Dans le maïs également, certains herbicides appliqués à un stade avancé peuvent causer des symptômes de phytotoxicité et nuire au développement. Par exemple, dans le maïs tolérant au glyphosate, à partir du stade 9 feuilles du maïs, les épis en formation peuvent être affectés par une application de glyphosate. A Lire la suite
1 à 10 sur 1034
Infolettre Grandes cultures

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.