Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
3160 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
25 juillet 2011
Version de l'Ontario du Guide des bonnes pratiques au Québec. La Loi de 2002 sur la gestion des éléments nutritifs (LGEN), le Règlement de l’Ontario 267/03 et les protocoles qui s’y rattachent ont pour but d’atténuer les répercussions des éléments nutritifs produits par l’agriculture, sans compromettre l’avenir de ce secteur d’activité.  / Les dispositions législatives offrent aux propriétaires d’exploitations d’engraissement en plein air des possibilités qui ne sont pas offertes aux éleveurs qui gardent leurs animaux dans des bâtiments d’élevage, possibilités qui assurent quand même une protection équivalente des eaux de surface et des eaux souterraines. Le Règlement prévoit plusieurs types de « zones de confinement extérieures » (ZCE) qui peuvent être utilisées par les exploitations d’engraissement en plein air. La présente fiche technique fournit de l’information sur les ZCE qui sont soumises au Règlement.  Quand s'agit-il d'une ZCE?   Catégories de ZCE   ZCEP à haute densité (HD)   Protection des eaux souterraines   Sol de la zone de confinement   Retraits à respecter par rapport aux éléments vulnérables   Exigences de maîtrise des eaux de ruissellement   Enlèvement et entreposage du fumier et de la neige  Concurrence et protection de l'environnement  Lire la suite
25 juillet 2011
Bâtiment d'engraissement pour bovins de boucherie avec mangeoire extérieure couverte Ce feuillet fournit les principes d'aménagement d'un bâtiment d'engraissement étroit d'une capacité de 600 bovins.  Le bâtiment fait 15 m de largeur sur 129,6 m de longueur et est orientée de préférence sud-ouest/nord-est.  On aménagera la mangeoire sur le côté sud-est de manière à mieux la protéger des vents dominants pouvant entraîner des précipitations (pluie et neige) dans l'aire d'alimentation. Lire la suite
20 août 2012
Un nouveau site pour faire connaître les résultats de recherche dans les différents domaines.
15 février 2007
 BUDGET  BLÉ FOURRAGER , BLÉ D'ALIMENTATION HUMAINE 2006 L' HECTARE
19 janvier 2007
 BUDGET DE TRÉSORERIE PEUX S'ADAPTER À TOUTES PRODUCTIONS
05 novembre 2012
Outil de calcul anglais permettant  de comparer en quantité et en valeur les pertes de foin à la mangeoire  chez lkes bovins.  
12 septembre 2005
Les hybrides sorgho-Soudan, qui sont en fait des hybrides entre le sorgho fourrager proprement dit et le sorgho herbacé (aussi appelé « herbe du Soudan ») peuvent procurer une source de matière sèche de dépannage à offrir au bétail. Il s’agit de graminées de saison chaude, contrairement à la plupart de nos espèces fourragères, qui sont des graminées de saison froide. Les hybrides sorgho-Soudan sont souvent utilisés en Ontario. Étant donné que l’hybride peut retenir davantage de l’un ou l’autre parent, il est important de bien indiquer au semencier ce qu’on attend de la culture. Les sorghos sont reconnus pour être résistants à la sécheresse. Si on les compare au maïs, ils ont une meilleure capacité de rétention d’eau du fait qu’ils ont deux fois plus de racines secondaires par unité de racine primaire et deux fois moins de surface foliaire par où l’eau s’évapore. Leurs besoins en eau sont les mêmes que ceux du maïs, mais ils ont la capacité d’entrer en dormance pendant les longues périodes de sécheresse. Leur croissance reprend avec le retour des pluies. Lire la suite
05 janvier 2007
Lien de l'Omafra: Le processus d'échauffement spontané, Quelles sont les causes d'incendie? Prévention des incendies, Indices de danger, Évaluation par sondage, Procédés d'extinction.
26 septembre 2014
Des steaks des muscles longissimus lumborum et semimembranosus, maturés 2 ou 27 jours, ont été obtenus d'une population de bovins (n=112) gérés pour la production d'une gamme de tendreté (force de découpe de 2,57 à 17,2 kg). Toutes les données de qualité de carcasse (poids vif, poids commercial à chaud, pH, température, persillage, surface du faux-filet) et de viande (couleur objective, perte d'eau à la cuisson, temps de cuisson, force de découpe Warner Bratzler, teneur en myoglobine, composition en micronutriments et teneur en collagène) ont été utilisées pour les analyses. Les analyses multivariées ont déterminé quels facteurs influençaient la tendreté entre et dans les muscles, soit avant ou après la maturation de la viande. Dans les muscles sans maturation, le collagène soluble expliquait les différences de tendreté entre les muscles, tandis que les facteurs reliés aux composantes myofibrillaires expliquaient les différences dans un même muscle. Au contraire, dans les muscles ayant subi la maturation, la teneur totale en collagène était reliée à la tendreté entre les muscles et le pourcentage de collagène soluble était relié aux différences de tendreté dans un même muscle. Lire la suite
24 septembre 2009
Document anglais ou l'on ne note aucune différence sur le gain des veaux  au delà de 15 jours de pré-conditionnement  . Résumé et tableau de 1 page par projet. Pour accéder au  à l'article complet
1 à 10 sur 3160

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.