Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
3402 documents disponibles
25 juillet 2011
Version de l'Ontario du Guide des bonnes pratiques au Québec. La Loi de 2002 sur la gestion des éléments nutritifs (LGEN), le Règlement de l’Ontario 267/03 et les protocoles qui s’y rattachent ont pour but d’atténuer les répercussions des éléments nutritifs produits par l’agriculture, sans compromettre l’avenir de ce secteur d’activité.  / Les dispositions législatives offrent aux propriétaires d’exploitations d’engraissement en plein air des possibilités qui ne sont pas offertes aux éleveurs qui gardent leurs animaux dans des bâtiments d’élevage, possibilités qui assurent quand même une protection équivalente des eaux de surface et des eaux souterraines. Le Règlement prévoit plusieurs types de « zones de confinement extérieures » (ZCE) qui peuvent être utilisées par les exploitations d’engraissement en plein air. La présente fiche technique fournit de l’information sur les ZCE qui sont soumises au Règlement.  Quand s'agit-il d'une ZCE?   Catégories de ZCE   ZCEP à haute densité (HD)   Protection des eaux souterraines   Sol de la zone de confinement   Retraits à respecter par rapport aux éléments vulnérables   Exigences de maîtrise des eaux de ruissellement   Enlèvement et entreposage du fumier et de la neige  Concurrence et protection de l'environnement  Lire la suite
25 juillet 2011
Bâtiment d'engraissement pour bovins de boucherie avec mangeoire extérieure couverte Ce feuillet fournit les principes d'aménagement d'un bâtiment d'engraissement étroit d'une capacité de 600 bovins.  Le bâtiment fait 15 m de largeur sur 129,6 m de longueur et est orientée de préférence sud-ouest/nord-est.  On aménagera la mangeoire sur le côté sud-est de manière à mieux la protéger des vents dominants pouvant entraîner des précipitations (pluie et neige) dans l'aire d'alimentation. Lire la suite
20 août 2012
Un nouveau site pour faire connaître les résultats de recherche dans les différents domaines.
15 février 2007
 BUDGET  BLÉ FOURRAGER , BLÉ D'ALIMENTATION HUMAINE 2006 L' HECTARE
19 janvier 2007
 BUDGET DE TRÉSORERIE PEUX S'ADAPTER À TOUTES PRODUCTIONS
 Chapitre 11. Gestion d'élevage - La production vache-veau, 3e édition
08 décembre 2021
      Ce chapitre mis à jour (3e édition) s’adresse aux conseillers, aux producteurs de bovins de boucherie, aux étudiants ainsi qu’à la relève agricole. Il saura notamment intéresser ceux et celles qui ont déjà acheté La production vache-veau (version 2007). Une bonne gestion d'élevage vise ultimement à maximiser les revenus par vache. Cette gestion s’appuie sur plusieurs piliers décrits en détails dans les chapitres précédents du guide La production vache-veau. Le chapitre 11 résume trois aspects essentiels : une chronologie des étapes clés de cette production, avec les gestes à poser pour garantir la santé et la productivité des animaux; une description de certains moyens facilitant leur suivi et leur manipulation (corral, cage de contention, chien de troupeau, etc.); des outils pour noter systématiquement et rigoureusement les évènements et les résultats de l’élevage. Outre ces bonnes pratiques, on y présente une méthode de diagnostic permettant d’analyser les résultats obtenus et d’identifier des problèmes à résoudre, afin d’améliorer la rentabilité de l’entreprise. Format : cahier indépendant, broché et perforé pour reliure à anneaux, couverture couleur, 52 pages. Procurez-vous également les autres chapitres mis à jour en 3e édition : Environnement socio-économique, Économie de la production, Mise en marché, Génétique, Nutrition et alimentation, Reproduction, Soins et santé du troupeau, Bien-être animal et Viandes biologiques et marché de niche, individuellement ou regroupé en collection. Version numérique Une initiative du Comité bovins de boucherie du CRAAQ Rédaction Diane Allard, agronome, M. Sc., conseillère sectorielle en productions animales, Direction régionale de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)  Linda Larocque, agronome, conseillère en productions animales et en agroenvironnement, Direction régionale de l'Outaouais, MAPAQ Éric Lepage, agronome, Lire la suite
30 mars 2020
Avis  intéressants pour tous les activités agricoles. Vous trouverez ci-dessous les recommandations émises par Les Producteurs de lait du Québec au regard des directives gouvernementales par rapport à la COVID-19. Bien qu’identifié comme secteur prioritaire, le secteur agricole a également le devoir de réduire ses activités à celles essentielles ou urgentes et ne pouvant attendre au-delà du 13 avril 2020 pour être réalisées. Dans ce contexte, nous vous demandons de respecter les recommandations faites aux producteurs dans le cadre de votre prestation de services. Vous êtes invités à continuer vos interactions avec les producteurs de lait par l’entremise des moyens de communication téléphonique et électroniques disponibles et de ne pas vous rendre sur les fermes en dehors des situations mentionnées ci-dessous.   Lire la suite
05 novembre 2012
Outil de calcul anglais permettant  de comparer en quantité et en valeur les pertes de foin à la mangeoire  chez lkes bovins.  
12 septembre 2005
Les hybrides sorgho-Soudan, qui sont en fait des hybrides entre le sorgho fourrager proprement dit et le sorgho herbacé (aussi appelé « herbe du Soudan ») peuvent procurer une source de matière sèche de dépannage à offrir au bétail. Il s’agit de graminées de saison chaude, contrairement à la plupart de nos espèces fourragères, qui sont des graminées de saison froide. Les hybrides sorgho-Soudan sont souvent utilisés en Ontario. Étant donné que l’hybride peut retenir davantage de l’un ou l’autre parent, il est important de bien indiquer au semencier ce qu’on attend de la culture. Les sorghos sont reconnus pour être résistants à la sécheresse. Si on les compare au maïs, ils ont une meilleure capacité de rétention d’eau du fait qu’ils ont deux fois plus de racines secondaires par unité de racine primaire et deux fois moins de surface foliaire par où l’eau s’évapore. Leurs besoins en eau sont les mêmes que ceux du maïs, mais ils ont la capacité d’entrer en dormance pendant les longues périodes de sécheresse. Leur croissance reprend avec le retour des pluies. Lire la suite
05 janvier 2007
Lien de l'Omafra: Le processus d'échauffement spontané, Quelles sont les causes d'incendie? Prévention des incendies, Indices de danger, Évaluation par sondage, Procédés d'extinction.
1 à 10 sur 3402
Infolettre Bovins de boucherie

M'abonner à l'infolettre

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.