Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
438 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)

Fiers de diffuser leur expertise

Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)
Pommier, Avertissement No 14, 5 août 2020
05 août 2020
Ravageurs de fin de saison; taille d'été et lutte contre les ravageurs secondaires; calcium et protection phytosanitaire; attention aux pommes au sol; observations et prévisions du réseau Pommier.   RAVAGEURS DE FIN DE SAISON  (F. Pelletier et G. Chouinard) Les captures de mouches de la pomme étaient en hausse au cours des deux dernières semaines, et plusieurs vergers ou secteurs de vergers ont atteint le seuil d’intervention. Un petit nombre de parcelles ont atteint le seuil pour un deuxième traitement au cours des derniers jours, en Montérégie. Selon le modèle prévisionnel, on a passé le pic de capture dans les régions les plus hâtives, alors qu’il devrait être observé, ces jours-ci, en Estrie et dans la région de Québec (voir le sommaire en fin de communiqué). Les populations de mouches devraient donc baisser graduellement au cours du mois d’août. Les traitements ne seront plus nécessaires à partir de la fin août, même si des captures sont présentes, car la ponte dans les fruits cesse graduellement à partir de la mi-août.   Le vol de la 2e génération de carpocapse a débuté dans certains sites, mais les captures demeurent faibles pour le moment et, en général, peu de nouveaux de dommages sont rapportés par les collaborateurs du Réseau, à l’exception de quelques sites, notamment dans la région de l’Estrie. Plusieurs observateurs du Réseau rapportent la présence localisée de scarabées japonais, avec une proportion importante de scarabées parasités (petits œufs blancs pondus sur l’insecte par la mouche Istocheta aldrichi). Les dommages observés sont principalement sur feuilles. Seuls quelques collaborateurs ont rapporté la présence de dommages sur fruits, dans des secteurs localisés, notamment dans les cultivars Sunrise ou Honeycrisp. La présence localisée de punaises pentatomides, et quelques dommages sur fruits sont également rapportés par différents observateurs du Réseau.   Punaise pentatomide, dite la « punaise brune » Lire la suite
17 juillet 2020
Rapport final du projet. Le but de ce projet était d'évaluer l'impact d’aménagements fleuris (e.g., haies brise-vent, bandes fleuries), déjà existants et bien établis dans les vergers, sur la diversité, l'abondance et la survie des reines bourdons, de même que sur les rendements en pommes. Les reines bourdons de 12 vergers du sud de la province ont été marquées, relâchées et parfois recapturées au printemps et à l’automne 2017, 2018 et 2019. Parmi ces 12 fermes, six possédaient des aménagements alors que les six autres n’en possédaient pas. De plus, des pommes ont été récoltées en 2018 et 2019 pour comparer leur qualité en fonction de la présence des aménagements. Les résultats obtenus indiquent que le nombre total de reines capturées différait en fonction des saisons et des aménagements. Les captures de reines étaient significativement plus élevées sur les fermes avec aménagement. De plus, nos résultats suggèrent que la probabilité d’occurrence de l’espèce Bombus ternarius diminue avec l’augmentation de l’intensité de l’usage d’intrants (pesticides) sur la ferme. Pour la qualité des pommes, les aménagements ont semblé avoir un effet négatif sur certains paramètres. Lire la suite
17 juillet 2020
Fiche synthèse du projet. Le but de ce projet était d'évaluer l'impact d’aménagements fleuris (e.g., haies brise-vent, bandes fleuries), déjà existants et bien établis dans les vergers, sur la diversité, l'abondance et la survie des reines bourdons, de même que sur les rendements en pommes. Les reines bourdons de 12 vergers du sud de la province ont été marquées, relâchées et parfois recapturées au printemps et à l’automne 2017, 2018 et 2019. Parmi ces 12 fermes, six possédaient des aménagements alors que les six autres n’en possédaient pas. De plus, des pommes ont été récoltées en 2018 et 2019 pour comparer leur qualité en fonction de la présence des aménagements. Les résultats obtenus indiquent que le nombre total de reines capturées différait en fonction des saisons et des aménagements. Les captures de reines étaient significativement plus élevées sur les fermes avec aménagement. De plus, nos résultats suggèrent que la probabilité d’occurrence de l’espèce Bombus ternarius diminue avec l’augmentation de l’intensité de l’usage d’intrants (pesticides) sur la ferme. Pour la qualité des pommes, les aménagements ont semblé avoir un effet négatif sur certains paramètres. Pour plus de détails, consultez le Rapport final Lire la suite
Pommier, Avertissement No 13, 15 juillet 2020
15 juillet 2020
Interventions estivales (maladies, insectes et acariens); analyses foliaires; délais à la récolte; observations et prévisions du Réseau.   GRÊLE, CANICULE ET AUTRES CALAMITÉS AMÈRES EN ÉTÉ (V.Philion) La fin de la croissance du pommier en été (formation du bourgeon terminal) réduit radicalement les risques de propagation des maladies comme le blanc, la tavelure et le feu bactérien. C’est pour favoriser la formation de ce bourgeon terminal que les applications contenant de l’azote (ex: WUXAL), qui sont parfois recommandées jusqu’à tardivement en juin, devraient être éliminées de nos habitudes. Dans les blocs où la croissance n’est pas terminée (ex : jeunes plantations), les risques de temps violent associés aux périodes caniculaires peuvent encore causer des dommages. Quoi faire après la grêle et du temps violent ? Les traitements antibiotiques (streptomycine) sont recommandés dans les vergers avec un historique de feu bactérien à la suite des orages de grêle en juin, et tant que la croissance est active en juillet. Cette application est utile seulement si elle est faite dans les quatre heures suivant la grêle. Le traitement n’est pas nécessaire si la parcelle a déjà été traitée avec APOGEE/KUDOS, où le régulateur de croissance diminue déjà grandement les risques de propagation. Dans les vergers où APOGEE/KUDOS n’a pas été utilisé, un traitement avec le régulateur de croissance dans les jours suivant une tempête de grêle est recommandé pour trois raisons : le produit peut ralentir la progression du feu, limiter la poussée de croissance des arbres qui survient quand les arbres sont endommagés et ainsi limiter la perte des bourgeons floraux sur le bois de 2 ans. Ce dernier effet permet de régulariser la production dans l’année suivant la grêle. À moins que les dommages au bois soient importants, les traitements fongicides sur pommiers sont souvent inutiles après une grêle au Québec. Dans les vergers où les chancres européens sont nombreux, Lire la suite
08 juillet 2020
Éjections forcées tavelure vergers pilotes  
03 juillet 2020
Rapport d'un projet ayant comme objectif principal de présenter un moyen de combler une part significative des besoins en N de cultures exigeantes grâce à une meilleure synchronisation de la fourniture en N tout en préservant la fenêtre de production de revenus du producteur l’année précédant ces cultures (ex. EV à la dérobée l’automne précédent ou « fauché-récolté ») Lire la suite
Pommier, Avertissement No 12, 26 juin 2020
26 juin 2020
La sécheresse, les acariens, la mouche de la pomme, la tavelure, le feu bactérien et les observations et prévisions du Réseau.   SÉCHERESSE (F. Pelletier) Le manque d’eau est préoccupant pour l’ensemble des régions pomicoles en particulier pour les producteurs qui ne disposent pas de moyen pour irriguer. Plusieurs collaborateurs du Réseau ont observé une chute physiologique des fruits plus forte qu'à l'habitude, occasionnée par la sécheresse.   LA FIN DES INFECTIONS PRIMAIRES (V.Philion) Les observations du 25 juin au laboratoire montrent une chute remarquable du potentiel éjectable alors que le modèle RIMpro indique que la pluie de samedi le 27 juin serait nécessaire pour épuiser les spores de 2020. L’écart de quelques jours (ou l’équivalent d’une pluie) entre les observations et le modèle s’explique probablement par les périodes sèches prolongées qui ne sont pas encore parfaitement modélisées dans RIMpro. L’effet combiné de la fin de la croissance végétative qui limite le risque d’infection, de la chute observée du potentiel éjectable et du fauchage de la litière qui n’est pas reflété par nos outils de prédiction nous porte à conclure que les infections primaires sont déjà terminées au sud du Québec. Par prudence, la pluie du 27 juin pourrait être considérée comme la dernière infection primaire de l’année. D’autres observations suivront demain et la semaine prochaine pour les échantillons manquants. La fin des infections primaires dans les régions comme Québec sera confirmée ultérieurement. Par contre, les taches provenant des infections primaires continueront à apparaître pendant environ 2 à 3 semaines et les infections par les conidies sont à redouter. La quasi-totalité des taches « primaires » est attendue d’ici le 7 juillet. La fin des éjections ne signifie pas la fin des traitements, mais marque la fin des risques de nouvelles infections primaires dans les vergers. La transition vers une stratégie de Lire la suite
Pommier, Avertissement No 11, 17 juin 2020
16 juin 2020
Développement des pommiers. Charançon, carpocapse, punaise de la molène et sésie. Observations et prévisions du Réseau.   En raison de la crise de la COVID-19, le Québec pourrait faire face à une perturbation de son approvisionnement d’équipements de protection individuelle (EPI) au cours de l’été 2020, laquelle perturbation pourrait mener à une pénurie. En toute circonstance, le respect des étiquettes des pesticides et le port d’EPI approprié sont obligatoires (article 36 du Code de gestion des pesticides). La meilleure protection contre l’exposition aux pesticides est de porter un équipement de protection individuelle. Si vous n’êtes pas en mesure de vous procurer un EPI : Ne pas appliquer de pesticides sans les EPI appropriés. Assurez-vous de porter les protections prescrites sur l’étiquette. Si possible, retardez les applications jusqu’à l’obtention des bons EPI. Utilisez des produits à moindre risque pour la santé (consultez SAgE pesticides) pour connaître les IRS des produits) ou pensez aux solutions de rechange. Utilisez, s’il y a lieu, des pesticides qui pourraient être appliqués avec des EPI actuellement disponibles ou réutilisables, comme des gants lavables et réutilisables. Advenant un manque dans l’approvisionnement des EPI, veuillez contacter votre fédération régionale de l’UPA pour les informer de la situation. Des démarches sont en cours pour assurer la disponibilité des équipements.   DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS  (F. Pelletier et G. Chouinard) En date du 17 juin, le calibre des fruits (cv McIntosh) atteint 20-22 mm en Montérégie. Le diamètre moyen est de 18,5 mm dans la région du sud-ouest et de 16 mm en Estrie, pour les sites les plus chauds de cette région. La chute de juin, combinée avec l’effet des traitements d’éclaircissage, a débuté dans les régions les plus hâtives.   INSECTES ET ACARIENS (G. Chouinard et F. Pelletier)   Les captures d'adultes du carpocapse sont variables selon les vergers avec quelques Lire la suite
Pommier, Avertissement No 10, 10 juin 2020
10 juin 2020
Développement des pommiers. Tavelure : éjections massives. Charançon, carpocapse et puceron rose à surveiller. Observations et prévisions du réseau. DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS  (F. Pelletier et G. Chouinard) Selon les rapports des différents collaborateurs du Réseau, le diamètre moyen des fruits (en date du 8 juin) pour le cultivar McIntosh varie entre 8 et 15 mm dans les régions les plus avancées (Montérégie, sud-ouest de Montréal et Missisquoi). Le stade nouaison a été atteint dans l’ensemble des régions incluant celle de Québec. En Estrie, le calibre des fruits varie actuellement entre 6 et 12 mm et une bonne nouaison est observée dans la plupart des vergers et des cultivars.     TAVELURE (V. Philion) Les éjections d'ascospores battent des records! Les éjections d’ascospores de la tavelure du pommier continuent au laboratoire de battre des records; une situation partagée par d’autres chercheurs du Nord-Est des États-Unis. La pluie prévue demain pourrait encore provoquer une éjection massive de spores selon RIMpro. La fin des éjections n’aura pas lieu avant au moins une semaine dans les régions pomicoles au sud et pas avant la fin de juin dans les régions plus au nord jusqu’à Québec.   INSECTES ET ACARIENS (G. Chouinard et F. Pelletier) Le charançon de la prune a été actif durant la dernière semaine et la présence de quelques dégâts frais est rapportée par les observateurs du Réseau pour certains secteurs de verger. Dans la majorité des régions, on se situe actuellement dans la période du pic d’activité de ponte de l’insecte. Selon les prévisions météorologiques actuelles, la prochaine nuit serait favorable à son activité pour l’ensemble des régions.   Les captures de carpocapse de la pomme ont débuté dans la région de Québec. Les observateurs du Réseau rapportent des captures parfois importantes dans certains sites qui ne sont pas sous confusion sexuelle. Selon le modèle prévisionnel, nous sommes actuellement au tout début de la Lire la suite
Pommier, Avertissement No 9, 3 juin 2020
03 juin 2020
Développement des pommiers. Maladies, insectes et acariens. Observations et prévisions du réseau. DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS  (F. Pelletier et G. Chouinard) Pour le cultivar McIntosh, le stade nouaison est atteint dans la majorité des sites pour les régions du sud-ouest de Montréal, de la Montérégie et de Missisquoi.  En date du 2 juin, les fruits ont un diamètre moyen de 7-9 mm (cv McIntosh). Ce stade est également atteint dans certains sites plus chauds dans la région des Laurentides. En Estrie, les pommiers sont encore au stade calice, mais tout près du stade nouaison pour les sites les plus hâtifs. Dans la région de Québec, le stade calice a été atteint le 2 juin. La floraison a été de courte durée dans plusieurs régions, mais selon les rapports des collaborateurs du Réseau, la nouaison semble bonne pour la majorité des sites.   PREMIÈRES TACHES DE TAVELURE (V. Philion) Les premières taches de tavelure ont été rapportées dans un verger du sud du Québec. La position des feuilles affectées et donc la date de l’infection ne sont pas connues, mais les taches liées à l’infection du 15-18 mai sont en principe visibles depuis quelques jours. Dans les vergers où des taches sont visibles, les infections « secondaires » (propagation par les conidies) prennent le dessus sur les infections primaires, et la stratégie d’intervention doit être adaptée. Dans les vergers dépistés où l'on ne trouve pas de taches, le modèle RIMpro continue d’être applicable. La réserve d’ascospores diminue graduellement, mais ne sera pas épuisée avant la mi-juin. Les éjections attendues avec les averses en cours et prévues d’ici au 6 juin mènent à des infections importantes (RIM > 300). Méfiez-vous des averses ponctuelles. Chacune des pluies ne suffit pas à causer une infection, mais leur cumul est certainement favorable à la tavelure. Les spores éjectées peuvent survivre plusieurs heures, et chaque pluie subséquente permet l’infection d’une Lire la suite
1 à 10 sur 438

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.